Arrenga de Malabar – Myophonus horsfieldii

Endémique Niv 1* (“classic”) – Page simple (partielle) – Disponible pour sponsoring
Famille des Muscicapidae (rougegorges, traquets…) – Malabar Whistling-Thrush in English
Première publication : 16 octobre 2021 – Dernière mise à jour : 16 octobre 2021

Ce beau passereau assez grand est endémique à l’Inde péninsulaire où il vit à proximité des cours d’eau rocailleux qui sillonnent les forêts de montagnes et de collines, parfois jusque dans les plaines adjacentes. C’est un oiseau qui doit être peu nombreux avec un habitat aussi limité, mais il est considéré comme “assez commun” dans les Ghâts occidentaux, y compris dans des parcs et réserves bien protégés, et donc il n’est pas classé comme menacé.

Cliquez ici pour voir une carte de répartition plus détaillée

On le voit soit perché (sur les branches ou les rochers), lorsqu’il chante, fuit un danger ou se repose, soit au sol (y compris les pattes dans l’eau), lorsqu’il se nourrit. Il y chasse surtout des invertébrés : insectes, escargots, crabes. Des baies complètent ce régime alimentaire.

Le nid est une sorte de coussin compact de racines et d’herbe, renforcé avec de la boue et généralement placé sur un surplomb ou un rebord de rocher au-dessus de l’eau en cascade ou en rapides ; il construit très rarement dans un arbre. La couvée est de 3–4 œufs et la période d’incubation est estimée à 16-17 jours. Il n’y a aucun détail connu sur le rôle respectif des parents, le comportement territorial, l’utilisation éventuelle d’aidants ni l’âge de l’envol.

Découvrez plus de généralités sur les Myophonus à la page de notre référence, l’Arrenga siffleur. Le dimorphisme sexuel est très léger, comme chez ce dernier ; le mâle est plus vivement coloré et les “écailles” bleues de la poitrine sont plus nettes que chez la femelle.

Taxonomie

Cette espèce monotypique est sœur avec l’Arrenga de Taïwan. Les deux ont même été considérés conspéfiques, malgré les aires de répartition respectives très éloignées.

Arrenga de Malabar, Kumily, Kerala, Inde, avril 2018
On l’observe surtout très tôt le matin, lorsque la lumière est faible. L’oiseau paraît alors terne, mais il peut s’approcher des habitations aux abords de la forêt. Le mur sur lequel il est posé ici est la limite du parc national de Periyar.
Arrenga de Malabar, Kumily, Kerala, Inde, avril 2018
Les observations en pleine journée sont plus rares mais permettent de mieux apprécier les couleurs bleues pleines de nuances du plumage. N’étant pas très écaillé sur les flancs, cet oiseau est probablement une femelle, mais il faudrait le voir de face pour en être certain.
Objectifs recherchés pour une page complète :
Images comparatives entre le mâle et la femelle de face ; sponsoring

[Espèce Nº1385 du projet d’encyclopédie holistique]

spprevious
spsuivante
sommaire

Photos, tableau et textes © Valéry Schollaert & Marinella Mejia 2021

Liste des autres espèces illustrées : taxonomique – jour par jour

Untitled 2

3 thoughts on “Arrenga de Malabar – Myophonus horsfieldii

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s