Ibis sacré – Threskiornis aethiopicus

Espèce de référence – publiée le 14 mars 2018
Publication complète – famille des Threskiornithidae (ibis, spatules)
En anglais: African Sacred Ibis in English

Threskiornis_aethiopicus_main

Cet oiseau est très connu pour plusieurs raisons. Espèce importante de la mythologie égyptienne, il apparaît souvent sur les gravures, statues et autres pièces anciennes du pays des pharaons. S’il était “sacré” voilà environ 25 siècles, il a été massacré et détruit au point de disparaître d’Égypte bien plus tard (dernières observations fin du 19ème siècle). Alors qu’il est menacé et rare au Moyen Orient (une dernière population existe au sud de l’Irak, il est éteint partout ailleurs), il est abondant en Afrique noire où c’est un opportuniste efficace, souvent même adapté aux milieux urbains. De surcroît, il a été introduit accidentellement mais avec succès en Europe où il provoque des conflits au sein des milieux naturalistes entre les partisans de l’éradication et ceux qui préfèrent laisser faire la nature. C’est surtout sur ce point que l’Ibis sacré sera, pour nous, une espèce de référence.

Il est opportuniste à tendance carnivore. Les insectes tels que les criquets forment l’essentiel de son régime mais, selon les disponibilités, il consomme aussi d’autres invertébrés et des vertébrés tels que les grenouilles, poissons et jeunes oiseaux. Il visite volontiers les dépotoirs. Il est sociable, passe souvent la nuit en dortoir lorsqu’il n’est pas dans la colonie. Il n’y a pas de dimorphisme sexuel marqué et les jeunes n’ont pas un plumage très différent de celui des adultes : les zones noirâtres des adultes sont plutôt grises chez les jeunes. Cette espèce, comme beaucoup d’ibis, niche en colonie (parfois de centaines de nids), souvent dans des arbres, éventuellement avec d’autres espèces (cormorans, hérons, aigrettes, cigognes, etc.). Il vit en couple assez stable et les deux couvent les deux ou trois œufs (en “shifts” de 24 heures !) durant un mois, puis nourrissent les jeunes, ou le jeune car le plus souvent un seul ne survit, durant deux ou trois semaines au nid. Se comportement alors comme un “semi-nidifuge”, le poussin non volant quitte le nid et se fait nourrir encore environ trois ou quatre semaines avant de devenir indépendant et quitter la colonie.

Illustration de la méthode Formation Ornitho : espèce sacrée et massacrée

Threskiornis_aethiopicus_4frContrairement à ce que nous pourrions imaginer, le fait que l’ibis était “sacré” aux temps des pharaons, n’était pas une garantie de respect. Au contraire, des millions d’ibis ont été momifiés ou sacrifiés en offrande aux dieux. Ce prélèvement n’est toutefois pas à l’origine de son extinction en Égypte. Bien plus récemment, la disparition des habitats naturels avec l’énorme pression humaine sur les milieux non désertiques du pays, la chasse intense et le dérangement des colonies font parties des causes principales de son extinction au 19ème siècle. Aucun doute cependant, c’est l’humain qui a détruit cette population!

Threskiornis_aethiopicus_6fr

Paradoxalement, cet oiseau est très dynamique en Afrique noire et s’adapte facilement lorsqu’il est introduit, comme en France et en Italie. Il est donc un exemple idéal pour discuter du rôle des espèces dans les écosystèmes, de leurs adaptations aux changements, et du “problème” des espèces introduites qui est abordé de diverses manières dans ce site, notamment dans notre article “Les espèces invasives sauvent souvent la biodiversité !“.

Voici donc une illustration des propos de cet article qui rencontre un grand succès.

