Jolies araignées à découvrir !

Des araignées sur un site ornithologique ? Savez-vous que la toile d’araignée est un matériau essentiel pour la construction du nid des oiseaux, notamment les colibris ? Certains oiseaux mangent aussi les araignées, une source de nourriture significative. Voyez par exemple la photo bandeau de ce mango. En Europe, le Troglodyte mignon est un gros mangeur d’araignées, notamment en hiver, ce qui lui permet de passer la mauvaise saison sans partir en migration ni devenir granivore comme les mésanges.

Profitons de la présence dans notre équipe d’un expert en araignées, Pierre Loria, pour vous présenter quelques espèces, rencontrées au hasard des excursions ornithologiques, commentées avec rigueur scientifique. Voyez ici la page décrivant les araignées dans le blog de Pierre Loria. Vous y découvrirez notamment qu’il y a environ 40.000 espèces d’araignées, donc si nous devions présenter une espèce par jour comme nous le faisons pour les oiseaux, il faudrait environ 109 ans pour tout montrer…

Les araignées (Araneae) constituent un ordre au sein d’Arachnida, classe qui rassemble des arthropodes à quatre paires de pattes. Pour comparer, les insectes (Insecta) constituent aussi une classe d’arthropodes, mais à trois paires de pattes.

L’ordre des araignées est énorme, bien plus grand que celui des scorpions mais légèrement plus petit que celui des acariens (environ 50.000 espèces décrites, probablement bien plus à découvrir) ; les scorpions et acariens sont également deux ordres d’Arachnida. Les taxons au sein de ces classes et de ces ordres sont organisés comme chez les oiseaux, voyez notre cours de taxonomie ici.

Voici la présentation de nos trois premières espèces illustrées :

Evarcha arcuata (Saltique gorille), famille de Salticidae

Photo prise en Suisse (canton de Genêve) en août 2021 par Pierre Loria ; même individu plus haut, en couverture

Les espèces de cette famille, les Salticidae, sont appelées araignées-sauteuses en français. On surnomme Evarcha arcuata “la Saltique gorille” du fait de l’aspect du mâle (comme ici). C’est une araignée qu’on trouve densément dans les zones humides, mais qu’on peut tout de même retrouver dans des prairies sèches, cela fait d’elle une araignée peu exigeante, pour autant qu’il y ait une grande zone d’herbes hautes avec une quantité non-négligeable d’insectes en tout genre. Dans les paysages modifiés par l’homme, ce sont surtout dans les prairies sèches et les zones d’herbes peu entretenues qu’elle affectionne.

Cette espèce est répandue en Eurasie depuis la péninsule Ibérique et le sud de la Scandinavie jusque dans l’est de la Sibérie et le Japon via l’Iran et la Chine.

Les Salticidae sont des petites araignées attachantes et appréciées du grand public. Elles chassent à l’approche à l’aide de leur excellente vue et de leur corps parfaitement adapté à la chasse sans toile. Elles font des sauts d’une distance jusqu’à trente fois leur taille, ce qui équivaudrait qu’un humain fasse des sauts d’environ 50 mètres !

C’est la plus grande famille d’araignées, contenant plus de 500 genres et 5000 espèces décrites, soit environ 13 % de la diversité des araignées dans le monde.


Synema revolutum, famille de Thomisidae (araignées-crabes)

Photo prise en Indonésie (Bukit Lawang, Sumatra) en décembre 2018 par Valéry Schollaert

A l’instar des autres membres de la famille, Synema revolutum se présente avec les 2 premières paires de pattes plus longues et plus fortes que les autres. Ses pattes sont adaptées à sa tactique de chasse : elle se poste à l’affût, camouflée sur des fleurs ou d’autres plantes et attend qu’un insecte passe à sa portée pour l’attraper avec ses puissantes pattes.

Sa répartition semble être mal connue, mais elle a été localisée en Inde, au Bangladesh, en Chine, en Malaisie et en Indonésie. Elle se rencontre probablement dans toute l’Asie du Sud-Est.


Nephila pilipes, famille de Araneidae (épeires, argiopes, néphiles)

Photo prise en Indonésie (Bukit Lawang, Sumatra) en décembre 2018 par Valéry Schollaert

C’est une des araignées les plus grandes du monde : elle peut approcher les 5 cm (chez les araignées on mesure le corps sans les pattes). Sa toile géométrique, qui peut dépasser les deux mètres de diamètre, incorpore souvent des reflets dorés qui lui ont valu son nom anglais “Golden Orbweaver“. Elle se nourrit d’insectes volants, mais avec le diamètre impressionnant et la solidité de la toile faite en soie, de petits oiseaux ou des chauves-souris sont parfois piégés et font alors partie du menu.

On la retrouve en Chine, en Inde, dans toute l’Asie du Sud-Est, au Japon et dans la quasi-totalité de l’Océanie, Tasmanie et Nouvelle-Zélande exceptées.