Identification des gravelots européens

Fiche d’identification Nº1 – Charadrius dubius, C. hiaticula, C. alexandrinus

Reconnaître aisément les trois gravelots communs en Europe

les3gravelots

Fiches de présentation: Grand Gravelot – Petit Gravelot – Gravelot à collier interrompu

Voici une fiche d’identification des gravelots réguliers d’Europe. On trouve beaucoup d’articles sur le sujet, le but de notre page est ici de rendre le problème beaucoup plus simple qu’il n’y paraît. Car en regardant avec attention, c’est très facile, en effet !

Les guides de terrain et les sites internet vous donnent plein de critères, trop sans doute, au point que vous ne pouvez pas tout retenir. Avec la photographie, on peut étudier le cas après-coup, mais le mieux est de regarder directement ce qu’il faut. De plus, ce n’est pas obligatoire d’avoir un appareil photo pour observer et identifier les oiseaux.

Nous vous proposons de vous concentrer sur 4 critères qui vous permettent d’identifier l’espèce dans presque tous les cas et sans hésitation, sauf bien sûr si l’oiseau est trop loin ou partiellement caché, et que les critères ne sont pas visibles. Pour les cas plus spéciaux, voir plus bas sur la page.


Charadrius_dubiusID5

CRITÈRE 1: cercle oculaire

Il y a un article complet sur le cercle oculaire, un critère valable pour plein d’autres oiseaux.
La règle est simple: si l’oiseau a un cercle oculaire complet et jaune, c’est un petit gravelot. On peut retenir que le gravelot avec des petites lunettes jaunes est le Petit Gravelot. La couleur est parfois difficile à juger, mais ce qui compte est le cercle oculaire complet. Si vous voyez un cercle oculaire mais n’êtes pas trop sûr s’il est complet et jaune, éliminez le Grand Gravelot qui n’en a jamais (ou alors un petit croissant à peine visible). Le Gravelot à collier interrompu a parfois un cercle oculaire gris et incomplet (voir photo ci-dessous). Ci-dessus, un Petit Gravelot usé par un très long voyage entre l’Asie et la Tanzanie (où la photo est prise), le plumage ne montre pas grand chose mais le cercle oculaire permet une identification certaine. Donc en résumé:

  • Cercle oculaire jaune et complet ==> Petit Gravelot
  • Cercle oculaire difficile à décrire (complet? couleur?) ==> pas Grand Gravelot
  • Pas de cercle oculaire ==> probablement pas un Petit Gravelot

Charadrius_alexandrinus_ID6

CRITÈRE 2: le collier

Le Gravelot à collier interrompu porte bien son nom, mais cela pourrait être compris de deux façons. La plus habituelle est la suivante: la bande foncée sur la poitrine, en effet, est toujours interrompue (donc si elle est complète ce n’est pas un G. à collier interrompu). Le collier est aussi souvent interrompu sur le manteau. Si les côtés de la poitrine (donc ce “collier”) sont plus foncés (brun foncé, gris, noir, peu importe) que le manteau, alors une ligne complétant ce collier fait le tour par le dessus chez les deux autres espèces, mais pas chez le Gravelot à collier interrompu. C’est très flagrant chez le mâle adulte. Sur la photo ci-dessus, on voit une tache sombre sur le côté de la poitrine mais cette zone sombre s’interrompt au milieu de la poitrine (collier interrompu!) et s’estompe aussi sur le manteau. Ce oiseau terne et montrant peu de critères est bien un Gravelot à collier interrompu (pris en hivernage aux Philippines). En résumé:

  • Collier foncé complet sur la poitrine ==> Grand ou Petit Gravelot
  • Taches sombres sur les côtés de la poitrine, non reliées ==> G. à collier interrompu.

Charadrius_hiaticula_ID6

CRITÈRE 3: barre alaire

Le critère de la barre alaire est un des plus importants chez les oiseaux et fait l’objet d’un article complet.

C’est un des critères le plus simple en vol, ou si l’oiseau fait sa toilette. S’il n’y a pas de barre alaire, c’est un Petit Gravelot. Les deux autres en ont une, bien visible. Sur la photo ci-contre, on voit bien la ligne blanche que suit le bout des couvertures secondaires (la partie la plus dense), puis elle continue avec un trait sur chaque rémige primaire. Sur la photo, le Petit Gravelot est donc éliminé. Le collier est complet par le dessus (critère 2), autrement dit, on a une zone plus foncée entre le manteau et la bande blanche de la nuque, ce qui élimine le G. à collier interrompu. Nous avons donc bien un Grand Gravelot (confirmé par les pattes orange, mais voir plus bas, risque d’erreur avec la couleur). En résumé:

