Goéland d’Hemprich – Ichthyaetus hemprichii

Espèce commune – Page simple – Disponible pour sponsoring
Famille des Laridae (sternes, mouettes, etc.) – Sooty Gull in English
Première publication : 24 juin 2019 – Dernière mise à jour : 03 mars 2022

Ichthyaetus_hemprichii_main.JPGCe goéland au plumage original est localement commun sur les côtes de l’océan Indien du nord du Kenya jusqu’au Pakistan, dans le golfe Persique et dans la mer Rouge. Après la nidification, il atteint le nord du Mozambique, Israël et l’ouest de l’Inde.

Cliquez ici pour voir une carte de répartition plus détaillée

Comme d’autres Laridae, il est opportuniste. Il se nourrit principalement de poissons morts et des déchets, mais peut aussi manger des œufs, des jeunes vertébrés (notamment des tortues et des oisillons), de la nourriture volée à d’autres oiseaux, des crustacés, etc.

C’est un oiseau côtier qui s’installe souvent sur des îlots pour nicher ; le nid est grossièrement aménagé de végétation dans une petite dépression au sol, si possible près d’une touffe de graminées, un buisson, un corail ou une autre structure pour vaguement occulter le nid. Il est colonial et peut nicher en groupe, parfois seul, dans des colonies d’autres Laridae, surtout des sternes. L’incubation dure 25 jours, donc assez proche de la durée observée chez la Mouette rieuse, les autres détails de la nidification restent inconnus hormis la couvée (1 à 3 œufs).

Taxonomie

C’est une espèce monotypique relativement proche de la Mouette mélanocéphale et surtout de son espèce-sœur, le Goéland à iris blanc, qui niche exclusivement en mer Rouge.

Goéland d’Hemprich, Pangani, Tanzanie, février 2011
Cet oiseau hivernant en Tanzanie est dans son deuxième hiver (3cy) : il a la queue presque toute blanche mais on voit encore une tache noire, le masque n’est pas noirâtre, et le pattern du bec rappelle celui de l’adulte en plus terne.
Goéland d’Hemprich, Salalah, Sultanat d’Oman, avril 2016
À droite, la tête noirâtre contraste avec le blanc du cou : c’est un adulte. Comparez avec le 2cy à gauche, notamment la couleur des pattes et du bec.
Goéland d’Hemprich, Salalah, Sultanat d’Oman, avril 2016
Les plumes de la tête sont usées et indiquent que la mue vers le plumage nuptial n’a pas encore eu lieu. Ce n’est pas étonnant : bien qu’il vive dans des régions chaudes, il ne niche que tard dans l’année, ne pondant seulement qu’à partir du mois juin.

[Espèce Nº540 du projet d’encyclopédie holistique]

spprevious
spsuivante
sommaire

Photos, tableau et textes © Valéry Schollaert, Chantal Lac & Marinella Mejia 2020 – 2022

Liste des autres espèces illustrées : taxonomiquejour par jour

Untitled 2

2 thoughts on “Goéland d’Hemprich – Ichthyaetus hemprichii

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s