ESPÈCES INTRODUITES ET COMPRÉHENSION DES ÉCOSYSTÈMES
Alors que l’espèce est menacée de disparition au Moyen-Orient et que des efforts sont fait pour tenter de la sauver en Iraq, qu’on parle même de ré-introduction en Égypte, les “gestionnaires” de la nature “éradiquent” cet oiseau en France (voyez par exemple cet article de Ouest-France). Cela paraît aussi incohérent qu’armer les djihadistes de Syrie mais de combattre militairement ceux du Mali… alors que ce sont les mêmes groupes qui s’entraident et s’échangent des armes et des combattants!
Le massacre des Ibis sacrés, soutenu même par des associations de protection des oiseaux comme la LPO (qui a pris soin de ne laisser aucune trace de cette position sur leur site internet), sous prétexte que l’ibis consommerait les jeunes sternes, notamment la rare Sterne de Dougall, illustre une fois de plus la non-compréhension du fonctionnement de la nature par les naturalistes ou (pire?), la non-acceptation. Alors que la LPO et d’autres affirment que cet oiseau est un danger pour la biodiversité, d’autres affirment qu’il est un atout pour cette dernière. Ces débats sont toutefois sans intérêt. L’humain ne peut pas contrôler la nature de façon intellectuelle; s’il le tente de le faire, il ne peut faire que plus de dégâts et, en aucun cas, réussir mieux que la nature elle-même. Nous allons le démontrer ici de façon très simple, et publions des articles plus détaillés sur le sujet pour approfondir, comme ici avec l’oiseau qui aime le plastique.
Les écosystèmes fonctionnent grâce à des interactions de diverses natures entre des milliers d’espèces qui les composent. Pour arriver à comprendre, intellectuellement, toutes ces interactions et les maîtriser, il faudrait au moins les connaître. Or, non seulement nous ne connaissons qu’une faible partie d’entre elles, mais nous n’avons même pas encore décrit toutes les espèces qui composent les écosystèmes (l’Union mondiale pour la Nature estime qu’il faudra encore 1000 ans pour y arriver)! Comment pourrions comprendre, encore moins contrôler, des interactions complexes entre milliers d’espèces alors que nous n’avons même pas fini de découvrir les espèces en question?
Pour imager le problème et s’assurer que tout le monde le comprenne, essayez de marcher en contrôlant chaque muscle impliqué, intellectuellement. Arriverez-vous à marcher de façon aussi fluide et efficace, faire mieux que la nature? Certainement pas! Pourtant, pour les muscles, vous pouvez aller sur internet et étudier chaque muscle impliqué dans la marche, le détail est bien connu. Dans le cas des écosystèmes, nous sommes à un stade où nous ne connaissons même pas tous les “muscles”, les recherches sont en cours. Comment pourrions nous alors les contrôler?
Le mieux que nous aurions pu faire, et que nous pouvons toujours faire, c’est profiter de la présence de ce nouvel arrivant -l’Ibis sacré- pour observer et même admirer, avec humilité, comment la nature va adapter ses mécanismes pour accueillir ou chasser (plus de 95% des animaux introduits se font éjecter des écosystèmes et disparaissent naturellement) l’Ibis sacré. Cela pourrait nous servir pour mieux comprendre comment l’oiseau des pharaons abonde en Afrique noire et disparaît au Moyen-Orient; mais aussi de progresser un peu dans notre étude du fonctionnement des écosystèmes, où nous avons un retard considérable par rapport à notre avancement dans d’autres sciences.
La bonne nouvelle c’est que de plus en plus de scientifiques s’ouvrent à une vision plus holistique. Sur cette page qui tente de présenter le débat entre les pro et les anti éradication, on y cite Jacques Tassin, écologue du CIRAD de Montpellier.
“[…] toute espèce invasive a nécessairement un intérêt écologique. Prenez l’exemple du Séneçon du Cap. Il y a vingt ans on en parlait comme d’une terrible menace pour le sud de la France. Mais aujourd’hui, on observe qu’il est contrôlé par un puceron, qui lui même alimente des coccinelles. Toute espèce nouvelle est immédiatement insérée dans une chaîne d’interactions dont nous ne voyons le plus souvent que ce que nous voulons bien observer.”
Nous nous prononçons donc très clairement en défaveur de tout contrôle d’espèces sauvages, y compris les introduites de pays lointains; nous distinguons toutefois ces introductions de la création de populations artificielles d’animaux domestiques, animaux sélectionnés selon nos besoins, mais qui sont, dès lors, devenu inadaptés aux écosystèmes.

