Corbeau familier – Corvus splendens

Espèce vedette – page publiée le 07 avril 2018
Mise à jour: 21 mai 2018

Corvus_splendens_main

Voici un des oiseaux les plus “intelligents”, au sens intellectuel prisé par la majorité des humains. Tout comme notre espèce, Homo sapiens, c’est un animal qui est vraiment très opportuniste, parvenant à profiter de presque tous les types de ressources. Ce succès n’est toutefois pas au goût de tout le monde. On remarquera que l’humain déteste généralement les animaux qui font comme lui et qui tentent d’utiliser les ressources avec des stratagèmes proches des nôtres. Ainsi, c’est un des vertébrés sauvages les plus massacrés dans le monde, sans doute même la première victime parmi les espèces qui ne sont pas consommées comme aliment. Nous en faisons une vedette pour attirer l’attention sur ce génocide en cours, en espérant qu’il prendra fin au plus vite.

Corvus_splendens_plasticTZ4fr

L’opportunisme extrême dont ce corbeau est capable implique que tout déchet est vu comme nourriture potentielle. L’homme étant un incorrigible gaspilleur, partout où il y a des humains, le Corbeau familier trouve à manger même si d’autres oiseaux n’y arrivent pas. Il est ainsi assez semblable aux rats, sauf qu’il vole et n’a pas toujours besoin de bateaux et autres véhicules artificiels pour coloniser le monde assez rapidement. Il est donc abondant dans son aire de répartition originelle, entre l’Iran et le Myanmar, au sud jusqu’au Sri Lanka, ainsi que dans diverses zones qu’il a colonisées récemment, souvent avec l’aide direct mais involontaire de l’homme. Quelques ports européens et américains, la côte d’Afrique orientale et australe, diverses îles de l’Océan Indien, l’Australie et une partie significative du Moyen Orient.

Son comportement est proche des autres corbeaux et corneilles. Sociable, bruyant, agressif, il construit un nid (isolé ou en colonies plutôt lâches) assez haut dans les branchages. La ponte moyenne est de quatre œufs. Il est souvent parasité par le Coucou koël qui abonde, grâce au Corbeau familier, dans les zones anthropisées d’Inde et ailleurs.

Espèce introduite et éradication: un cas d’école

Voyez aussi notre article “L’oiseau qui aime le plastique” avec beaucoup de photos inédites du Corbeau familier.
Il y a d’autres oiseaux qui subissent des tirs, empoisonnement et  massacres divers, par exemple l’Ibis sacré. Toutefois, ce corbeau étant le plus efficace des oiseaux colonisateurs opportunistes au niveau mondial, il bat un triste record d’individus assassinés. Rien qu’en Tanzanie, entre 1 et 2 millions d’individus ont été empoisonnés (HBW Alive). Ces éradications sont très regrettables et montrent que, même dans le milieu de la conservation de la nature, les fonctionnements des écosystèmes ne sont ni compris, ni acceptés.
Le problème est le même partout où le Corbeau familier abonde: l’humain produit trop de déchets et les gère mal. Si la Tanzanie souffre d’une incroyable densité de ce corbeau, c’est que l’énorme ville de Dar-es-Salaam, assez développée économiquement, a une politique totalement inappropriée en gestion de déchets. Contrairement à certaines autres villes africaines, il y a un ramassage organisé, mais aucun tri, et le tout est simplement déposé en décharges à ciel ouvert. Des milliers de tonnes de plastique avec des restes d’appareils électroniques, des produits d’entretiens divers, aérosols, conserves, bouteilles mélangées aux peaux de bananes, carcasses d’animaux et autre matière organique potentiellement comestible pour les animaux. Toutefois, aucun n’a son pareil pour séparer les plastiques, survivre à l’ingestion accidentelle de produits toxiques, et sélectionner ce qui est le plus comestible. Le programme d’éradication a donc tué quelque 2 millions de corbeaux! Il en aurait été tué 5 millions, ça n’aurait pas fait de différence. Il y en a toujours autant, et la seule solution est de trier les déchets… et surtout d’en produire moins. Le pays a, depuis lors, banni les sacs en plastique jetables, c’est un petit pas en avant, mais composter les déchets organiques séparés des déchets non-organiques forcerait les corbeaux à retrouver un niveau de population équilibré, permettant aux autres animaux (qui ont largement disparu des zones où notre super opportuniste  est omniprésent) de revenir. 
Vous pouvez approfondir ce sujet dans notre article sur le rôle des espèces dans l’écosystème

Taxonomie et sous-espèces

Dans l’aire de répartition asiatique, il y a un cline nord-sud d’oiseaux plus clairs sur les parties grises vers des plus foncés. Voyez un autre exemple de cline, pour bien comprendre le concept, avec le Jacana à crête. On divise l’espèce, sur base de l’intensité de cette couleur grise, en 4 sous-espèces (voyez des exemples sur les photos). Les populations introduites comme en Tanzanie montrent de grandes variations de couleur, indiquant une origine multiple, et les individus ne sont donc pas identifiables sub-spécifiquement.

Cet oiseau est proche du Corbeau à gros bec dont la taxonomie actuelle n’est pas encore satisfaisante. On imagine que les études sur ce dernier, qui sera probablement divisé en plusieurs espèces distinctes, apporteront également des informations sur ses relations avec le Corbeau familier.

Corvus_splendens_5fr.JPG

Corvus_splendens_9fr

Corvus_splendens_7fr

Corvus_splendens_1fr.jpg

Corvus_splendens_2fr

Corvus_splendens_8fr.jpg

Corvus_splendens_6fr

Corvus_splendens_3fr.jpg

 

[Espèce Nº97 du projet d’encyclopédie holistique]

Photos et textes © Valéry Schollaert 2018

Liste des autres espèces illustrées: taxonomiquejour par jour

Untitled 2

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s