Buse à tête blanche – Busarellus nigricollis

Espèce commune – Page simple (partielle) – Disponible pour sponsoring
Famille des Accipitridae (buses, aigles, éperviers, etc.) – Black-collared Hawk in English
Première publication : 23 avril 2018 – Dernière mise à jour : 16 mars 2022

Busarellus_nigricollis_mainCe rapace atypique existe depuis le Mexique jusque dans le nord de l’Argentine et de l’Uruguay. Il est localement commun sur les rivières, les lacs, les marais, les mangroves et d’autres milieux où il peut pêcher,  y compris des rizières. 

Cliquez ici pour voir une carte de répartition plus détaillée

Malgré son nom, ce n’est pas un oiseau apparenté aux buses (voir plus bas). C’est un rapace pêcheur original, bien adapté à ce mode de vie particulier. Il se nourrit de poissons, d’invertébrés aquatiques, de grenouilles et d’oiseaux (y compris des poussins), plus rarement d’autres vertébrés, saisis de façon opportuniste.

La nidification n’est pas décrite de façon satisfaisante. Un nid en branches est construit assez haut dans un arbre (il peut être réutilisé d’années en années), et les deux parents  s’occupent des deux œufs et du/des jeunes. Les autres détails restent à étudier

Buse à tête blanche, Manaus, Brésil, février 2009
L’immature est plus brun que l’adulte et il paraît
“sale”, mais la tête claire et le collier noir sont
déjà présents, ce qui facilite l’identification.

Taxonomie

Espèce très particulière, seule dans son genre, qui n’est pas proche des Buteogallus comme on le pensait avant, ni même d’aucune buse. Elle est plus proche des milans de l’Ancien Monde.

Les individus les plus méridionaux sont classés dans une sous-espèce différente (B. n. leucocephalus) car, comparés aux nominaux illustrés ici, ils sont un peu plus grands et leur calotte est un peu plus claire.

Buse à tête blanche, Manaus, Brésil, avril 2009
L’adulte a un plumage typique qui ne peut pas être confondu. Elle est
plus rousse que la Buse roussâtre, et la tête blanche ressort de façon
assez nette, surtout vue de face, car elle est séparée du roux du haut de
la poitrine par un collier noir sur la gorge, à l’origine du nom anglais.
Buse à tête blanche, Manaus, Brésil, mars 2009
Ce rapace vole peu et passe le plus clair de son temps perché, au-dessus de l’eau
ou d’une zone humide, à attendre l’arrivée d’une proie sur laquelle elle peut fondre
avec une redoutable efficacité.

[Espèce Nº113 du projet d’encyclopédie holistique]

spprevious
spsuivante
sommaire

Photos, tableau et textes © Valéry Schollaert, Marco Paul & Marinella Mejia 2018 – 2022

Liste des autres espèces illustrées : taxonomiquejour par jour

Untitled 2

2 thoughts on “Buse à tête blanche – Busarellus nigricollis

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s