Bécasseau sanderling – Calidris alba

Espèce commune – Page simple (partielle) – Disponible pour sponsoring
Famille des Scolopacidae (chevaliers, bécassines, courlis…) Sanderling in English
Première publication : 09 novembre 2021 – Dernière mise à jour : 09 novembre 2021

Ce bécasseau original niche localement dans l’extrême nord de l’hémisphère nord, dans seulement cinq pays, mais migre et hiverne sur les côtes et dans les îles presque du monde entier ! C’est un spécialiste des plages où il passe trois quart de l’année. En période de reproduction, il niche dans la toundra, sur les îles rocailleuses, autour des marais et dans les paysages désolés du Svalbard (Norvège), du nord de la Sibérie (Russie), du nord de l’Alaska (États-Unis), du nord du Canada et du Groenland (Danemark).

Cliquez ici pour voir une carte de répartition plus détaillée

Il mange exclusivement des invertébrés, qu’il capture avec son bec adapté. Il a toutefois une grande spécialité. En migration et hivernage, il est presque toujours sur les plages où il chasse les mollusques et les crustacés apportés par les vagues. Il court ainsi très vite pour les attraper entre deux vagues.

La nidification est proche de celle du Bécasseau variable avec les œufs installés (habituellement quatre) dans une dépression grattée au sol (parfois seulement grattée après la ponte du premier œuf) et couvés par les deux parents durant trois à quatre semaines. Les poussins sont nidifuges et même très précoces puisqu’ils quittent le nid entre trois heures et douze heures après l’éclosion.

Taxonomie

Cette espèce est généralement considérée monotypique et trop particulière pour avoir une espèce-sœur au sein des Calidris. Il a d’ailleurs été classé dans un genre qui lui était propre : Crocethia. Le genre Calidris pourrait d’ailleurs évoluer et se voir diviser en plusieurs et, dans ce cas, le Bécasseau sanderling pourrait devenir un Ereunetes ou un Pelidna, au côté du Bécasseau variable et des deux espèces apparentées (Bécasseaux des Aléoutiennes et violet).

Bécasseau sanderling, Puerto Plata, République Dominicaine, mai 2021
Cet oiseau est assez sombre et montre quelques plumes rousses ou rosées sur les parties supérieures. Celles-ci seraient bien plus nombreuses chez l’adulte nuptial à cette époque de l’année. Il s’agit d’un 2cy ; cela explique pourquoi il est encore dans les Antilles en mai : il n’ira pas nicher dans le Grand Nord cette année.
Bécasseau sanderling, Ciudad del Carmen, Campeche, Mexique, novembre 2021
Le plumage de l’adulte hivernal est plus blanc que tout autre bécasseau, faisant ainsi bien ressortir les pattes, le bec et les yeux noirs. C’est la signification de son nom scientifique : Calidris alba signifie “bécasseau blanc”.
Bécasseau sanderling, Ciudad del Carmen, Campeche, Mexique, novembre 2021
Le manteau marqué de brun foncé indique un juvénile. Cette vue rapprochée permet aussi de constater l’absence de “pouce” : il a seulement trois doigts. C’est un caractère unique parmi les bécasseaux et explique son nom espagnol : Correlimos tridáctilo (donc “bécasseau tridactyle”). Notez qu’au Mexique, en espagnol local, il est plutôt appelé Playero Blanco (littéralement, plagier blanc).
Bécasseau sanderling, Ciudad del Carmen, Campeche, Mexique, novembre 2021
Comparez ici un oiseau dans sa mue post-juvénile (à gauche) avec un adulte internuptial (au centre). À droite, un individu qui paraît intermédiaire entre les deux. C’est un oiseau de première année (1cy) mais un peu plus avancé (de quelques jours) par rapport à celui de gauche.
Bécasseau sanderling, Santa Marta, Colombie, décembre 2016
Par contraste avec les trois Tournepierre à collier, on visualise bien la petite taille de ce bécasseau et son plumage particulièrement clair.
Bécasseau sanderling, île d’Ibo (PN du Quirimbas), Mozambique, décembre 2011
En vol, en plus d’être plus blanc que les autres bécasseau, on note aussi une très longue barre alaire.
Bécasseau sanderling, Ciudad del Carmen, Campeche, Mexique, novembre 2021
On le voit ici profiter d’un cadavre de crabe. Avant d’entamer la chair de ce dernier, il a ingurgité quelques mouches qui venaient, elles aussi, pour la charogne. Voyez la photo en haute résolution ci-dessous.

Ayant des photos en grand format de cette espèce, j’en ai publiée une sur Flickr. Cliquez sur la photo pour la voir en très grand !

Objectifs recherchés pour une page complète :
Images d’un adulte nuptial ; sponsoring

[Espèce Nº1409 du projet d’encyclopédie holistique]

spprevious
spsuivante
sommaire

Photos, tableau et textes © Valéry Schollaert & Marinella Mejia 2021

Liste des autres espèces illustrées : taxonomique – jour par jour

Untitled 2

5 thoughts on “Bécasseau sanderling – Calidris alba

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s