Chevalier gambette – Tringa totanus

Espèce simple – publiée le 12 juillet 2019
Publication complète – famille des Scolopacidae (chevaliers, bécassines, courlis,…)
En anglais: Common Redshank in English

Tringa_totanus_mainCe chevalier est le plus répandu parmi les nicheurs en Europe. Il est, en effet, plus méridional que les autres Tringa et s’observe ainsi, toute l’année, dans une majeure partie du continent. Il vit le long des côtes (y compris sur les plages et les rochers) et dans les marais d’eau saumâtre comme en eau douce, les tourbières, les lagunes et même parfois les mangroves.

Il donne ainsi souvent l’impression aux européens d’être le chevalier le plus commun, et pourtant ses populations sont globalement inférieures à celles d’autres espèces du genre comme le Chevalier sylvain. Sa migration est également plus courte distance avec une présence continue dans beaucoup de pays européens et une partie du bassin méditerranéen jusqu’en Turquie. Les nicheurs d’Islande (très nombreux dans ce pays) jusqu’au nord du Japon sont migrateurs et hivernent dans une vaste zone entre l’Afrique de l’Ouest et l’Indonésie. Le Chevalier gambette ne descend cependant pas aussi au sud comme le font la plupart des autres Tringa comme le Chevalier aboyeur ou le Chevalier stagnatile. Ces derniers sont, par exemple, communs jusqu’en Afrique du Sud, pays où le Chevalier gambette est rare.

La nourriture et la nidification sont semblables à celles du Chevalier aboyeur, mais le nid est plutôt placé dans une touffe d’herbe. La femelle reste durant toute la nidification.

Taxonomie et sous-espèces

Espèce génétiquement bien délimitée composée de 6 à 8 sous-espèce aux contours assez flous (variations clinales) et difficilement identifiables au point que l’aire d’hivernage de certaines n’est pas encore connue.  Les oiseaux orientaux sont un peu plus longs et fins, plus clairs et moins tachetés que les occidentaux. Ces variations sont progressives et faibles, et d’autant plus difficiles à estimer que des variations individuelles existent avec notamment les femelles, en moyenne, plus grandes avec un bec plus long comparées aux mâles. Toutefois, lorsqu’on observe côte à côte un individu oriental avec un occidental, les différences sont parfois relativement nettes.

Tringa_totanus_1fr.jpg

Tringa_totanus_2fr.jpg

Tringa_totanus_3fr.jpg

Tringa_totanus_4fr.jpg

[Espèce Nº558 du projet d’encyclopédie holistique]

Photos et textes © Valéry Schollaert 2019

Liste des autres espèces illustrées: taxonomique – jour par jour

Untitled 2

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s