Gymnogène d’Afrique – Polyboroides typus

Espèce de référence – publiée le 11 juin 2018
Publication complète – famille des Accipitridae (buses, aigles, éperviers, etc.)
En anglais : African Harrier-hawk in English

Polyboroides_typus_main.JPGCe rapace original est un des plus répandus en Afrique du sud du Sahara. En effet, on le rencontre depuis le Sénégal jusqu’à l’Érythrée et l’Afrique du Sud. Il vit dans la plupart des milieux de plaine et jusqu’à 3000 mètres d’altitude, mais il évite la forêt fermée. On le rencontre en lisière, dans les boisements et plantations, des savanes, les villages, etc.

C’est un des rares Accipitridae, avec son espèce-soeur malgache et la Buse échasse (d’Amérique tropicale – un bel exemple de convergence évolutive), qui est spécialisé dans la capture des oisillons au nid et des œufs. Il a des longues pattes très flexibles, un long cou et un bec étroit pour parvenir à attraper le contenu d’une cavité dans un arbre, ou d’un nid de tisserin avec galerie, une aptitude qui lui permet aussi de consommer divers invertébrés, petits mammifères (dont des chiroptères) et reptiles, inaccessibles à d’autres prédateurs.

Sa technique est redoutablement efficace, et il a été vu capturant des jeunes rapaces, diurnes comme nocturnes. Il mange aussi des fruits. Il peut parfois capturer des proies au sol ou dans la végétation basse, en chassant à la manière de busards, mais la majorité des proies sont trouvées dans les troncs et dans le feuillage.

Son nid est une plateforme de branches qui peut atteindre un mètre de large et près de trente centimètres d’épaisseur, un peu à la manière du Milan à bec jaune. Il y pond normalement deux œufs mais un seul jeune est produit, sauf année exceptionnelle, car c’est un pratiquant du caïnisme, comme la Buse augur par exemple. L’incubation dure plus d’un mois et les jeunes s’envolent a un mois et demi, parfois un peu plus.

Taxonomie et sous-espèces

Deux sous-espèces sont reconnues, celle de l’ouest (P. t. pectoralis) est un peu plus petite et plus foncée. C’est la nominale illustrée sur cette page. Le Gymnogène de Madagascar a été considéré comme une sous-espèce mais, désormais, plutôt une allo-espèce du Gymnogène d’Afrique.

Polyboroides_typus_1fr.jpg
Polyboroides_typus_2fr.jpg
Polyboroides_typus_3tz.JPG
Polyboroides_typus_4fr.jpg
Polyboroides_typus_5fr.jpg

[Espèce Nº162 du projet d’encyclopédie holistique]

spprevious
spsuivante
sommaire

Photos et textes © Valéry Schollaert 2018 – 2019

Liste des autres espèces illustrées : taxonomiquejour par jour

Untitled 2

2 thoughts on “Gymnogène d’Afrique – Polyboroides typus

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s