Guifette leucoptère – Chlidonias leucopterus

Espèce commune – Page simple (partielle) – Disponible pour sponsoring
Famille des Laridae (sternes, mouettes, etc.)  – White-winged Tern in English
Première publication : 19 août 2020 – Dernière mise à jour : 08 mars 2022

Cette élégante et minuscule “sterne” se reproduit localement entre le nord de l’Italie et la Pologne jusqu’en Sibérie orientale via l’Arménie. Une population isolée existe en Irak. Des nidifications ou tentatives de nidifications ont été notées en France, en Algérie et en Nouvelle-Zélande. Toute la population est migratrice et hiverne en Afrique (hors Sahara), en Asie du Sud-Est et, plus localement, à Madagascar, en Inde, au Sri Lanka et en Australie.

Cliquez ici pour voir une carte de répartition plus détaillée

La nourriture et la nidification sont pareilles à celles de la Guifette moustac, notre référence pour les Chlidonias. Ces deux espèces sont souvent observées côte à côte en migration et en hivernage, et les distinguer en plumage non-nuptial peut poser des difficultés : la forme, le plumage et le comportement sont vraiment très similaires.

Dans la majeure partie de son aire de répartition, comme au Kazakhstan et en Russie, les zones humides qu’elle fréquente ne sont pas exploitées et peu polluées, ce qui lui permet d’avoir une population saine, apparemment même en augmentation. Les quantités hivernantes en Afrique sont parfois impressionnantes.

Taxonomie

Cette espèce monotypique est bien distincte des autres guifettes puisqu’elle cohabite avec elles sans difficulté. Aucune hybridation avec la Guifette moustac n’a été rapportée, et l’hybridation avec la Guifette noire est exceptionnelle.

Guifette leucoptère, Van, Turquie, août 2020
Le plumage de l’adulte nuptial est caractéristique et
exceptionnellement contrasté pour un Laridae. Le
blanc des ailes, de la queue et de l’arrière du corps
tranche avec le noir du corps et des sous-alaires.
Une vue de face du même oiseau, ci-dessous.
Guifette leucoptère, Van, Turquie, août 2020
En août, la mue post-nuptiale commence et celle-ci est
spectaculaire vu le dimorphisme important entre le
plumage nuptial et l’internuptial. Voici un individu qui
entame sa mue. Ci-dessous, deux autres individus, pris
le même jour, qui ont une mue un peu plus avancée.

Guifette leucoptère, marais de Mabamba, Ouganda, octobre 2015
Le plumage hivernal est gris et blanc, comme chez les autres guifettes et la plupart des
sternes. C’est un oiseau sociable qui se rencontre en grands groupes : la photo ci-
dessous est prise au même endroit.
Guifette leucoptère, Van, Turquie, août 2020
Le juvénile montre une petite calotte foncée avec des
“écouteurs”, une tache foncée sur les parotiques. Le
manteau est brun et contraste avec les ailes grises.

[Espèce Nº962 du projet d’encyclopédie holistique]

spprevious
spsuivante
sommaire

Photos, tableau et textes © Valéry Schollaert, Chantal Lac & Marinella Mejia 2020 – 2022

Liste des autres espèces illustrées : taxonomiquejour par jour

Untitled 2

2 thoughts on “Guifette leucoptère – Chlidonias leucopterus

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s