Courvite de Temminck – Cursorius temminckii

Espèce simple – publiée le 23 janvier 2018
Publication complète – famille Glareolidae (courvites, glaréoles, …)
En anglais : Temminck’s Courser in English

Cursorieur_temminckiiMAINCet oiseau est l’équivalent subsaharien le plus répandu du Courvite isabelle, assez connu des ornithologues amateurs européens. Il vit dans les prairies et savanes, certaines steppes arides mais évite justement les déserts et semi-déserts qu’apprécie son cousin de couleur isabelle. Comme beaucoup de limicoles qui nidifient aussi sous les tropiques tels que les vanneaux, gravelots, glaréoles (de la même famille que les courvites), il se nourrit surtout d’invertébrés ramassés sur le sol mais aussi occasionnellement de baies diverses. La nourriture ne manque pas et donc, dans les zones non dégradées, il peut être abondant et c’est même le courvite africain qui a la plus grande population. La transformation des paysages naturels en pâturages est sans doute le principal risque pour l’espèce à long terme.

Le mode de reproduction et la technique de chasse sont les mêmes que ceux du Courvite isabelle, notre espèce de référence. Notons surtout qu’il vit dans des milieux moins arides.

Taxonomie et sous-espèces

Trois sous-espèces très semblables sont généralement reconnues et montrent de petites variations de couleur (plus ou moins sable/gris) dessus, et d’intensité de l’orange sur le ventre. C’est si léger que certains auteurs considèrent cet oiseau monotypique.  Il mérite probablement d’être inclus dans une super-espèce avec plusieurs espèces très proches qui le remplacent dans diverses zones géographiques. Le Courvite de Burchell dans les zones arides du sud-ouest de l’Afrique, le Courvite de Somalie dans la Corne de l’Afrique, le Courvite isabelle en Afrique du Nord, au Soudan et au Moyen-Orient, et le Courvite de Coromandel en Inde et quelques pays voisins.

Cursorieur_temminckii6Cursorieur_temminckii5

Cursorieur_temminckii3Cursorieur_temminckii7Cursorieur_temminckii4

Mise à jour du 2 novembre 2019

Cet individu, pris à Kasese (Ouganda) en novembre 2014 ouvre l’aile. Il n’est pas blessé… mais fait semblant de l’être. Il a vu un prédateur et veut l’éloigner du nid ou des jeunes. En se faisant passer pour une proie facile, le prédateur va le poursuivre en espérant l’attraper. Quand il l’aura attiré assez loin, il s’envolera normalement.

Cursorieur_temminckii_6ug.JPG

[Espèce Nº23 du projet d’encyclopédie holistique]

Photos et textes © Valéry Schollaert 2018

Liste des autres espèces illustrées : taxonomique – jour par jour

Untitled 2

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s