Taxonomie

Avec la séparation des oiseaux de Madagascar en espèce distincte, l’Ibis sacré est devenu monotypique. Il est évidemment proche de cette espèce malgache (Threskiornis bernieri) ainsi que des autres Threskiornis qui sont asiatiques ou océaniens. Il est par contre génétiquement éloigné de tous les autres ibis africains.

Threskiornis_aethiopicus_2nc

Threskiornis_aethiopicus_3fr

Threskiornis_aethiopicus_1fr.jpg

Threskiornis_aethiopicus_5fr

Threskiornis_aethiopicus_2fr.jpg

[Espèce Nº73 du projet d’encyclopédie holistique]

Photos et textes © Valéry Schollaert 2018

Liste des autres espèces illustrées: taxonomiquejour par jour

Untitled 2

18 thoughts on “Ibis sacré – Threskiornis aethiopicus

  1. Bonjour, comme vous parlez d’espèce invasives. Je me permet de vous informer que sur ordre du prefet des alpes-maritimes une campagne d’éradication est menée contre les perruches à collier. Sauriez-vous me dire vers qui je peux me retourner…Car ici il me semble que ça interesse que peut de monde.
    Merci

    Like

    1. Vous avez raison, ça touche peu de monde, et c’est pourquoi je m’égosille à informer. Les naturalistes sont encore assez partagés entre les pour et les contre éradications et les animalistes, végans et ceux qui se préoccupent des individus manquent d’argumentation scientifique et ne font pas le poids face aux naturalistes et chasseurs qui soutiennent les massacres.

      Je n’ai donc pas de contacts à vous proposer. Par contre, je vous soutien et si vous avez besoin d’information et d’argumentation, je suis là. Avez-vous lu ceci ?

      https://valeryschollaert.wordpress.com/les-especes-invasives-sauvent-souvent-la-biodiversite/

      Like

      1. Bonjour,

        Je vous remercie pour votre réponse, et justement je discutais ce matin avec une personne de chez LPO Alpes-Maritimes en lui expliquant que l’on ne pouvait tenir comme responsable la perruche à collier du déclin de la biodiversité en France et en Europe car il suffit de se renseigner sur la biodiversité en Inde pour se rendre compte qu’elle est beaucoup plus riche malgré les millions de perruches à collier qui y vivent.

        Je vous tiendrais informé de la suite des évènements

        Merci

        David Lacqua

        Like

      2. Merci pour vos efforts. Si vous avez des questions ou réflexions en particulier, dites le mois, j-en tiendrai compte dans une vidéo sur le sujet que je vais publier sur Youtube dans le courant de ce mois.

        Like

      3. Merci.

        Mais c’est vrai qu’il est très difficile d’avoir des renseignements car personne n’est soi-disant au courant ni responsable, je peux seulement vous dire que depuis déjà deux ans le préfet a demander aux chasseurs de tirer sur les perruches et que depuis deux mois des battues administratives sont organisées.
        Je m’étais adressé à plusieurs organismes en me plaignant de ne pas trouver de documents officiels à ce sujet et il y a 10 jours un article est paru sur le Nice Matin à ce sujet ou il était notifié qu’il y avait eu un arrêté le 23.01.2019 concernât les perruches à collier et que des battes seraient organisées jusqu’en décembre 2021 dans toutes les villes des alpes maritimes.

        Aucune information sur le nombre d’oiseaux tués, ce que j’ai pu constater est que chaque jour entre trente et cinquante perruches passaient chez mois, qu’il y en avait plus que dix la semaine dernière et que depuis 3 jours elles ne sont plus que quatre il s’agit donc bien d’une éradication…

        Bonne journée

        David Lacqua

        Like

      4. Bonjour,

        Pour le moment je n’ai pas de nouvelles positives à vous donner concernant les perruches à collier.

