Laridae (mouettes, goélands, sternes et becs-en-ciseaux)

Nombre de genres : 23
Nombre d’espèces : 105
Nombre d’espèces documentées : 21
En anglais : page about gulls, terns, skimmers in English

Phaetusa_simplex_fammain.JPG

Les Laridae constituent une des nombreuses familles de l’ordre des Charadriiformes. Deux anciennes familles sont désormais regroupées avec les Laridae : les “Rhynchopidae” (becs-en-ciseaux) et les “Sternidae” (sternes et guifettes). Leur inclusion au sein des Laridae ne fait aucun doute. Anciennement, les labbes (Stercorariidae) ont été inclus dans les Laridae mais sont, désormais, unanimement, classés en famille distincte. Les familles les plus proches sont souvent regroupées dans un sous-ordre (Lari)  ; en plus des labbes, il y a le Drome ardéole (Dromadidae), les glaréoles et courvites (Glareolidae) et les pingouins et guillemots (Alcidae).

Les Laridae se rencontrent partout sur la planète, cette famille étant possiblement la plus répandue de toutes.

Voir LA LÉGENDE des pages familles


Anous_stolidus_fam1.JPG

Genre Anous – 5 espèces

Les Noddis bleus et gris sont des oiseaux peu connus de l’océan Pacifique, anciennement placés dans leur propre genre (Procelsterna) et parfois regroupés en une seule espèce. Des études génétiques ont clairement montré qu’ils appartiennent à Anous et constituent deux espèces différentes.

Cependant, bien que Anous pourrait être basal de la famille, la position exacte du genre reste à déterminer.

Les noddis sont des espèces pélagiques, répandues dans les océans tropicaux, se reproduisant principalement sur des îles. Ils sont rarement observés près du rivage.

Noddi brun Anous stolidus – ND, photo ci-dessus
Noddi noir Anous minutus – ND
Noddi marianne Anous tenuirostris – ND
Noddi bleu Anous ceruleus – SUR DEMANDE
Noddi gris Anous albivitta – SPECIAL


Genre Gygis – 2 espèces

Ce petit genre est probablement lié à Anous, mais il n’y a pas d’étude définitive pour le confirmer. Les 2 espèces méritent peut-être d’être regroupées en une seule mais les gygis sont des oiseaux peu connus qui doivent encore être étudiés correctement. De plus, le statut de la Gygis à bec fin n’est pas clair et ce taxon pourrait être menacé.

La Gygis blanche est largement répandue dans les océans Atlantique, Indien et Pacifique, où elle se reproduit sur de petites îles et atolls en régions tropicales. La Gygis à bec fin est limitée à quelques archipels du centre-sud de l’océan Pacifique (mieux connu à l’ouest, la limite orientale n’est pas claire).

Gygis blanche Gygis alba – SUR DEMANDE
Gygis à bec fin Gygis microrhyncha – SPECIAL


Rynchops_niger_fam1Genre Rynchops – 3 espèces

Ces oiseaux spectaculaires sont certainement des Laridae, mais leur position à l’intérieur de la famille n’est pas claire. Certains auteurs les placent comme basaux de la famille.

Les 3 espèces sont largement allopatriques avec une en Amérique tropicale (répandue et souvent commune), une en Afrique (localement commune mais en déclin) et une en Asie (menacée, la dernière bonne population est désormais limitée au nord de l’Inde).

Bec-en-ciseaux noir Rynchops niger – ND, photos ci-dessus et tout en haut
* Bec-en-ciseaux d’Afrique Rynchops flavirostris
Bec-en-ciseaux à collier Rynchops albicollis – SUR DEMANDE, VULN


Genre Creagrus – 1 espèce

Genre monotypique, probablement basal pour tous les goélands et mouettes (sous-famille Larinae). Son phénotype est clairement différent des autres genres et la classification de la Mouette à queue fourchue dans un genre distinct est acceptée par tous.

Elle se reproduit presque exclusivement aux Galapagos et migre, ou se disperse, dans l’est du Pacifique Sud, jusqu’au centre du Chili.

