Faucon lanier – Falco biarmicus

Espèce de référence – publiée le 7 octobre 2020
Publication complètefamille des Falconidae (faucons, fauconnets, caracaras…)
En anglais : Lanner Falcon in English

Ce grand faucon est très répandu en Afrique, au nord comme au sud du Sahara ; il est localisé et souvent peu commun au Moyen-Orient, au nord jusque dans le Caucase russe, dans les Balkans et en Italie (dont la Sicile). Il se porte bien en Afrique mais les autres populations sont faibles : elles ont diminué, dans le passé, à cause des tirs (souvent illégaux) et des pesticides. Il semble que la diminution se soit arrêtée grâce à une meilleure protection, mais le niveau de densité est bas, sauf en Sicile où il est commun (environ 100 couples, 30% de la population européenne).

Il vit dans la plupart des milieux, depuis les plaines jusqu’à plus de 5000 mètres d’altitude. Il s’adapte aux milieux arides mais vit aussi très bien sur les collines boisées, les falaises côtières et bien d’autres habitats. Il est en compétition avec le Faucon pèlerin (Falco peregrinus minor) en Afrique et ce conflit pour les territoires semble expliquer les densités faibles de ce dernier. Le même type de conflit existe entre le Faucon pèlerin et le Faucon taita, encore plus petit, expliquant en partie l’extrême rareté de ce dernier (peut-être le faucon le plus rare du monde). Dans certaines régions, toutefois, les mêmes montagnes peuvent accueillir les trois espèces mais il faut au moins 800 mètres entre les nids.

Il mange des proies de taille moyenne, surtout des Columbidae (pigeons, tourterelles) et d’autres oiseaux comme des Sturnidae (étourneaux, choucadors, rufipennes, etc.). En plus des oiseaux, il capture des rongeurs, des lézards, des insectes, des araignées et des scorpions (invertébrés pour lesquels il chasse alors en marchant). Il lui arrive de consommer une charogne, de voler une proie à un autre prédateur et de chasser tard le soir, voire la nuit.

Il niche dans un vieux nid d’un autre rapace, d’un Corvidae ou d’un héron. La femelle couve (maximum cinq œufs) un mois et nourrit les jeunes alors que c’est le mâle qui apporte la nourriture à la femelle, sauf à la fin de la nidification, lorsque les jeunes (qui s’envolent à environ cinq semaines), deviennent grands. Elle va alors également chasser et les deux parents fournissent la progéniture en proies.

Taxonomie et sous-espèces

Le Faucon lanier est proche du Faucon laggar (ancienne sous-espèce, taxon du sous-continent Indien), du Faucon sacre (dont le “Faucon de l’Altaï”) et du Faucon gerfaut (les quatre sont souvent groupés dans un sous-genre, Hierofalco).

Il y a cinq sous-espèces décrites ; c’est la nominale qui est illustrée sur notre page. Les adultes varient en stries ou taches, de façon clinale, sur les parties inférieures : nettement marqués en Europe et au Moyen-Orient, faiblement marqués en Afrique du nord et unis (ou presque) en Afrique australe.

Faucon lanier, Mtae, Tanzanie, octobre 2011
C’est un gros faucon avec un phénotype classique des Falco. Large cercle oculaire entourant un œil noir, “moustaches” noirâtres, bec court muni d’une “dent”, etc.
Faucon lanier, Mtae, Tanzanie, octobre 2011
La calotte plus rousse indique un oiseau plus âgé que celui illustré juste au-dessus qui est un juvénile frais. Notez ici les ailes très longues (projection primaire considérable).
Faucon lanier, Mtae, Tanzanie, octobre 2011
En vol, lorsqu’il ne bat pas des ailes, les pointes de celles-ci sont légèrement relevées, comme chez le Faucon sacre alors que le Faucon pèlerin et les plus petites espèces sont “plats”.
Faucon lanier, Mtae, Tanzanie, octobre 2011
Voyez la grande différence entre les jeunes et les adultes : à gauche, un juvénile avec ses fortes stries sur la poitrine et les couvertures sous-alaires foncées. À droite, l’adulte est à peine tacheté ou uni sur le corps et le dessous de l’aile est pâle.
Faucon lanier, Mtae, Tanzanie, octobre 2011
Collage de trois photos montrant un juvénile se préparant à effectuer un très long et rapide piqué vers le fond de la vallée. Voyez le piqué en question c-dessous.
Faucon lanier, Mtae, Tanzanie, octobre 2011
Ce faucon est grand, lourd et moins agile que le Faucon pèlerin, mais il peut effectuer des piqués foudroyants se terminant sur une proie en vol autant que sur une proie terrestre.
Faucon lanier, Mtae, Tanzanie, septembre 2011
Avec un éclairage approprié, même en vol et de loin la calotte rousse est un critère caractéristique qui permet une identification facile, sauf chez le juvénile. Les ailes très larges pour un faucon constituent toutefois un critère plus efficace dès que la forme de l’oiseau est mémorisée.

 [Espèce Nº1011 du projet d’encyclopédie holistique]

spprevious
spsuivante
sommaire

Photos et textes © Valéry Schollaert 2020

Liste des autres espèces illustrées : taxonomiquejour par jour

Untitled 2

One thought on “Faucon lanier – Falco biarmicus

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s