Ariane du Yucatan – Amazilia yucatanensis

Espèce commune – Page simple (partielle) – Disponible pour sponsoring
Famille des Trochilidae (colibris) – Buff-bellied Hummingbird in English
Première publication : 29 janvier 2022 – Dernière mise à jour : 29 janvier 2022

Ce joli colibri est localement commun et, de plus, il se rencontre aux États-Unis où les ornithologues sont très actifs. C’est donc une surprise qu’il soit aussi mal connu : presque rien n’est publié sur son mode de vie. Il présente cependant une originalité spectaculaire pour un oiseau de l’Hémisphère nord : il migre vers le nord pour passer l’hiver ! Il niche et se rencontre toute l’année depuis l’extrême sud du Texas jusqu’au Belize à travers l’est du Mexique et la Péninsule du Yucatán. En hiver, il se répand aux États-Unis, dans les plaines côtières qui bordent le golfe du Mexique.

Cliquez ici pour voir une carte de répartition plus détaillée

Il mange évidemment du nectar et des insectes, comme tous les colibris. On peut lire que le petit nid est en forme de bol, qu’il est fait de matière végétale avec des poils et de la toile d’araignée et que deux œufs y sont pondus mais, encore une fois, c’est la même chose chez tous les colibris. Une toute petite spécificité : des fibres artificielles comme du nylon sont parfois remarqués dans la structure.

Il n’y a pas d’information sur le déroulement de la reproduction mais les autres arianes, comme tous les colibris dont la reproduction est connue, ont une stratégie stéréotypée. Les mâles sont polygames et la femelle s’occupe seule de la nidification.

Taxonomie et sous-espèces

Elle ressemble à d’autres arianes, en particulier l’Ariane à ventre gris qui est son espèce-sœur. On la divise en trois sous-espèces, notamment sur base de la couleur du ventre qui est plus rousse et saturée chez la sous-espèce nominale, la plus méridionale, illustrée ici, et progressivement plus beige et plus pâle vers le nord.

Ariane du Yucatan, Ciudad del Carmen (Campeche), Mexique, janvier 2022
La poitrine et le ventre uni d’une couleur variable selon les régions (beige, cannelle ou roux) sont typiques et permettent une identification immédiate.
Ariane du Yucatan, Ciudad del Carmen (Campeche), Mexique, janvier 2022
Il n’y a pas besoin d’études formelles pour savoir que les colibris mangent du nectar. De la même manière, on les voit souvent capturer des insectes.
Ariane du Yucatan, Ciudad del Carmen (Campeche), Mexique, janvier 2022
On le voit souvent, brièvement, et c’est rare qu’il se poste ainsi, sans crainte des passants, durant plus de quelques secondes ; cette observation a permis la photo ci-dessus mais aussi une image plus grande, ci-dessous, publiée sur Flickr.

Ayant des photos en grand format de cette espèce, j’en ai publiée une sur Flickr. Cliquez sur la photo pour la voir en très grand !

Objectifs recherchés pour une page complète :
Images d’autres sous-espèces ; sponsoring

[Espèce Nº1490 du projet d’encyclopédie holistique]

spprevious
spsuivante
sommaire

Photos, tableau et textes © Valéry Schollaert & Marinella Mejia 2022

Liste des autres espèces illustrées : taxonomique – jour par jour

Untitled 2

6 thoughts on “Ariane du Yucatan – Amazilia yucatanensis

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s