Aigle ravisseur – Aquila rapax

Espèce de référence – publiée le 31 juillet 2018
Publication complète – famille des Accipitridae (buses, aigles, éperviers, etc.)
En anglais : Tawny Eagle in English

Aquila_rapax_main_kasese_queen_elizabeth_ougandaCet aigle est un des plus répandus du genre, puisqu’il se rencontre dans une majeure partie de l’Afrique ainsi qu’en Inde et ses pays voisins (sauf la Chine). Plus localement, il existe dans quelques pays de la péninsule Arabique et en Iran. C’est un grand aigle des vastes plaines boisées, y compris arides (mais non désertiques), où il chasse surtout des proies terrestres, surtout des vertébrés. On l’a vu voler les proies d’autres oiseaux, comme les cigognes et les bucorves. Il lui arrive de consommer des insectes et, assez régulièrement, de profiter de charognes en compagnie des vautours. 

Le nid est massif : c’est une plateforme dépassant souvent le mètre de large, d’environ 30 cm de profondeur ou plus, surtout quand il est réutilisé d’année en année. Il est placé en haut d’un arbre, normalement épineux (souvent un acacia), à plus de 5 mètres de haut, parfois jusqu’à 30 mètres. La construction comme l’incubation (environ 5 semaines) des 2 œufs est principalement le travail de la femelle. Les deux parents nourrissent les jeunes (6 à 8 semaines), puis le jeune lorsque l’un des deux a été tué par “caïnisme” (voir explication sur la page de la Buse augur). Le jeune volant est encore dépendant des parents pour la nourriture durant environ 2 mois.

Anciennement commun, il a beaucoup diminué bien qu’il ne soit pas sensible aux pesticides. En effet, son habitude d’accompagner les vautours aux carcasses a provoqué de grosses mortalités pour les mêmes raisons qui ont poussé la plupart des vautours dans une situation critique. Nous expliquons les raisons à la page du Vautour à tête blanche.

Taxonomie et sous-espèces

Son espèce-sœur est l’Aigle des steppes qui a été considérée comme sous-espèce dans le passé, mais il est également proche de l’Aigle impérial et de l’Aigle ibérique.  Trois sous-espèces sont décrites et deux sont bien délimitées, celle d’Asie a même été proposée en espèce distincte de celles d’Afrique (qui sont presque identiques entre elles). Toutefois, hormis des différences détectables que sur des moyennes comme celles de la longueur et de l’envergure ou le plumage plus ou moins clair ou plus ou moins fauve, il n’y a pas de différence significative visible sur le terrain. Les analyses génétiques confirment le groupement en une seule espèce (bien distincte de l’Aigle des steppes).

Aquila_rapax_3fr
Aquila_rapax_6fr_kasese_ouganda_envol_remiges barrees
Aquila_rapax_9fr_cannelle_envol_moremi_botswana
Aquila_rapax_8_stries_envol_moremi_botswana
Aquila_rapax_1fr_kidepo_valley_cannelle_ouganda
Aquila_rapax_4fr_kasese_queen_elizabeth_ouganda_narine_iris_clair
Aquila_rapax_5fr_lac_mburo_ouganda_juvenile_pose_envol
Aquila_rapax_7fr_murchison_falls_ouganda_ailes_ouvertes
Aquila_rapax_10fr_tete_cannelle_perchel_moremi_botswana

[Espèce Nº212 du projet d’encyclopédie holistique]

spprevious
spsuivante
sommaire

Photos et textes © Valéry Schollaert 2018 – 2019

Liste des autres espèces illustrées : taxonomiquejour par jour

Untitled 2

2 thoughts on “Aigle ravisseur – Aquila rapax

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s