Élanion blanc – Elanus caeruleus

Espèce de référence – publiée le 9 juin 2018
Publication complète –  famille des Accipitridae (buses, aigles, éperviers, etc.)
En anglais : Black-winged Kite in English

Elanus_caeruleus_main.JPGCe petit rapace est très répandu depuis le Portugal et le Sénégal jusqu’à l’Afrique du Sud, la Nouvelle-Guinée et l’est de la Chine. Il profite de la déforestation pour augmenter ses populations, et étend même son aire de répartition notamment en Europe. La France est en phase de colonisation et les observations se multiplient dans des pays plus nordiques.

On parle souvent de convergence évolutive morphologique mais moins souvent de convergence comportementale. Les Falconidae et les Accipitridae sont un exemple de groupes très distincts qui ont convergé, sur le plan morphologique, car ils consomment une nourriture parfois semblable. Ainsi, la ressemblance entre certains faucons et certains éperviers est indéniable.

Les méthodes de chasse sont souvent spécifiques et généralement bien distinctes d’un genre à l’autre. Un busard ne chasse pas comme une buse, un autour ne chasse pas comme un milan, etc. Ici, on a une similitude impressionnante entre la stratégie de l’Élanion blanc et celle du Faucon crécerelle. Le vol en “saint-esprit” (comme illustré tout en haut) ou depuis un perchoir, la longue glissade ou le piqué vers la proie qui est posée au sol, le fait de consommer sur un perchoir ou, pour les plus petites proies, en vol, tout est similaire. Sans surprise, les proies recherchées sont les mêmes : micro-mammifères, petits oiseaux, reptiles, insectes.

Une particularité des élanions, sans doute en lien avec leurs yeux de taille importante, est de chasser volontiers au crépuscule.

Le genre Elanus appartient à la sous-famille de Elaninae qui est basale de la famille. On retrouve donc, logiquement, des caractères de la plupart des Accipitridae chez les élanions. Ainsi, la construction du nid, par exemple, est très proche de celle des milans comme le Milan à bec jaune (voir une illustration sur la page), bien que ces oiseaux soient si différents en taille, forme et couleur  : ce sont des branchages placés assez négligemment sur une fourche haut dans un arbre ou un autre support, y compris artificiel, que le couple peut éventuellement réutiliser d’année en année. Les 3 ou 4 œufs sont couvés plus d’un mois, et les jeunes nourris au nid durant une période semblable.

C’est un oiseau qui aime la présence de quelques arbres, mais il évite la forêt. Il est capable de survivre même en milieux très arides tant que la nourriture est suffisante.  Il est adaptés aux plaines cultivées.

Taxonomie et sous-espèces

Espèce-sœur avec l’Élanion d’Australie (le nom anglais des deux espèces est parfois inversé, créant beaucoup de confusion) et également proche de l’Élanion à queue blanche, qui est son équivalent américain.

On le divise normalement en quatre sous-espèces qui montrent des zones plus ou moins grises sur les parties inférieures et de petites différences de taille.

Elanus_caeruleus_1fr.jpg
Elanus_caeruleus_2fr.jpg
Elanus_caeruleus_4fr.jpg

[Espèce Nº160 du projet d’encyclopédie holistique]

spprevious
spsuivante
sommaire

Photos et textes © Valéry Schollaert 2018 – 2019

Liste des autres espèces illustrées : taxonomiquejour par jour

Untitled 2

2 thoughts on “Élanion blanc – Elanus caeruleus

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s