Aigrette bleue – Egretta caerulea

 Espèce simple – publiée le 5 mars 2021
Publication complète – Famille des Ardeidae (hérons, aigrettes, blongios…)
En anglais : Little Blue Heron in English

Cette belle petite aigrette est localement commune depuis l’est et le sud des États-Unis d’Amérique jusqu’au sud du Brésil. Elle se reproduit en colonies dans des arbustes et buissons bordant des zones humides, et se nourrit aussi bien en eaux douces qu’en eaux saumâtres ou salées.

Cliquez ici pour voir une carte de répartition plus détaillée

Malgré son plumage adulte particulier, son mode de vie est très proche des aigrettes blanches, comme l’Aigrette neigeuse avec laquelle elle cohabite largement, ou les espèces de l’Ancien Monde, la plus répandue étant l’Aigrette garzette. Les plumages foncés ne sont pas rares chez les Egretta, mais la plupart d’entre elles ont deux “formes” de coloration : une blanche et une foncée ; voyez un exemple illustré et une explication à la page de l’Aigrette dimorphe. L’Aigrette roussâtre, avec laquelle l’Aigrette bleue cohabite, a aussi une forme blanche.

Le fait de n’avoir qu’un plumage sombre est donc original mais ce n’est pas unique : l’Aigrette tricolore, autre espèce américaine, n’est pas non plus blanche et n’a pas de forme blanche.

Les nids construits en hauteur dans des arbres et gros buissons rappellent ceux des autres Ardeidae, et la reproduction est semblable, même comparée aux espèces de taille supérieure dont la Grande Aigrette qui est notre référence.

Elle est capable de pratiquer diverses techniques de pêche mais, le plus souvent, elle marche lentement et quadrille une zone humide de façon systématique, capturant de nombreuses petites proies, petits poissons, amphibiens et invertébrés en tout genre.

Taxonomie

Son appartenance au genre Egretta n’est plus discutée, mais cette espèce monotypique est si distincte des autres qu’on la classait dans un genre monotypique (Florida) par le passé.

Aigrette bleue, Teotitlán del Valle (Oaxaca), Mexique, décembre 2020
La couleur du plumage de l’adulte est unique parmi les aigrettes mais, en plus, le bec bicolore est un critère qui fonctionne toute l’année. La base de celui-ci est grise presque tout le temps mais devient bleue durant une courte période au début de l’époque de reproduction.
Aigrette bleue, Teotitlán del Valle (Oaxaca), Mexique, décembre 2020
En vol, elle paraît bleue, grise ou noirâtre selon la lumière et la distance de l’observation. Elle ne peut pas être confondue avec une autre aigrette.
Aigrette bleue, La Crucecita (Huatulco), état d’Oaxaca, Mexique, février 2021
Les juvénile sont blancs, et le plumage devient gris de façon apparemment aléatoire, donc variable d’un individu à l’autre. On voit que ce 2cy “grisonne” ici sur la tête. Les pattes claires et la base du bec plus pâle que le bout sont deux bons critères pour éliminer l’Aigrette neigeuse (pattes noires et jaunes) et l’Aigrette roussâtre en forme blanche (pattes noires).
Aigrette bleue, La Crucecita (Huatulco), état d’Oaxaca, Mexique, février 2021
En vol, on voit le bout des primaires externes gris qui est un critère fiable pour la jeune Aigrette bleue.

[Espèce Nº1160 du projet d’encyclopédie holistique]

spsuivante
sommaire

Photos et textes © Valéry Schollaert 2021

Liste des autres espèces illustrées : taxonomique – jour par jour

Untitled 2

5 thoughts on “Aigrette bleue – Egretta caerulea

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s