Arrenga siffleur – Myophonus caeruleus

Espèce de référence – publiée le 10 septembre 2019
Publication complète – famille des Muscicapidae (rossignols, traquets, gobemouches…)
En anglais : Blue Whisling-Thrush in English

Myophonus_caeruleus_main.JPGLes arrengas sont de grands Muscicapidae, à l’instar des agrobates et des monticoles, qui rappellent un peu les grives (le nom de genre, en anglais, signifie “grive-siffleuse”) et expliquent que certains oiseaux de cette famille (rougegorges, rossignols, traquets, tariers, etc.) étaient classés, auparavant, dans les Turdidae avec les merles et les grives. La plupart des espèces du genre sont localisées, souvent rares et endémiques, mais celle-ci est commune et répandue depuis le Kazakhstan, via l’Himalaya, jusque dans l’est de la Chine et Java (Indonésie) ; c’est donc, tout à fait naturellement, notre espèce de référence.

Les arrengas sont des oiseaux forestiers. Celui-ci apprécie particulièrement les gorges, les ravins et peut entrer dans les grottes (et donc les vieux bâtiments en forêts) ; on le rencontre aussi souvent dans les lits de rivière car, en plus des rochers et des arbres, il aime l’eau ! C’est un oiseau de montagne, mais en hivernage, on le rencontre jusqu’au niveau de la mer, notamment dans les mangroves.

Le régime alimentaire est principalement constitué d’invertébrés, dont des insectes (surtout aquatiques), des escargots et des petits crabes ; moins souvent, on le voit capturer de minuscules amphibiens. Il consomme parfois des baies et des graines.

Le nid est en forme de bol ouvert fabriqué en mousse et tissé avec des tiges, racines, etc. Il est placé normalement au-dessus de l’eau, dans une crevasse ou entre des rochers, plus rarement à la fourche de grosses branches ou une cavité dans un tronc, voire une structure artificielle. La durée de la reproduction et les autres détails sont inconnus ; la femelle ne semble pondre que quelques œufs (maximum 5).

C’est un oiseau majoritairement sédentaire mais les populations les plus nordiques, notamment en Asie centrale, sont migratrices et celles qui nichent le plus haut (autour de 4000 mètres dans l’Himalaya) effectuent une petite migration altitudinale).

Taxonomie et sous-espèces

Espèce bien distincte des autres arrengas, divisée en six sous-espèces qui varient notamment en répartition des taches (certaines en ont sur le manteau et d’autres pas, idem sur les couvertures moyennes, etc.). La sous-espèce nominale a le bec noir alors que les autres ont toutes le bec jaune ; elle niche en Chine et hiverne jusqu’en Thaïlande.

Myophonus_caeruleus_3fr
Myophonus_caeruleus_4fr.jpg
Myophonus_caeruleus_2fr

[Espèce Nº618 du projet d’encyclopédie holistique]

spprevious
spsuivante
sommaire

Photos et textes © Valéry Schollaert 2019 – 2020

Liste des autres espèces illustrées : taxonomiquejour par jour

Untitled 2

2 thoughts on “Arrenga siffleur – Myophonus caeruleus

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s