Brillant rubinoïde – Heliodoxa rubinoides

Espèce vedette– Page simple (partielles) – Disponible pour sponsoring
Famille des Trochilidae (colibris) – Fawn-breasted Brilliant in English
Première publication : 05 janvier 2020 – Dernière mise à jour : 08 janvier 2022

Heliodoxa_rubinoides_main.jpgCe colibri de taille moyenne n’existe que dans les Andes depuis le nord de la Colombie jusqu’au sud du Pérou (peut-être aussi en Bolivie). Il fréquente les sous-bois de forêts humides principalement situées entre 1000 et 2000 mètres, parfois un peu plus haut. Il parvient localement à s’adapter aux haies de pâtures extensives et aux jardins touffus. 

Cet oiseau est mal connu. On dit que la femelle pond deux œufs et couve seule, mais aucune information détaillée n’est disponible. Il consomme du nectar et attrape quelques insectes en vol, comme la plupart des colibris.

Taxonomie et sous-espèces

C’est un colibri bien différent des autres brillants, au point qu’il a parfois été classé dans un genre distinct (Phaiolaima). La compréhension des sous-espèces est rendue difficile par la variabilité des couleurs, classique des colibris, mais aussi par la présence de mâles “travestis” (au plumage de femelle), au moins au sein de certaines populations.

Trois sous-espèces sont actuellement reconnues, et les différences concernent surtout des détails de couleur, comme celui des ailes illustrés plus bas.

Brillant rubinoïde (H. r. aequatorialis), Cali, Colombie, novembre 2016
Les femelles (et certains mâles “travestis”) n’ont pas le menton vert ni la tache brillante sur la gorge. Les parties inférieures beiges, vaguement tachetées de vert, la longueur moyenne du bec et la tache post-oculaire blanche permettent toutefois d’identifier cette espèce assez facilement.
Brillant rubinoïde (H. r. aequatorialis), Cali, Colombie, novembre 2016
Le mâle adulte montre un plumage unique avec le menton vert vif et la gorge lilas, brillante. Le corps est beige, plus ou moins doré ou teinté de cannelle selon les sous-espèces et les individus. Les ailes marquées de cannelle, par contre, indiquent H. r. aequatorialis, sous-espèce de l’ouest de Andes.
Brillant rubinoïde (H. r. rubinoides), Bogotá, Colombie, décembre 2016
Autour de la ville, les résidents mettent souvent des mangeoires à colibris, avec de l’eau sucrée. Le plaisir d’avoir ces petits oiseaux près de soi est presque irrésistible. Les vrais amis des oiseaux préfèrent cependant favoriser les plantes sauvages qui attirent, elles aussi, les nectarivores, mais en leur offrant une nourriture bien plus saine. Notez les ailes verdâtres de la sous-espèce nominale.
Objectifs recherchés pour une page complète :
Images en vol ; sponsoring

[Espèce Nº735 du projet d’encyclopédie holistique]

spprevious
spsuivante
sommaire

Photos, tableau et textes © Valéry Schollaert, Chantal Lac & Marinella Mejia 2020 – 2022

Liste des autres espèces illustrées : taxonomique – jour par jour

Untitled 2

3 thoughts on “Brillant rubinoïde – Heliodoxa rubinoides

  1. C’est une splendeur ! Il mérite son nom “Brillant” avec ce brillant rose à la gorge, avoisinant le joli vert tendre du sous-bec..
    La femelle est aussi aguichante en sa robe cannelle ,..des étoiles dans les yeux !

    Liked by 1 person

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s