Gonolek à ventre rouge – Laniarius erythrogaster

Espèce de référence – publiée le 20 mars 2018
Publication complète –  Famille des Malaconotidae (gonoleks, gladiatieurs, etc.)
En anglais : Black-headed Gonolek in English

Laniarius_erythrogaster_mainCette espèce très commune et bien adaptée aux milieux anthropisés est répandue au Sud-Soudan et en Ouganda, mais nettement plus localisée dans les autres pays qu’elle fréquente dans un triangle Nigéria – Érythrée – Tanzanie. C’est un Malaconotidae typique qui sera donc une parfaite espèce de référence pour découvrir cette famille essentiellement africaine. Dans son aire de répartition, c’est le seul gonolek noir et rouge, sans barre alaire blanche, donc l’identification est généralement évidente mais une confusion est possible avec le jeune Gonolek des papyrus qui aurait le jaune du sommet invisible et la barre alaire cachée par la position des plumes.

Méthode Formation Ornitho : présentation de la famille et mode de vie du genre

Laniarius_erythrogaster_1fr

Anciennement, on croyait les Malaconotidae proches des pies-grièches (Laniidae), on les classait dans la même famille. C’est la forme du bec et le régime alimentaire qui en sont les raisons : en effet, à l’instar des Lanius, les gonoleks, tchagras et autres gladiateurs sont des passereaux carnivores, s’attaquant à de gros insectes et même des vertébrés, comme le font les rapaces, avec leur bec fort et un peu crochu. Cette originalité, pour des passereaux, est un point commun entre ces deux familles bien que les proies varient d’une espèce à l’autre. Le type de nid est assez semblable aussi entre ces familles, une solide coupe souvent construite sur une ou deux grosses branches où quelques œufs sont pondus. Les détails de la nidification sont toutefois mal connus, le Gonolek à ventre rouge ne pondrait que 2 œufs dans un nid construit de 4 à 8 mètres sur dans un buisson dense.

Laniarius_erythrogaster_3fr

Il y a par contre des différences morphologiques majeures dans la forme du corps, la stratégie de chasse (prospection dans les branchages ou autre végétation dense ainsi qu’au sol et non pas, ou peu, de chasse à l’affût comme les chez Lanius) et surtout la particularité spectaculaire des chants en duo. Les gonoleks ont une voix puissante, unique en leur genre. Le chant est composé d’une courte phrase émise par la mâle et prolongée par la femelle de façon très systématique, rythmée et vraiment synchronisée.

Taxonomie

Espèce monotypique, proche du Gonolek de Barbarie et moins du Gonolek des Papyrus; aucun cas d’hybridation n’a été rapporté. La ressemblance de la vocalisation avec le Gonolek rouge et noir d’Afrique australe (pas de cohabitation) semble une simple coincidence car plusieurs études génétiques confirment que cette dernière est éloignée de tous les autres gonoleks.

Laniarius_erythrogaster_2fr
Laniarius_erythrogaster_4fr

[Espèce Nº79 du projet d’encyclopédie holistique]

spprevious
spsuivante
sommaire

Photos et textes © Valéry Schollaert 2018 – 2019

Liste des autres espèces illustrées : taxonomiquejour par jour

Untitled 2

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s