Gralline pie – Grallina cyanoleuca

Espèce vedette – publiée le 14 août 2019
Publication complète – famille des Monarchidae (monarques, tchitrecs…)
En anglais : Magpie-lark in English

Grallina_cyanoleuca_main

Cet oiseau est très original et unique en son genre. Il est répandu en Australie et localisé en Indonésie et en Papouasie-Nouvelle-Guinée. Il vit dans les milieux ouverts proches de points d’eau. C’est ainsi qu’il est adapté aux parcs urbains en bordure de lac, aux prairies dotées d’un étang, aux jardins ouverts avec une mare assez grande, etc. Il se porte donc bien et voit même sa population augmenter avec la déforestation et l’installation de points d’eau artificiels.

Cet oiseau marche sur le sol sec ou humide, y compris les vasières et la plage, et picore les invertébrés comme le font des oiseaux très différents tels que les vanneaux, par exemple le Vanneau huppé, ou les Motacillidae (voyez par exemple la Bergeronnette pie).

Le nid en forme de bol est construit en boue, sur une haute branche d’un arbre ou une structure artificielle. Les deux parents qui vivent en couples territoriaux partagent les tâches de la reproduction. L’incubation dure un peu moins de trois semaines, les jeunes, nidicoles, s’envolent après un peu plus de trois semaines et restent environ cinq semaines dépendants des parents.

Taxonomie et sous-espèces

Cet oiseau a été décrit comme un Corvus (Corvidae, famille des corbeaux) en 1801. Ensuite, on l’a longtemps placé dans les Corcoradidae, avec notamment l’Apôtre gris. Étant un oiseau très différent des autres, il a évidemment été proposé de le placer dans sa propre famille, les Grallinidae. C’est nettement moins intuitif, mais certains l’ont aussi mis avec les drongos dans la famille Dicruridae. Actuellement, il y aurait une convergence entre les études du squelettes et les études génétiques, plaçant finalement la gralline dans les Monarchidae. C’est presque aussi contre-intuitif que la relation avec les drongos mais le monde scientifique semble s’accorder sur ce classement que nous sommes donc, en quelques sortes, forcés de suivre ici également.

Son nom anglais signifie “L’alouette-pie”.

Les oiseaux du nord (illustrés ici) sont parfois séparés en sous-espèce (G. c. neglecta) distincte pour leur taille légèrement inférieure, leurs ailes et leur queue en moyenne plus courtes et leur bec légèrement plus long.

Grallina_cyanoleuca_1fr.jpg
Grallina_cyanoleuca_2fr.jpg

[Espèce Nº591 du projet d’encyclopédie holistique]

spprevious
spsuivante
sommaire

Photos et textes © Valéry Schollaert 2019 – 2020

Liste des autres espèces illustrées : taxonomiquejour par jour

Untitled 2

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s