Mouette à queue fourchue Creagrus furcatus – SUR DEMANDE


Hydrocoloeus_minutus_fam1.jpgGenre Hydrocoloeus – 1 espèce

Cette petite espèce est bien distincte de toutes les autres, étant probablement la plus proche de Rhodostethia. Elle a longtemps été placée dans Larus, comme la plupart des mouettes et goélands, mais sa classification dans un genre monotypique est désormais largement acceptée.

Elle est assez répandue en Eurasie et a colonisé l’Amérique du Nord au siècle dernier (première reproduction au Canada en 1962) ; la population mondiale diminue.

Mouette pygmée Hydrocoloeus minutus – ND


Genre Rhodostethia – 1 espèce

Cette mouette est unique, mais ressemble à la Mouette pygmée en plumage internuptial. Les deux espèces sont probablement apparentées. Elle est considérée par certains comme basale des Chroicocephalus.

Elle se reproduit principalement en Sibérie orientale ; des couples peu nombreux et irréguliers essayent de se reproduire au Canada (avec peu de succès) et au Groenland. La plupart semble hiverner autour du détroit de Béring, mais les détails sont peu connus.

Mouette rosée Rhodostethia rosea – SPÉCIAL


Rissa_tridactyla_fam1.JPGGenre Rissa – 2 espèces

Il s’agit d’un genre très distinct comprenant deux espèces étroitement apparentées. Les deux sont pélagiques, se reproduisent généralement sur les îles et les falaises le long du rivage et vivent principalement en mer en dehors de la reproduction.

La Mouette tridactyle est la mouette la plus abondante sur Terre, mais elle décline rapidement en raison de la surpêche, du changement climatique et de la chasse directe (dans des endroits comme les îles Féroé et le Groenland). Elle hiverne dans l’océan Atlantique Nord et dans le Pacifique Nord, tandis que La Mouette des brumes n’existe que dans le Pacifique Nord (où elle est sympatrique avec la Mouette tridactyle).

Mouette tridactyle Rissa tridactyla – ND, photo ci-dessus
Mouette des brumes Rissa brevirostris – SUR DEMANDE


Genre Pagophila – 1 espèce

Genre monotypique au phénotype distinct, qui est placé comme sœur de Xema par la génétique.

La population est limitée et la reproduction n’a lieu que dans le nord de la Russie, au Svalbard, au Groenland et au Canada. Elle est en diminution.

Mouette blanche Pagophila eburnea – SUR DEMANDE


Genre Xema – 1 espèce

Genre monotypique distinct qui s’est avéré être sœur de Pagophila selon les études génétiques. Le plumage et le pattern de mue sont uniques.

La Mouette de Sabine se reproduit dans la toundra arctique, principalement en Sibérie, au Canada, en Alaska et au Groenland avec une très petite population au Svalbard.

Mouette de Sabine Xema sabini – SPECIAL


Genre Saundersilarus – 1 espèce

Cette mouette est unique sur plusieurs aspects morphologiques et sa position est encore contestée. Le placement dans un genre monotypique (proche de Chroicocephalus) est provisoire.

C’est une espèce rare et en déclin, vivant sur la côte est de la Chine et en Corée, hivernant plus au sud.

Mouette de Saunders Saundersilarus saundersi – SPECIAL, VULN


Chroicocephalus_cirrocephalus_fam1Genre Chroicocephalus – 12 espèces

Ce genre, autrefois inclus dans Larus comme la plupart des mouettes et goélands, est parfois appelé “masked gulls” (mouettes/goélands masqués en anglais) bien que seulement 6 espèces aient un masque foncé alors que 4 ont la tête blanche en plumage nuptial.

C’est l’un des genres les plus répandus, avec des espèces sur tous les continents. La plupart des espèces sont communes, sauf la rare et endémique Mouette de Buller.

