Colibri cyanote – Colibri cyanotus

Espèce commune – Page référence (partielle) – Disponible pour sponsoring
Famille des Trochilidae (colibris) – Lesser Violet-ear in English
Première publication : 02 janvier 2020 – Dernière mise à jour : 02 janvier 2022

Colibri_cyanotus_mainCe beau colibri est localement commun dans les montagnes (le plus souvent entre 1000 et 3000 mètres) du Costa Rica, du Panama, du nord de l’Amérique du Sud et des Andes, au sud jusqu’en Bolivie. Il vit plutôt en dehors de la forêt, appréciant les milieux ouverts ; il est adapté aux paysages bocagers et à diverses plantations dont le café. C’est ainsi que sa population se porte bien, et serait même en augmentation. 

Cet oiseau est principalement nectarivore et dépend donc totalement des fleurs. Il consomme le nectar de beaucoup de fleurs différentes, que ce soit celles de plantes plus ou moins grandes, d’arbres ou de buissons. Il capture occasionnellement des petits insectes volants, le plus souvent depuis un perchoir situé à une hauteur importante, dans un grand arbre.

Les mâles se perchent aussi en hauteur pour chanter, parfois des heures durant. Ils peuvent être isolés mais, le plus souvent, ils sont organisés en petites “arènes” (ou “leks”) : quelques individus sont installés à une distance raisonnable des autres (pour que les chants ne se polluent pas entre eux). Ainsi, la femelle peut écouter et comparer les chanteurs pour choisir le père de ses enfants. Après l’accouplement, elle s’occupe de toute la reproduction. Voyez ici notre vidéo qui explique plus en détails le chant et ces comportements de parades en arènes.

Le nid en forme de bol est relativement gros et élaboré pour un colibri. Il est construit avec diverses matières végétales, souvent extraites de fougères arborescentes qu’il apprécie, et des mousses. Il fixe le tout avec de la toile d’araignée.

Les 2 œufs sont couvés 16 ou 17 jours ; les jeunes s’envolent à 23, 25, 28 jours voire plus. En effet, quand les conditions sont mauvaises, les jeunes peuvent se mettre en état “d’hibernation” (ralentir le rythme cardiaque et diminuer la température du corps) durant plusieurs heures, ce qui ralentit son développement. Des comportements similaires sont observés chez les martinets (Apodidae), famille-soeur des colibris.

Ce comportement est interpellant. Certains colibris adultes font la même chose chaque nuit car, avec une température corporelle de plus de 40º et un métabolisme hyper-rapide, ils ne pourraient pas survivre à une nuit froide sans manger.

Contrairement aux mammifères, les oiseaux (qui peuvent migrer loin plus facilement) n’hibernent généralement pas. Toutefois, les rares oiseaux ayant été vus en hibernation hivernale sont les engoulevents.  Or, la génétique a montré que cette famille est proche des martinets et des colibris. On peut facilement conclure que l’aptitude à se mettre en état d’hibernation est issu de l’ancêtre commun de tous ces oiseaux.

Taxonomie et sous-espèces

Plusieurs sous-espèces ont été suggérées, mais elles sont peu différenciées et les individus (notamment ceux de Colombie illustrés sur cette page) sont intermédiaires. Ce sont des petits détails de couleurs, notamment sur les sous-caudales, qui sont concernés.

Cette espèce était considérée comme une sous-espèce du Colibri thalassin (répandu du Mexique au Honduras) jusqu’à récemment. Ce dernier est isolé géographiquement du Colibri cyanote et présente une large tache violette sur la poitrine.

Les autres oiseaux du genre Colibri cohabitent souvent, indiquant que ce sont des espèces biologiquement bien distinctes.

Colibri cyanote, Salento, Colombie, décembre 2016
Les couleurs optiques des colibris varient avec l’angle de la lumière et, en plus, les oiseaux du genre Colibri peuvent faire varier l’angle de leurs “oreilles violettes”. Ainsi, lors de la parade, elles peuvent apparaître bleues, violettes ou turquoises.
Colibri cyanote, Salento, Colombie, décembre 2016
Même d’assez loin, les parotiques bleues ou violettes sont visibles, permettant d’identifier le genre Colibri. La poitrine verte le distingue alors du Colibri d’Anaïs et du Colibri de Delphine avec lesquels il cohabite.
Colibri cyanote, Cali, Colombie, décembre 2016
Les Colibri sont des colibris (notez l’importance des majuscules !) “généralistes” avec un bec de longueur moyenne, soit environ égale à la longueur de la tête.

[Espèce Nº732 du projet d’encyclopédie holistique]

spprevious
spsuivante
sommaire

Photos, tableau et textes © Valéry Schollaert, Chantal Lac & Marinella Mejia 2020 – 2022

Liste des autres espèces illustrées : taxonomique – jour par jour

Untitled 2

4 thoughts on “Colibri cyanote – Colibri cyanotus

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s