Bec-en-ciseaux noir – Rynchops niger

Espèce commune – Page simple (partielle) – Disponible pour sponsoring
Famille des Laridae (goélands, sternes et becs-en-ciseaux) – Black Skimmer in English
Première publication : 08 mai 2022 – Dernière mise à jour : 08 mai 2022

Ce Laridae original est répandu en Amérique du Sud et localement commun sur les côtes et les îles d’Amérique centrale ainsi que du sud-ouest et à l’est des États-Unis. Contrairement à l’espèce africaine, le Bec-en-ciseaux noir préfère la côte mais il vit très bien sur les grandes rivières et les lacs d’Amérique du Sud s’il y trouve des bancs de sable ou des plages pour nicher. On le retrouve même parfois à des altitudes frôlant les 4000 mètres dans les Andes (par exemple autour du lac Titicaca).

Cliquez ici pour voir une carte de répartition plus détaillée

La tactique de pêche, unique parmi les oiseaux aquatiques n’est possible qu’avec ce bec asymétrique. Elle est expliquée à la page de l’espèce-sœur plus orientale, le Bec-en-ciseaux d’Afrique et illustrée plus bas.

La nidification se fait en colonies, parfois très importantes, sur des surfaces nues. Il s’agit de bancs de sable, de marais salants, de vasières, de plages et même parfois de toits plats, par exemple en Floride.

Deux à quatre jeunes éclosent après trois semaines d’incubation et sont semi-nidifuges, c’est à dire qu’ils sont dépendants des parents jusqu’à être emplumés, à environ un mois, comme des nidicoles, mais sont capables de sortir du nid et même picorer un peu de nourriture dès deux ou trois jours, comme des nidifuges.

Taxonomie et sous-espèces

Les Rynchops (parfois écrit Rhynchops, apparemment par erreur) sont des Laridae particuliers, anciennement séparés dans une famille distincte (Rynchopidae). Trois espèces complètement allopatriques existent et forment une super-espèce : le Bec-en-ciseaux à collier (Asie méridionale), le Bec-en-ciseaux d’Afrique et le Bec-en-ciseaux noir (d’Amérique).

On divise ce dernier en trois sous-espèces. Celles-ci sont reconnaissables en analysant des petits détails, notamment la répartition du blanchâtre et du foncé sur la queue et sous l’aile.

Bec-en-ciseaux noir, Ciudad del Carmen (Campeche), Mexique, mai 2022
Cette photo est prise juste avant l’atterrissage de ces deux oiseaux qui est illustré sur la photo de couverture, plus haut. On voit que le dessous de l’aile est blanchâtre et que cette couleur pâle continue sur le reste des parties inférieures ainsi que le front. L’oiseau de droite a la queue blanche, typique de l’adulte de la sous-espèce nominale (nordique). À gauche, on voit des lignes foncées qui pourraient indiquer la sous-espèce R. n. cinerascens. Toutefois, vu la répartition géographique, il s’agit tout simplement d’un nominal qui n’est pas encore adulte.
Bec-en-ciseaux noir, Ciudad del Carmen (Campeche), Mexique, mai 2022
La forme générale rappelle celle d’une sterne, mais le corps est particulièrement svelte. Notez aussi les ailes très longues, surtout les rémiges primaires. Les deux espèces visibles à l’arrière-plan sont des Sternes de Cabot et des Sternes royales.
Bec-en-ciseaux noir, Ciudad del Carmen (Campeche), Mexique, mai 2022
Hormis les becs-en-ciseaux, aucun oiseau n’a une telle disproportion entre la longue mandibule inférieure et la courte mandibule supérieure.
Bec-en-ciseaux noir, Corpus Christi (Texas), États-Unis, février 2007
La longue mandibule inférieure sert à écumer la surface de l’eau et ainsi capturer les petits poissons et autres organismes comestibles qui s’aventurent à proximité de la surface. Une partie importante du nourrissage a lieu la nuit. On voit ici un individu qui pêche alors que les autres se reposent avec des Mouettes atricilles.
Bec-en-ciseaux noir, Corpus Christi (Texas), États-Unis, février 2007
Les groupes non-nicheurs peuvent rassembler des centaines d’individus tout comme les colonies qui peuvent atteindre le millier de couples. Notez un Pélican d’Amérique au-dessus des becs-en-ciseaux, un Pélican brun posé à gauche, une Sterne caspienne à sa droite et quelques Mouettes atricilles, notamment à l’avant-plan.

Ayant des photos en grand format de cette espèce, j’en ai publié une sur Flickr. Cliquez sur la photo pour la voir en très grand !

Pour en savoir plus :

Noms conseillés par l’Encyclopédie Holistique dans 6 langues choisies :

  • Espagnol : Rayador americano (*)
  • Portugais : Talha-mar-americano
  • Allemand : Amerikascherenschnabel
  • Néerlandais : Amerikaanse Schaarbek
  • Italien : Becco a forbice americano
  • Russe : Чёрный водорез

(*) : localement, les pays d’Amérique latine utilisent d’autres noms. Souvent “Rayador” (“écumoire”) tout court et encore “Gaviota pico tijera” (“mouette bec-ciseaux”) ou “Pico de Tijera” (bec-en-ciseaux).

Objectifs recherchés pour une page complète :
Images d’un poussin, d’un juvénile et d’un adulte d’une autre sous-espèce ; sponsoring

[Espèce Nº1589 du projet d’encyclopédie holistique]

spprevious
sommaire

Photos, tableau et textes © Valéry Schollaert & Marinella Mejia 2022

Liste des autres espèces illustrées : taxonomique – jour par jour

Untitled 2

4 thoughts on “Bec-en-ciseaux noir – Rynchops niger

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s