* Goéland railleur Chroicocephalus genei
* Mouette de Bonaparte Chroicocephalus philadelphia
Mouette de Buller Chroicocephalus bulleri – SP, EN DANGER, E (Nlle-Zélande)
Mouette des Andes Chroicocephalus serranus – ND
Mouette de Patagonie Chroicocephalus maculipennis – ND
Mouette du Tibet Chroicocephalus brunnicephalus – ND
* Mouette rieuse Chroicocephalus ridibundus
* Mouette à tête grise Chroicocephalus cirrocephalus – photo ci-dessus
Mouette de Hartlaub Chroicocephalus hartlaubii – ND
* Mouette argentée Chroicocephalus novaehollandiae


Leucophaeus_atricilla_fam1Genre Leucophaeus – 5 espèces

Ce genre était autrefois inclus dans Larus ; il est parfois appelé “hooded gulls” (goélands/mouettes à capuchon)”. Le Goéland de Scoresby est aberrant et a le plumage d’un Larus ; il pourrait mériter un genre monotypique. La Mouette obscure est l’une des mouettes les plus rares du monde avec une répartition très limitée.

Le genre est limité au continent américain (y compris les Galapagos) du nord à l’extrême sud. On pourrait le considérer, en quelque sorte, comme l’équivalent américain du genre suivant.

Goéland gris Leucophaeus modestus – ND
Goéland de Scoresby Leucophaeus scoresbii – ND
* Mouette atricille Leucophaeus atricilla, photo ci-dessus
Mouette de Franklin Leucophaeus pipixcan – ND
Mouette obscure Leucophaeus fuliginosus – DEM, VULN., E (Galapagos)


Ichthyaetus_audouinii_fam1Genre Ichthyaetus – 6 espèces

Ce genre est également issu de Larus. Comme la plupart ont la tête noire, les espèces sont parfois appelées “black-headed gulls” en anglais ; elles sont, en quelque sorte, intermédiaires en taille et en forme entre Chroicocephalus et Larus.

Elles ne se rencontrent que dans l’Ancien Monde, alors que le genre Leucophaeus, qui est apparenté à Ichthyaetus, ne se reproduit qu’en Amérique. La plupart des espèces ont une aire de répartition limitée et la Mouette relique a été un mystère très longtemps (considérée tantôt comme sous-espèce de la Mouette mélanocéphale, comme une hybride entre la Mouette du Tibet et le Goéland ichtyaète ou même comme une Mouette du Tibet aberrante).

Goéland ichthyaète Ichthyaetus ichthyaetus – ND
Mouette relique Ichthyaetus relictus – SUR DEMANDE, VULN
* Mouette mélanocéphale Ichthyaetus melanocephalus
* Goéland d’Audouin Ichthyaetus audouinii – photo ci-dessus
Goéland à iris blanc Ichthyaetus leucophthalmus – ND
* Goéland d’Emprich Ichthyaetus hemprichii


Larus_delawarensis_fam1Genre Larus – 25 espèces

La plupart des mouettes et goélands ont été, par le passé, groupés dans ce genre. Il est désormais réduit à son minimum, mais reste encore le plus grand de la famille. On appelle souvent les Larus “goélands à tête blanche”. Leur classification est une des plus complexes de tous les oiseaux – la liste donnée ici est donc certainement provisoire.

C’est un genre cosmopolite, que l’on rencontre, en effet, sur tous les continents.

Goéland de Heermann Larus heermanni – ND
Goéland austral Larus pacificus – ND, E (Australie)
Goéland à queue noire Larus crassirostris – ND
Goéland siméon Larus belcheri – SUR DEMANDE
Goéland d’Olrog Larus atlanticus – SUR DEMANDE
* Goéland cendré Larus canus
Goéland à bec cerclé Larus delawarensis – ND, photo ci-dessus
Goéland de Californie Larus californicus – ND
Goéland d’Audubon Larus occidentalis – ND
Goéland de Cortez Larus livens – SUR DEMANDE
* Goéland argenté Larus argentatus, photo comparative ci-dessous
* Goéland d’Arménie Larus armenicus
* Goéland leucophée Larus michahellis, photo comparative ci-dessous

Cliquez ici ou sur la photo pour voir une image comparative Goéland leucophée et du Goéland argenté avec quelques critères d’identification.
larus_argentatus_michahellis_comparad2_vignette

