Engoulevent du Mozambique – Caprimulgus fossii

Espèce commune – Page de référence (partielle) – Disponible pour sponsoring
Famille des Caprimulgidae (engoulevents) – Square-tailed Nightjar in English
Première publication : 04 février 2022 – Dernière mise à jour : 04 février 2022

Cet engoulevent au phénotype classique des espèces de l’Ancien Monde est répandu et souvent commun depuis le sud du Gabon jusqu’au nord-est de l’Afrique du Sud via la zone frontalière du Kenya et de la Tanzanie. Il se rencontre plus au nord, notamment en Ouganda, mais il s’agit de non-nicheurs observés en période internuptiale. Il est donc un migrateur partiel intra-africain.

Cliquez ici pour voir une carte de répartition plus détaillée

La famille des engoulevents a été réorganisée ; voyez l’origine de ces oiseaux et l’étymologie des noms (engoulevents et Caprimulgus) à la page de l’Engoulevent pauraqué. Dans la nouvelle classification, qui est bien plus conforme à la réalité que l’ancienne, les Caprimulgus n’existent que dans l’Ancien Monde. Cela reste le genre le plus diversifié de la famille avec environ 40% des espèces. Cela signifie que tous les Caprimulgus ont donc une origine commune, relativement récente, et que la diversification à travers l’Afrique et l’Asie a eu lieu rapidement. On considère que ce genre est sœur avec le clade formé par Podager et Chordeiles, qui constituent les “nighthawks” (voir Engoulevent minime), les engoulevents aériens d’Amérique.

En d’autre mot, un engoulevent aérien américain, à une époque où il n’y avait qu’une ou quelques espèces proches et qui n’étaient alors pas classables dans deux genres distincts comme aujourd’hui, a traversé vers l’Ancien Monde (le plus probable est qu’il a traversé l’Atlantique vers l’Afrique) et que tous les Caprimulgus d’aujourd’hui sont descendants de ce pionnier.

Leur comportement est plus aérien que les espèces terrestres américaines, mais moins aérien que celui des “nighthawks“.

Méthode Formation Ornitho : mode de vie des Caprimulgus

On peut facilement décrire les deux principales techniques de chasse aux insectes volants en les comparant à celles de guêpiers. Soit ils attendant posés, au sol ou sur un perchoir, et s’envolent pour attraper une proie (surtout les plus grosses) puis se reposent. Soit ils volent de façon continue, le bec ouvert, et ingurgitent un grand nombre d’insectes.

Un ou deux œufs sont pondus au sol sans aménagement mais la femelle choisit plutôt un sol couvert de feuilles mortes, de sable, de graviers ou alors une petite dépression dans les rochers. L’incubation est principalement le travail de la femelle et dure deux semaines. Les jeunes engoulevents sont habituellement semi-nidifuges et cette espèce ne fait pas exception. Toutefois, les détails spécifiques restent inconnus, notamment sur la manière dont les parents les nourrissent, l’âge auquel ils s’emplument, etc.

Taxonomie et sous-espèces

Il forme une super-espèce avec l’Engoulevent à longue queue (d’Afrique occidentale et centrale) et l’Engoulevent de Reichenow (du nord-est de l’Afrique) ; ce dernier est sœur avec l’Engoulevent du Mozambique (ancienne sous-espèce).

La sous-espèce nominale (Gabon, Congo) est un peu plus petite et plus foncée que C. c. welwitschii illustrée ici. La troisième sous-espèce, limitée au Kalahari (C. c. griseoplurus) est, au contraire, plus grande et plus pâle.

Engoulevent du Mozambique, Kasese, Ouganda, décembre 2013
Le plumage très cryptique est stéréotypé chez les Caprimulgus, ce qui rend l’identification difficile. Sans voir la queue, il est difficile de le distinguer de l’Engoulevent de Reichenow avec lequel il cohabite à cette époque. Nous avons vu la queue sur le terrain mais, sur l’image, il faut se contenter de la moustache blanchâtre plus contrastée avec le trait malaire noirâtre.
Engoulevent du Mozambique, Ifakara, Tanzanie, juillet 2011
Le large bord de fuite blanc est un bon critère d’identification par rapport à toutes les espèces sympatriques (sauf l’Engoulevent de Reichenow) mais n’est présent que chez le mâle. L’éclairage avec une lampe rend la photo moins colorée que le flash qui a été utilisé pour réalisé la photo de couverture (même individu).

Objectifs recherchés pour une page complète :
Images de la femelle et d’un oiseau en vol ; sponsoring

[Espèce Nº1496 du projet d’encyclopédie holistique]

spprevious
spsuivante
sommaire

Photos, tableau et textes © Valéry Schollaert & Marinella Mejia 2022

Liste des autres espèces illustrées : taxonomique – jour par jour

Untitled 2

6 thoughts on “Engoulevent du Mozambique – Caprimulgus fossii

  1. Cet engoulevent de 23 cm est un oiseau mimétique difficile à trouver dans le paysage car son plumage se confond toujours très bien avec le milieu ambiant.

    Liked by 1 person

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s