Grand Chevalier – Tringa melanoleuca

Espèce simple – publiée le 2 mai 2021
Publication complète – Famille des Scolopacidae (chevaliers, bécassines, courlis…)
En anglais : Greater Yellowlegs in English

Ce grand limicole se reproduit largement depuis le sud de l’Alaska jusque sur la côte Atlantique canadienne et Terre-Neuve. Il hiverne sur presque la totalité du continent américain depuis le sud des États-Unis jusqu’en Terre de Feu (Chili / Argentine). Il niche autour des plans d’eau, des marais et des larges tourbières, surtout lorsque quelques grands arbres sur lesquels il peut chanter sont présents. Il évite la forêt. En hiver, il utilise les vasières comme les autres chevaliers.

Cliquez ici pour voir une carte de répartition plus détaillée

Il cohabite toute l’année avec le Chevalier à pattes jaunes qui lui ressemble en plumage et en couleur des pattes mais ce dernier niche dans des milieux plus fermés, y compris en forêt. Selon sa taille, son milieu, son comportement et même sa morphologie et sa voix, il est l’équivalent américain du Chevalier aboyeur de l’Ancien monde.

Comparé à ce dernier, notre référence, le Grand Chevalier (parfois appelé Chevalier criard en Europe) ne montre qu’une différence comportementale significative : il se reproduit en couple monogame et les deux parents travaillent à la reproduction. La répartition des tâches entre le mâle et le femelle reste inconnue ; il faut dire que distinguer les deux sexes sur le terrain est impossible.

Taxonomie

Certaines études génétiques confirment ce que le phénotype et la voix semblent indiquer : une grande proximité avec le Chevalier aboyeur. Au moins une étude estime toutefois qu’il est plus proche du Chevalier arlequin. Sa position exacte est donc encore à déterminer, mais le Chevalier arlequin diffère en forme, en voix, et très significativement en plumage donc cette option paraît improbable.

C’est une espèce monotypique bien délimitée et sans hybridation connue avec une quelconque autre espèce.

Grand Chevalier, San Juan Bautista Tuxtepec, état d’Oaxaca, Mexique, novembre 2020
Son nom indique qu’il est grand, notamment en comparaison du Chevalier solitaire ou du Chevalier à pattes jaunes, mais les chevaliers restent petits à côté de ces deux autres échassiers : l’Échasse d’Amérique et l’Ibis à face blanche.
Grand Chevalier, Progreso (état du Yucatán), Mexique, avril 2021
Comparé à l’oiseau hivernal sur la photo plus haut, on voit que cet individu montre des barres sur les flancs et des petites taches sur la poitrine : il mue vers le plumage nuptial.
Grand Chevalier, Progreso (état du Yucatán), Mexique, avril 2021
Celui-ci est plus avancé dans sa mue que le précédent : les barres des flancs sont plus longues et les taches sur la poitrine plus nettes et plus nombreuses. À contre jour, quand la couleur des pattes est plus difficile à juger, notez la grande ressemblance avec le Chevalier aboyeur.

[Espèce Nº1218 du projet d’encyclopédie holistique]

spprevious
spsuivante
sommaire

Photos et textes © Valéry Schollaert 2021

Liste des autres espèces illustrées : taxonomique – jour par jour

Untitled 2

4 thoughts on “Grand Chevalier – Tringa melanoleuca

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s