Buse noire – Buteogallus anthracinus

Espèce commune – Page simple (partielle) – Disponible pour sponsoring
Famille des Accipitridae (aigles, buses, éperviers…) – Common Black Hawk in English
Première publication : 01 avril 2022 – Dernière mise à jour : 01 avril 2022

Cette buse massive et compacte vit depuis le sud-ouest des États-Unis (surtout l’Arizona) jusqu’au Guyana et à l’extrême nord du Pérou. Elle vit typiquement dans des milieux proches de l’eau (douce ou salée) qui accueillent des arbres assez grands. Cela inclut les forêts galeries, les bouquets d’arbres sur les berges d’un lac, les mangroves, les marais boisés et les forêts inondables.

Cliquez ici pour voir une carte de répartition plus détaillée

Elle chasse divers arthropodes et des vertébrés, comme beaucoup de buses, en plongeant sur la proie depuis un perchoir ; voyez par exemple la Buse augur, africaine, avec laquelle il y a de nombreuses similitudes (queue courte, larges ailes, corps massif). La Buse noire attrape toutefois bien plus de proies aquatiques, vu les milieux qu’elle fréquente. Cela inclut évidemment des poissons.

Le couple construit une plateforme de branches, de brindilles et de feuilles dans un arbre. La femelle couve la nuit et une partie du jour ; elle fait systématiquement appel au mâle en cas de besoin car les œufs (1- 3) ne sont jamais laissés seuls. L’incubation dure plus de 5 semaines et il faut 46 jours aux jeunes pour s’envoler. Ils continuent à quémander environ deux mois après avoir quitté le nid.

Taxonomie et sous-espèces

Cette buse a une histoire complexe qui a évolué récemment. Longtemps, on a cru que les sous-espèces de la côte Pacifique (du Mexique au Pérou) étaient une espèce à part (appelée Buteogallus subtilis – le Buse des mangroves). La population de Cuba, malgré le plumage brun et la petite taille, a longtemps été considérée comme sous-espèce de la Buse noire. Tout ce complexe est considéré comme sœur avec la Buse buson des côtes orientales de l’Amérique du Sud.

Les études récentes montrent que la “buse des mangroves” n’est pas plus distincte que n’importe quelle sous-espèce de la Buse noire, donc elle est désormais incluse à celle-ci. La Buse de Gundlach (Cuba), par contre, est une espèce distincte et devient logiquement l’espèce-sœur.

Les différences entre les 5 sous-espèces sont mineures et portent seulement sur la taille et les nuances de couleur du plumage (plus noirâtre ou plus brunâtre).

Buse noire, Ciudad del Carmen (Campeche), Mexique, février 2022
Au posé, on voit un plumage gris ou gris-brun, paraissant très souvent noir (d’où le nom) avec une large cire jaune comme contraste le plus évident sur l’oiseau.
Buse noire, Ciudad del Carmen (Campeche), Mexique, mars 2022
Le plumage est gris noirâtre avec de fins dessins sur les rémiges et une grosse barre blanche qui traverse la queue. L’identification est évidente ici, mais les autres Buteogallus, notamment la Buse urubu, peuvent ressembler énormément et poser de gros problèmes d’identification dans les zones de sympatrie.
Buse noire, Ciudad del Carmen (Campeche), Mexique, mars 2022
C’est rare chez les rapaces : le plumage est presque identique dessous et dessus.
Buse noire, Ciudad del Carmen (Campeche), Mexique, février 2022
On voit ici un Quiscale à longue queue qui houspille à la manière des corbeaux en Europe et en Amérique du Nord. Le quiscale et ses jeunes peuvent constituer de la nourriture pour la buse et il s’agit de lui faire passer l’envie de chasser dans le coin.
Buse noire, Huatulco (Oaxaca), Mexique, janvier 2021
Le juvénile a un plumage très différent de l’adulte. Il est encore plus clair lorsqu’il est frais, il s’agit ici d’un 2cy.

Voici une série ajoutée le 30 avril 2022 pour montrer la chasse au crabe !

Buse noire, Ciudad del Carmen (Campeche), Mexique, avril 2022
L’oiseau attendait l’arrivée d’une proie tout en restant immobile sur un piquet en bois planté sur la plage, ne se préoccupant absolument pas des passants.
Buse noire, Ciudad del Carmen (Campeche), Mexique, avril 2022
Brutalement, elle s’envole et fond sur un crabe. Le crabe la voit venir et, au dernier moment, il parvient à esquiver.
Buse noire, Ciudad del Carmen (Campeche), Mexique, avril 2022
La buse ne se décourage pas. Elle commence une poursuite à pattes puis s’envole et déborde le crabe avec un grand coup d’aile.
Buse noire, Ciudad del Carmen (Campeche), Mexique, avril 2022
Cette fois, elle ne se trompe pas. Avec ses pieds puissants, le crabe ne peut plus bouger.
Buse noire, Ciudad del Carmen (Campeche), Mexique, avril 2022
Elle le tue avec son bec en une fraction de seconde et n’a plus qu’à déguster.

Ayant des photos en grand format de cette espèce, j’en ai publiée une sur Flickr. Cliquez sur la photo pour la voir en très grand !

Objectifs recherchés pour une page complète :
Images d’autres sous-espèces dont subtilis ; sponsoring

[Espèce Nº1552 du projet d’encyclopédie holistique]

spprevious
sommaire

Photos, tableau et textes © Valéry Schollaert & Marinella Mejia 2022

Liste des autres espèces illustrées : taxonomique – jour par jour

Untitled 2

6 thoughts on “Buse noire – Buteogallus anthracinus

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s