Bécasseau de Temminck – Calidris temminckii

Espèce de référence – publiée le 15 juillet 2019
Publication complète – famille des Scolopacidae (chevaliers, bécassines, courlis,…)
En anglais : Temminck’s Stint in English

Calidris_temminckii_main.JPGCe bécasseau est un des plus petits limicoles européens. Il est toutefois relativement peu nombreux (quelques dizaines de milliers de couples) dans l’ouest du continent, à savoir en Scandinavie. En Russie, par contre, la population se chiffre en millions. Une diminution est constatée, liée au réchauffement climatique.

C’est un grand migrateur qui hiverne en petits nombres dans le bassin méditerranéen et communément plus au sud. En effet, il est assez fréquent entre octobre et avril en Afrique noire, surtout au nord de l’équateur (rare plus au sud), ainsi qu’au Moyen-Orient. Il est encore plus commun dans la région indienne et en Asie du sud-est.

Sur les lieux de nidification, il est principalement insectivore alors qu’en hivernage, il préfère les petits crustacés et mollusques.  Il niche plutôt dans la toundra buissonnante, dans les boisements inondés, sur les sols quasi dénudés ou prairies rases avec quelques buissons, dans les fjords et le long des ruisseaux y compris en montagne.

Son comportement de reproduction est particulier ; il est polyandre et polygyne à la fois ! Il y a différents cas de figure, mais un des plus habituels est un mâle et une femelle qui, tel un couple, commencent une nidification ensemble ; une fois tous les œufs pondus, la femelle trouve un autre mâle, pond ses nouveaux œufs et les couve. Ou alors, elle laisse le second mâle couver et peut finalement faire une troisième nichée. Lorsque le mâle a fini avec les premiers poussins, il peut recommencer une nidification avec une autre femelle. Certains individus ne couvent apparemment jamais et se contentent de l’accouplement et l’aménagement du nid (et la ponte, pour les femelles).

Les quatre œufs (en moyenne) sont pondus au niveau du sol dans un nid à peine aménagé de tiges et de feuilles. L’incubation dure trois semaines et les jeunes s’emplument en deux semaines environ.

Taxomonie

Espèce monotypique bien isolée des autres bécasseaux ; une très rare hybridation avec le Bécasseau minute est suspectée. L’espèce la plus proche génétiquement serait le Bécasseau à longs doigts.

Calidris_temminckii_5espfr.jpg
Calidris_temminckii_1fr.jpg
Calidris_temminckii_2fr.jpg
Calidris_temminckii_3fr.jpg
Calidris_temminckii_4fr

[Espèce Nº561 du projet d’encyclopédie holistique]

spprevious
spsuivante
sommaire

Photos et textes © Valéry Schollaert 2019 – 2020

Liste des autres espèces illustrées : taxonomiquejour par jour

Untitled 2

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s