Eurylaime rouge et noir – Cymbirhynchus macrorhynchos

Espèce vedette – Page de référence (partielle) – Disponible pour sponsoring
Famille des Eurylaimidae (Eurylaimes asiatiques) – Black-and-red Broadbill in English
Première publication : 15 novembre 2021 – Dernière mise à jour : 15 novembre 2021

Cet oiseau extraordinaire ne vit que dans les forêts tropicales du sud-est de l’Asie, depuis le sud-ouest du Myanmar et le sud de la Thaïlande jusqu’à Bornéo et Sumatra (Indonésie). Il préfère les fonds de vallées humides ainsi que les abords de rivières et d’étangs. Avec de telles exigences, et sachant qu’il disparaît immédiatement des forêts abîmées par l’être humain, la population est en nette diminution.

Aucun oiseau européen ne rappelle cet eurylaime et c’est logique car ce dernier fait partie des rares passereaux de la branche américaine (Tyranni ou “oscines”) de l’Ancien Monde, donc des oiseaux qui se sont séparés de la branche africaine au début de l’histoire des passereaux mais qui ont colonisé, bien plus tard, l’Afrique et l’Asie. Il n’y a aucun représentant de cette infra-classe en Europe. Dans l’Encyclopédie Holistique, vous pouvez voir la Brève à ailes bleues qui fait partie d’une famille de Tyranni asiatiques.

Leur histoire est mouvementée et les eurylaimes, surtout présents en Asie, ne se sont pas contentés d’aller-retour entre l’Ancien et le Nouveau Monde. Ils ont aussi voyagé d’Afrique en Asie et vice-versa. C’est ainsi qu’ils représentent deux ou trois familles. Celle-ci, les Eurylaimidae, est la principale et ne vit qu’en Asie sauf l’Eurylaime de Grauer qui est endémique à la région du rift Albertin, en Afrique. À l’inverse, l’Eurylaime vert et les taxons associés (tous asiatiques et inclus au genre Calyptomena) sont apparentés aux eurylaimes africains !

L’Eurylaime rouge et noir est le premier représentant de la famille sur notre site, et sera donc notre référence.

Méthode Formation Ornitho : mode de vie des eurylaimes asiatiques

Il chasse, au sol et sur le bord de l’eau, de nombreux invertébrés et quelques vertébrés. Il n’y a pas d’études précises mais il a été vu capturant des insectes, des escargots, des limaces, divers crustacés, des mollusques et quelques petits poissons.

Le couple construit un très gros nid au-dessus de l’eau. C’est une grosse structure à la forme vaguement rectangulaire munie d’une “queue”, avec une entrée latérale, suspendue à des branches relativement fines et souples, ou des lianes.

Divers matériaux végétaux sont tissés : de l’herbe, de fines lianes, des brindilles, des bandes d’écorce, des feuilles, des plantes grimpantes, des fibres végétales, des radicelles, des hyphes fongiques et des mousses. L’intérieur est généralement tapissé, par exemple avec des roseaux ou des feuilles de palmier. La base est recouverte de feuilles vertes et d’autres matériaux plus doux.

Deux ou trois œufs sont pondus, mais rien d’autre n’est publié sur la reproduction. Les eurylaimes asiatiques sont très mal connus ; celui-ci est pourtant facile à étudier, vu comme son nid est gros et visible !

Taxonomie et sous-espèces

Quatre sous-espèces sont décrites dont trois qui ne diffèrent que marginalement (longueur des ailes, saturation des couleurs, etc.) mais la quatrième est plus distincte avec du rouge dans les secondaires et une tache blanche à la base des primaires. Il s’agit de la population birmane (sud-ouest du Myanmar, pays anciennement appelé Birmanie) qui est isolée et mérite peut-être le statut d’espèce distincte : l’Eurylaime de l’Irrawaddy (Cymbirhynchus affinis).

L’espèce la plus proche appartient également à un genre monotypique, c’est l’Eurylaime de Gould (Serilophus lunatus). Ce dernier est répandu depuis l’Himalaya jusqu’à Sumatra.

Eurylaime rouge et noir (C. m. malaccensis), PN Taman Negara, Malaisie, février 2019
En plus du plumage, déjà assez spectaculaire, on note le bec aux couleurs jaunes et turquoises uniques, et l’œil bleuté. C’est un oiseau peu commun mais il peut se laisser observer assez facilement, se posant sur une branche sans essayer de se cacher.

Objectifs recherchés pour une page complète :
Images du nid et d’une autre sous-espèce ; sponsoring

[Espèce Nº1415 du projet d’encyclopédie holistique]

spprevious
spsuivante
sommaire

Photos, tableau et textes © Valéry Schollaert & Marinella Mejia 2021

Liste des autres espèces illustrées : taxonomique – jour par jour

Untitled 2

7 thoughts on “Eurylaime rouge et noir – Cymbirhynchus macrorhynchos

  1. Magnifique rouge de la robe , rehaussé par un bec de belle taille ,aux belles couleurs- éclat turquoise et jaune ! Salut passereau rare, oiseau-rubis !..

    Liked by 1 person

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s