Goéland pontique Larus cachinnans – ND
* Goéland brun Larus fuscus
Goéland hudsonien Larus smithsonianus – ND
Goéland de La Véga Larus vegae – ND
Goéland à manteau ardoisé Larus schistisagus – ND
Goéland à ailes grises Larus glaucescens – ND
Goéland bourgmestre Larus hyperboreus  – ND
Goéland à ailes blanches Larus glaucoides – ND
Goéland dominicain Larus dominicanus – ND
Goéland marin Larus marinus – ND

Cliquez ici ou sur la photo pour voir une image comparative Goéland leucophée et du Goéland argenté avec quelques critères d’identification.
larus_fuscus_marinus_comparadvignette


Onychoprion_fuscatus_fam1Genre Onychoprion – 4 espèces

Ces 4 espèces, comme la plupart des sternes, ont été classées dans Sterna par le passé. Il a désormais été prouvé que ce genre est monophylétique et, plus intéressant encore, qu’il est basal de toutes les sternes.

Elles sont toutes pélagiques et la Sterne fuligineuse est l’un des oiseaux marins les plus abondants du monde, présente dans les trois océans tropicaux. La Sterne bridée est également répandue dans les trois océans tropicaux et la Sterne à dos gris est limitée au Pacifique Sud. La seule espèce des eaux froides est la Sterne des Aléoutiennes (Pacifique Nord) qui est encore commune dans l’Extrême-Orient Russe mais en déclin grave en Alaska.

Sterne des Aléoutiennes Onychoprion aleuticus – DEM, VULN
Sterne à dos gris Onychoprion lunatus – SUR DEMANDE
Sterne bridée Onychoprion anaethetus – ND
Sterne fuligineuse Onychoprion fuscatus – ND, photo ci-dessus


Sternula_saundersi_fam1Genre Sternula – 7 espèces

Ce genre est distinct de tous les autres, bien qu’il ait été inclus à Sterna. Les espèces qui composent ce genre sont, à l’inverse, très proches les unes des autres. Toutes sont minuscules avec un plumage à dominante grise ou blanche, une calotte noire et souvent le front blanc.

Le genre est présent sur tous les continents, surtout sur les côtes. Trois espèces sont menacées. 

Sterne naine Sternula albifrons – ND
Sterne de Saunders Sternula saundersi – ND, photo ci-dessus
Petite Sterne Sternula antillarum – ND
Sterne argentée Sternula superciliaris – ND
Sterne néréis Sternula nereis – ND, VULNÉRABLE
Sterne du Pérou Sternula lorata – DEM, EN DANGER
Sterne des baleiniers Sternula balaenarum – DEM, VULN


Phaetusa_simplex_fam2Genre Phaetusa – 1 espèce

Cette sterne est distincte et spectaculaire, unique en son genre. La morphologie semble proche des Thalasseus, et le comportement rappelle quelque peu les Gelochelidon.

Elle a le plus gros bec de toutes les sternes, ce qui rend ses noms vernaculaires, en anglais comme en français, parfaitement appropriés.

Elle est répandue à l’intérieur des terres, en Amérique du Sud tropicale, à l’est des Andes.

Sterne à gros bec Phaetusa simplex – ND, photo de couverture et ci-dessus


Gelochelidon_fam1.JPGGenre Gelochelidon – 2 espèces

Ce genre est distinct de tous les autres, possiblement plus proche de Phaetusa et de Hydroprogne. Il a la taille d’une grande Sterna ou d’une petite Thalasseus, mais son comportement rappelle quelque peu les plus petites Chlidonias.

Une espèce cosmopolite a été divisée en deux espèces allopatriques ; les deux sont généralement communes.

* Sterne hansel Gelochelidon nilotica
Sterne à longues pattes Gelochelidon macrotarsa – ND, photo ci-dessus


Hydroprogne_caspia_fam1.JPGGenre Hydroprogne – 1 espèce

La plus grande sterne du monde est monotypique et très distincte de tous les autres Laridae, ressemblant superficiellement à une grande et lourde  Thalasseus, mais génétiquement plus proche de Gelochelidon.

Elle est cosmopolite et généralement commune, mais les densités varient beaucoup d’une région à l’autre dans sa vaste répartition.

