Bouscarle jaune et vert – Horornis flavolivaceus

Espèce vedette – Page simple (partielle) – Disponible pour sponsoring
Famille des Cettiidae (bouscarles, tésies…)   – Aberrant Bush Warbler in English
Première publication : 04 janvier 2022 – Dernière mise à jour : 04 janvier 2022

Ce petit passereau discret se rencontre depuis le nord de l’Inde jusqu’au centre de la Chine et le nord-ouest du Vietnam. Une migration altitudinale s’observe et peut amener cette bouscarle jusqu’au nord de la Thaïlande. C’est un oiseau des fourrés, des sous-bois, des buissons denses et il se reproduit au-dessus de 1000 mètres et atteint parfois les 5000 mètres d’altitude !

Cliquez ici pour voir une carte de répartition plus détaillée

En hiver, il descend dans les vallées et, rarement, il a été observé à 250 mètres d’altitude (au Bangladesh).

Les Horornis sont des bouscarles d’une discrétion extrême ; voyez la seule autre espèce du genre dans l’Encyclopédie Holistique, la Bouscarle de Luçon. Au sein de ces oiseaux peu connus, la Bouscarle jaune et vert est appelée “aberrante” en anglais… car son plumage et la forme de son corps rappellent en fait plus les pouillots des sous-bois, tels que le Pouillot brun ou le Pouillot de Schwarz que les bouscarles. Des erreurs d’identification ont lieu entre ces deux familles pourtant distinctes, génétiquement.

Il n’y a presque aucune information éthologique disponible. Tous les pouillots et toutes les bouscarles mangent des invertébrés et, comme on le voit sur les photos de la page, cette bouscarle ne fait pas exception. Néanmoins, on ne sait pas si d’autres ressources sont consommées, comme des baies par exemple.

Le nid est une “balle” de graminées sèches, de feuilles de bambous et de plumes, placée sur le sol ou dans une touffe d’herbe. La couvée est de trois ou quatre œufs. Rien n’est publié concernant le déroulement de la reproduction.

Taxonomie et sous-espèces

La Bouscarle d’Indonésie (Horornis vulcanius), d’Indonésie bien sûr mais aussi de Sabah (Malaisie) et de Palawan (Philippines) a longtemps été considérée comme une sous-espèce de la Bouscarle jaune et vert. La ressemblance est limitée et son statut d’espèce distincte n’est plus discuté mais, pour l’instant, les deux sont toujours considérées comme espèces-sœur.

Il y a six sous-espèces qui montrent de petites variations de teinte de plumage. Les connaissances actuelles ne permettent pas d’offrir une analyse détaillée et comparative de ces six taxons, dont certains ne sont, peut-être, même pas valides.

Bouscarle jaune et vert (H. f. flavolivaceus), Pokhara, Népal, février 2021
On imagine volontiers que cette chenille est une proie particulièrement grande pour notre bouscarle, et la difficulté de la gérer est probablement la raison pour laquelle elle s’est posée en vue, oubliant les règles de sécurité. L’observer aussi bien est rare.
Bouscarle jaune et vert (H. f. flavolivaceus), Pokhara, Népal, février 2021
Cette image du même individu avec sa chenille permet de voir les pattes de la chenille et confirmer que c’est bien un invertébré et pas une brindille ! Le mimétisme est remarquable, mais il n’a pas suffi à tromper la bouscarle.
Bouscarle jaune et vert (H. f. flavolivaceus), Pokhara, Népal, février 2021
Voici les conditions plus habituelles de rencontre de cet oiseau, difficile à voir, très difficile à repérer.
Objectifs recherchés pour une page complète :
Images d’autres sous-espèces ; sponsoring

[Espèce Nº1465 du projet d’encyclopédie holistique]

spprevious
spsuivante
sommaire

Photos, tableau et textes © Valéry Schollaert & Marinella Mejia 2022

Liste des autres espèces illustrées : taxonomique – jour par jour

Untitled 2

3 thoughts on “Bouscarle jaune et vert – Horornis flavolivaceus

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s