Gravelot kildir – Charadrius vociferus

 Espèce simple – publiée le 16 février 2021
Publication complète – Famille des Charadriidae (pluviers, vanneaux…)
En anglais : Killdeer in English

Il est, de loin, le Charadriidae le plus répandu en Amérique du Nord (où il est commun entre le nord du Canada et le centre du Mexique). De plus, il est également assez bien représenté dans les Antilles et une population plus réduite existe sur la côte de l’Équateur et du Pérou. Les plus nordiques sont migrateurs et s’observent, l’hiver, dans toute l’Amérique centrale, dans les Antilles et dans le nord de l’Amérique du Sud.

C’est un oiseau des milieux humides et ouverts, naturels comme artificiels. On le voit donc sur le bord de l’eau, les bancs de sable, les prairies, les aéroports, les champs cultivés, les terrains de golf, etc. Son comportement rappelle ainsi beaucoup celui du Vanneau huppé en Europe. Sa manière de capturer des invertébrés sur le sol en milieux secs comme humides ou à la surface de l’eau est la même également. Il peut parfois picorer quelques graines et, très rarement ingérer un très petit vertébré comme une grenouille.

Le couple gratte plusieurs dépressions dans le sol avant d’en choisir une seule comme nid. Plusieurs sont toutefois aménagées, et il semblerait qu’une des raisons de ce travail soit de faire une diversion pour les prédateurs potentiels ou de nid de remplacement en cas d’accident. Il aime décorer son lieu de vie d’objets (naturels ou artificiels) de couleur blanche.

Les deux parents couvent les œufs (souvent 4) durant 22 à 28 jours ; le mâle s’en charge surtout la nuit et la femelle plutôt la journée. Les jeunes sont nidifuges et courent derrière les parents dès que leur duvet est sec. Ils s’emplument complètement en un mois.

Taxonomie et sous-espèces

Dans la littérature, on trouve souvent le nom de “pluvier kildir”. Le nom cohérent à utiliser est toutefois gravelot, pour les raisons évoquées à la page du Grand Gravelot.

Trois sous-espèces sont décrites et isolées géographiquement les unes des autres. Les différences sont toutefois mineures. Comparées à la nominale d’Amérique du Nord illustrée sur cette page, celle d’Amérique du Sud (C. v. peruvianus) est un peu plus petite et celle des Antilles (C. v. ternominatus) montre des liserés roux plus épais sur les ailes.

Il est bien distinct des autres gravelots, au point qu’il a été considéré comme formant un genre monotypique (Oxyechus).

Gravelot kildir, La Crucecita (Huatulco), état d’Oaxaca, Mexique, février 2021
Le plumage est tout à fait classique des gravelots, mais la taille est supérieure à celle de la plupart des autres espèces et la queue est particulièrement longue. Ces deux individus sont ici en compagnie d’une Sarcelle à ailes bleues.
Gravelor kildir, Pointe Pelée (Ontario), Canada, mai 2008
Une originalité de cette espèce par rapport aux autres Charadrius holarctiques est que le plumage ne varie quasiment pas entre la période nuptiale et la période internuptiale.
Gravelot kildir, La Crucecita (Huatulco), état d’Oaxaca, Mexique, février 2021
En vol, on voit les sus-caudales roux orangé, encore un détail spécifique au Gravelot kildir ; il est ici à l’envol, fuyant des passants. À sa gauche, une Échasse d’Amérique s’envolant également.

[Espèce Nº1143 du projet d’encyclopédie holistique]

spsuivante
sommaire

Photos et textes © Valéry Schollaert 2021

Liste des autres espèces illustrées : taxonomique – jour par jour

Untitled 2

One thought on “Gravelot kildir – Charadrius vociferus

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s