  • Pas de barre alaire ==> Petit Gravelot

Charadrius_hiaticula_ID2

CRITÈRE 4: le bec et le “jizz”

Beaucoup d’observateurs identifiant rapidement les oiseaux disent qu’ils ont utilisé le “jizz” (aspect général, forme, taille). Grand bien leur fasse, mais cette façon de faire n’aidera pas le débutant qui veut apprendre. Preuve ci-contre : la différence de forme et de taille est mineure, et sans la comparaison directe, inutilisable par une personne non expérimentée. Par contre, la forme du bec est plus intéressante. Le bec du Grand Gravelot (en bas sur la photo) est court (si on le “retourne” il atteint tout juste l’œil) et épais (et les narines sont très visibles), celui du Petit Gravelot est plus long (il traverserait l’œil dans l’autre sens – tout comme chez le G. à collier interrompu), fin et pointu.  Regarder le bec est une bonne habitude qui vous prépare pour la suite, notamment lorsque vous voudrez identifier le Gravelot semipalmé, une espèce américaine, rare en Europe. En plus, si vous observez attentivement le bec, vous avez une chance de voir la mandibule supérieure bicolore, elle indiquera alors un Grand Gravelot. Résumé:

  • Bec court et épais (et grosses narines): Grand Gravelot
  • Mandibule supérieure du bec bicolore: Grand Gravelot (un bec tout sombre n’indique rien)

Charadrius_hiaticula_ID3

Les “NON-CRITÈRES”
Vous trouverez dans la littérature des critères sur la couleur du bec et des pattes. Ils sont plus ou moins corrects en soi, mais n’oubliez-pas que nos oiseaux sont des limicoles qui courent dans la vase, et peuvent mettre aussi leur bec dans la boue, la vase ou autre.

De plus, la couleur des pattes varie avec l’âge et le type de plumage (nuptial / hivernal). Regardez sur les photos ci-dessus: un Grand Gravelot avec pattes et bec uniformément sombre (couvert de vase).


En cas de doute, voici quelques exemples analysés pour s’y retrouver: pour chaque espèce, un individu qui pourrait s’avérer douteux malgré les explications ci-dessus.

Charadrius_dubius_ID8

EXEMPLE DÉLICAT 1
Ici, le bec très fin ainsi que le cercle oculaire éliminent le Grand Gravelot. Distinguer le Petit G. du G. à collier interrompu est difficile. Cet oiseau est un jeune (1cy) très usé par un long voyage et un soleil puissant (photographié en Tanzanie avec l’adulte en haut). Le cercle oculaire a perdu une partie de sa couleur, le collier est interrompu sur la poitrine. C’est un cas vraiment inhabituel. Les pattes claires avec des pigments jaunes ou orange, des traces de jaune sur le cercle oculaire mais surtout une ligne noirâtre qui souligne la bande blanche sur la nuque indiquent un Petit Gravelot.


Charadrius_alexandrinus_ID7

EXEMPLE DÉLICAT 2
Cet oiseau est très pâle! De loin, une petite tache claire courant sur la plage ou les galets, il pourrait rappeler un Bécasseau sanderling. La couleur des pattes est inutilisable, indéfinissable même. Le cercle oculaire ne semble pas jaune, et aucune ligne noire ne souligne la bande blanche de la nuque. Le bec est trop long pour un Grand Gravelot : c’est un Gravelot à collier interrompu. On voit des plumes juvéniles sur le manteau et les couvertures; c’est probablement le plumage le plus difficile des trois espèces: un G. à collier interrompu de premier hiver. L’aspect général pâle, aucune couleur, aucune zone noirâtre est peut-être le meilleur indice…


Charadrius_hiaticula_ID9

EXEMPLE DÉLICAT 3
En fait, ce n’est pas vraiment un exemple difficile, mais il permet d’ajouter un critère en cas de doute. Ici, les pattes orange, le bec court et épais sont caractéristiques. Mais si les pattes et le bec étaient cachés par de la vase comme plus haut, un autre critère permet de pointer le Grand Gravelot dans un cas comme celui-ci. La zone autour de l’œil (parotique/auriculaire) est nettement plus foncée que la calotte, et un sourcil pâle amplifie le contraste, donnant un effet de masque renforcé par l’absence de cercle oculaire, tout est sombre ; les deux autres gravelots en plumage terne ne montreront pas un tel contraste. À n’utiliser qu’en cas de doute si les autres critères n’ont pas fonctionné.

Voyez ici d’autres articles d’identification

ForumFormationOrnitho
sommaire

2 thoughts on “Identification des gravelots européens

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s