Cossyphe du Cap – Cossypha caffra

Espèce commune – Page simple (partielle) – Disponible pour sponsoring
Famille des Muscicapidae (rougegorges, traquets…) – Cape Robin-Chat in English
Première publication : 04 décembre 2021 – Dernière mise à jour : 04 décembre 2021

Ce joli cossyphe est localement commun dans les montagnes d’Afrique orientale et australe. En Afrique du Sud, il se rencontre également dans les plaines, jusqu’au niveau de la mer. Il utilise principalement les milieux de végétation dense adjacents aux forêts de montagne. En Afrique du Sud, il est aussi observé dans les jardins, y compris en ville, dans les zones agricoles ; sa seule condition est la présence de végétation d’au moins deux mètres de haut.

Son mode de vie est stéréotypé des cossyphes, donc comparable à celui de notre référence, le Cossyphe de Heuglin, vraisemblablement le plus répandu du genre avec le Cossyphe à calotte neigeuse. Hors Afrique du Sud, le Cossyphe du Cap est typiquement moins commun que les deux autres, mais plus facile à voir car moins discret.

Il est typiquement omnivore, se nourrissant de nourriture plus végétale (en particulier des graines et des fruits) ou plus animales (surtout des insectes) selon les disponibilités. Il consomme d’autres invertébrés et même des petits vertébrés comme des lézards et des grenouilles ! Il chasse surtout au sol (et peut suivre les colonnes de fourmis) mais passe aussi du temps à se nourrir dans les arbres fruitiers.

Taxonomie et sous-espèces

Il y a quatre sous-espèces. Comparée à C. c. iolaema illustrées sur notre page, C. c. kivuensis (du rift Albertin) est encore plus colorée. Vers le sud (partie orientale de l’Afrique australe), la nominale ne diffère que par son plumage un peu plus pâle et délavé. Enfin, la plus localisée (sud de la Namibie et nord-est de l’Afrique du Sud), C. c. namaquensis, est plus grande, plus pâle et montre un sourcil plus long.

C’est une espèce distincte qui ne semble pas avoir d’affinité avec un autre cossyphe en particulier.

Cossyphe du Cap (C. c. iolaema), Lushoto, Tanzanie, octobre 2011
Le juvénile rappelle celui des autres Muscicapidae, mais la queue et la gorge orangées permettent en général de l’identifier.
Cossyphe du Cap (C. c. iolaema), Lushoto, Tanzanie, octobre 2011
La poitrine et le ventre gris donnent un aspect typique à l’oiseau et le distinguent facilement des autres Cossypha sympatriques, sauf le rare Cossyphe à flancs olive ; ce dernier a toutefois la gorge blanche.
Cossyphe du Cap (C. c. iolaema), Lushoto, Tanzanie, octobre 2011
Lorsqu’il se pose, plus souvent en vue que les autres cossyphes, il relève habituellement la queue, comme font également les grives et les merles.
Objectifs recherchés pour une page complète :
images d’autres sous-espèces ; sponsoring

[Espèce Nº1434 du projet d’encyclopédie holistique]

spprevious
spsuivante
sommaire

Photos, tableau et textes © Valéry Schollaert & Marinella Mejia 2021

Liste des autres espèces illustrées : taxonomique – jour par jour

Untitled 2

5 thoughts on “Cossyphe du Cap – Cossypha caffra

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s