        J’ai parlé au téléphone avec un interlocuteur Oncfs Alpes Martines qui n’avait d’autres argument que « c’est une espèce exotique qui détruit nos espèces Européennes » que ce soit vrai ou faux ne les intéresse pas vraiment, j’ai quand même envoyé un mail à Oncsf Iles de France car ils semblent ne pas être sur la même ligne ?.

        Au fil des appels auprès de la Lpo je me suis rendu compte qu’ils approuvent l’éradication des perruches à collier même s’ils ne le disent qu’à demi-mots

        J’ai même un doute sur leur responsabilité concernant cette décision pour moi ils sont partie prenante, j’ai malheureusement perdu beaucoup de temps en les alertant sur la question et en pensant qu’ils réagiraient .

        J’ai aussi pris contact avec Mr Jean-Philippe SIBLET qui lui aussi m’a envoyé un document très intéressent mais beaucoup plus généraliste.

        Encore merci et bonne journée

        David Lacqua

        Like

      5. Bonjour,

        Je vous dérange à nouveau car j‘aurais deux petites questions à vous poser.

        Premièrement est-ce que l’oncfs devra à un moment ou l’autre donner des chiffres, c’est-à-dire sur le nombre d’oiseaux présent au départ puis sur le nombre d’oiseaux tués.

        Ma deuxième demande est une question d’éthique, comment peut-on décider de l’éradication d’une espèce et surtout tuer des oiseaux pendant la période de reproduction en sachant que les petits qui sont dans les nids mourront de faim et ou de froid donc très lentement et dans la souffrance.

        Comment des association qui ont pignon sur rue et qui auraient pu au moins désapprouver la méthode se sont tues.

        Tout cela en France en 2019…

        David Lacqua

        Like

      6. L’ONCFS dira ce qu’il veut, de toute façon. C’est tout le problème des naturalistes, et ce que j’essaye de changer depuis longtemps, c’est qu’ils sont tellement dans leurs concepts d’espèces et de biodiversité, qu’ils oublient que les individus,bien vivants et bien concrets, sont des êtres sensibles.

        Cette vidéo peut vous aider à mieux percevoir leur point de vue. Dites moi si vous avez trouvé ça trop compliqué !

        Like

      7. Bonjour,

        Merci pour votre réponse et je pense avoir compris la vidéo.

        Je pourrais comprendre leur point de vue si la perruche à collier était en concurrence avec une espèce locale qui occuperai la même niche écologique, mais ça n’est pas le cas.

        La perruche à collier ne met pas en danger la biodiversité ou du moins ce qu’il en reste, c’est juste un bouc émissaire.
        Quand je vous parlais de chiffre c’est qu’il est encore plus difficile de lutter quand il n’y en a pas.

        Ma dernière préoccupation est que notre préfet va être muté en Seine St denis donc en Ile de France au se trouvent des milliers de perruches à collier.

        S’il devait agir de la même façon dans ce département, il ne s’agirait plus du massacre de centaines mais de milliers d’oiseaux cette fois-ci.

        Bonne journée

        David Lacqua

        Like

      8. Je ne suis pas certains. J’ai enseigné quatre années de suite à une partie de leurs bénévoles et plusieurs responsables de l’association, j’espère qu’ils ont retenu quelque chose de mes leçons.

        Like

      9. Merci,

        J’essaierai de les avertir quand même pour qu’ils soient préparés.