* Sterne caspienne Hydroprogne caspia


Genre Larosterna – 1 espèce

Ce genre est très distinct, habituellement placé près de Chlidonias bien que leurs relations ne soient pas si étroites. Néanmoins, la Sterne inca capture souvent des invertébrés à la surface de d’eau à la manière des guifettes.

Cette espèce est limitée à la côte du Pérou et du Chili.

Sterne inca Larosterna inca – SUR DEMANDE


Chlidonias_leucoptera_fam1Genre Chlidonias – 4 espèces

Ce genre existe tel quel depuis longtemps, mais il est, lui aussi, très proche de Sterna. Le comportement, en particulier le fait que les guifettes ne plongent pas ou rarement, est nettement différent de celui des Sterna et des Sternula de taille semblable.

Toutes les espèces, sauf une, nichent en Eurasie et les mêmes sont vues en Afrique. Une seule espèce, la Guifette noire, niche en Amérique du Nord.

Guifette noire Chlidonias niger – ND, photo comparative ci-dessous
* Guifette leucoptère Chlidonias leucopterus
* Guifette moustac Chlidonias hybrida
Guifette des galets Chlidonias albostriatus – DEM, EN DANGER, E (Nlle-Zélande)

Cliquez ici ou sur la photo pour voir une image comparative de la Guifette noire et de la Guifette leucoptère avec un critère d’identification facile.
Chlidonias_compar1_vignette


Sterna_forsteri_fam1.JPGGenre Sterna – 13 espèces

Auparavant, la plupart des sternes étaient mises en Sterna, mais ce classement n’était ni logique ni pratique. Avec une classification plus moderne telle que proposée ici, la situation des sternes est bien plus lisible. Le genre reste le plus grand genre de la sous-famille Sterninae. Il est probablement plus proche de Thalasseus que des autres genres.

Les espèces listées ci-dessous couvrent, ensemble, la plupart des régions du monde avec une mention spéciale pour la Sterne arctique qui se reproduit dans l’Arctique et hiverne jusqu’en Antarctique, ce qui représente la plus longue migration au monde. La plupart de ces sternes sont côtières mais quelques-unes vivent à l’intérieur des terres. Ce sont les espèces de rivières les plus menacées.

Sterne de rivière Sterna aurantia – SUR DEMANDE
Sterne de Dougall Sterna dougallii – ND
Sterne tara Sterna striata – ND
Sterne diamant Sterna sumatrana – ND
Sterne hirundinacée Sterna hirundinacea – ND
Sterne pierregarin Sterna hirundo – ND
Sterne à joues blanches Sterna repressa – ND
Sterne arctique Sterna paradisaea – ND
Sterne couronnée Sterna vittata – ND
Sterne des Kerguelen Sterna virgata, SUR DEMANDE
Sterne de Forster Sterna forsteri – ND, photo ci-dessus
Sterne de Trudeau Sterna trudeaui – ND
Sterne à ventre noir Sterna acuticauda – SPECIAL, EN DANGER


Thalasseus_acuflavidus_fam1Genre Thalasseus – 7 espèces

Ce genre est issu de la fragmentation de Sterna, genre auquel il est apparenté. Il regroupe des grandes sternes avec une huppe. La Sterne d’Orient est probablement le Laridae le plus rare sur Terre.

Plusieurs espèces sont répandues et vivent sur la côte et en mer, rarement à l’intérieur des terres. On en trouve une ou quelques-unes partout dans le monde, mais la plupart des espèces existent principalement dans les mers chaudes.

Sterne royale Thalasseus maximus – ND
* Sterne huppée Thalasseus bergii
* Sterne voyageuse Thalasseus bengalensis
Sterne d’Orient Thalasseus bernsteini – SPECIAL, CRIT
Sterne caugek Thalasseus sandvicensis – ND
Sterne de Cabot Thalasseus acuflavidus – ND, photo ci-dessus
Sterne élégante Thalasseus elegans – ND


Retour vers la liste des familles

Photos et textes © Valéry Schollaert 2020

Untitled 2

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s