        David Lacqua

        [cid:image001.jpg@01D4F145.41B78290]

        [cid:image002.jpg@01D4F145.41B78290]

        David Lacqua – Via L. Negrelli, 4 – 39100 Bolzano – Bozen (BZ) – http://www.gerho.it
        Responsable du Marché Francais

        T: +33 493 216 991
        Numéro Indigo: 0825 826 419
        david@gerho.it

        [cid:image003.jpg@01D4F145.41B78290] [cid:image004.jpg@01D4F145.41B78290] [cid:image005.jpg@01D4F145.41B78290] [cid:image006.jpg@01D4F145.41B78290] [cid:image007.jpg@01D4F145.41B78290]

        [cid:image008.png@01D4F145.41B78290]

        Der Inhalt dieser e-Mailnachricht ist ausschließlich für den Adressaten bestimmt, gilt somit als persönlich und vertraulich. Für den Fall, dass Ihnen diese e-Mailnachricht irrtümlicherweise zugestellt worden sein sollte, weisen wir Sie darauf hin, dass der Gebrauch, die Auswertung, Veröffentlichung oder Verbreitung des Inhaltes untersagt ist. Auch bitten wir Sie, uns den irrtümlichen Empfang dieser e-Mailnachricht mitzuteilen, damit dieser Fehler in Zukunft abgestellt werden kann. Wie Sie wissen, können über das Internet versandte e-mails unter fremden Namen erstellt oder manipuliert werden. Aus diesem Grund sind unsere mit e-mail verschickten Nachrichten grundsätzlich keine rechtsverbindlichen Willenserklärungen.

        Il contenuto di questa e-mail è destinato esclusivamente al destinatario stesso e deve intendersi pertanto riservato e personale. Se pertanto questa e-mail vi fosse pervenuta erroneamente e pertanto non siete i veri destinatari vi avvertiamo che è severamente vietato sia l’analisi e la pubblicazione del relativo contenuto che anche l’utilizzo per qualsiasi altro scopo. Chiediamo inoltre che ci venga comunicata la errata notifica della e-mail. Gli e-mail inviati via internet possono notoriamente essere scritti a nome altrui oppure manipolati. Per questo motivo le comunicazioni da noi inviate con la posta elettronica non rappresentano sostanzialmente dichiarazioni di volontà vincolanti per il mittente.

        Privileged/Confidential Information may be contained in this message. If you are not the addressee indicated in this message, you may not copy or deliver this message to anyone. In such case, you should destroy this message, and notify me immediately. As you are aware e-mails sent via the internet can be recreated or manipulated by third parties. For this reason we do not send legally binding declarations via the internet.

        Save Paper – Think green before you print!

        Like

      10. Bonjour,

        Je reviens vers vous-même si je sais que vous êtes très occupé car j’ai enfin pu avoir accès aux documents officiels concernant l’éradication des perruches à collier.

        Etrangement jusqu’à ce jour je n’ai jamais réussi à les trouver même en allant sur ce site, il était donc difficile de donner son avis dans les délais indiqués.

        Je suis consterné par la méthode et les arguments plus que douteux qui condamnent la perruche à collier dans les alpes maritimes.

        Aucune des affirmations faites dans ce document ne sont avérées.

        Il y a en parallèle une campagne d’éradication de l’écureuil à ventre rouge, c’est peut-être ce qui permet d’accepter plus facilement le tir sur les perruches par la population « est-ce que la même campagne de désinformation a été utilisée contre les écureuils, je ne connais pas assez le sujet pour me prononcer mais je commence sérieusement à avoir de sérieux doutes ».

        Pour information contre le moustique tigre qui nous rend la vie impossible et qui lui est vraiment un risque sanitaire presque rien n’est fait.

        Malheureusement je me sens impuissant et ma parole ne vaut pas grand-chose et n’ayant pas l’appui des associations je crains que le massacre continuera sans que l’on puisse le faire cesser.

        Ci-dessous lien le site de la préfecture

        Bien cordialement

        http://www.alpes-maritimes.gouv.fr/Publications/Consultation-du-public/Lutte-contre-la-PERRUCHE-A-COLLIER

        David Lacqua

        Like

      11. Bonjour,

        Je n’avais pas vu cette vidéo, je vais la regarder dans la journée.

        Cordialement

        David Lacqua

        Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s