Lexique de la Formation Ornitho

Voici quelques mots de vocabulaire assez spécifiques aux oiseaux, ou aux animaux et leurs milieux, que nous utilisons sur ce site. Ce n’est pas encore une liste exhaustive. Les parties de l’oiseau (topographie) peuvent être étudiées ici.

BIOGEOAfro-tropical : zone biogéographique (ou “écozone”) qui couvre principalement l’Afrique au sud du Sahara et Madagascar. Cliquez sur la carte ci-contre pour l’agrandir et lire tous les détails. En anglais : “Afro-tropical

Allopatrique : se dit de taxons dont les aires de répartition ne se chevauchent pas. C’est l’opposé de sympatrique. Par exemple, le Calao à bec jaune et le Calao leucomèle vivent respectivement en Afrique orientale et en Afrique australe et ne se rencontrent donc jamais. En anglais : “allopatric

Basal : en taxonomie, dans un ensemble de clades (ou de “branches évolutives”) descendant toutes d’un même ancêtre commun, le clade basal est celui qui est “sœur” avec tous les autres. Auparavant, on le disait “primitif”, mais ce terme a une connotation péjorative inappropriée. Le fait d’être basal n’implique pas nécessairement de ressembler à l’ancêtre commun de l’ensemble en question.

Exemple concret. Les oiseaux descendent tous d’un ancêtre commun. On constate que le clade formé par les autruches, émeus, casoars, kiwi, nandous et tinamous, que l’on nomme Paleognathae (c’est une infra-classe) est basal de tous les oiseaux existants. Autrement dit, la divergence entre un de ces oiseaux, comme l’Autruche d’Afrique ou l’Emeu d’Australie, est la même avec une grue qu’avec un aigle, un roitelet, une pie-grièche ou un perroquet. Un ancêtre commun à tous les oiseaux actuels s’est divisé en deux espèces (il y a environ cent millions d’année), l’une est devenue les Paleognathae (autruches, tinamous, etc.) et l’autre est devenue les Neognathae (tous les autres oiseaux). Voyez sur le schéma (très simplifié) ci-dessous. En anglais : “basal

This image has an empty alt attribute; its file name is clade_basal_paleognathae.jpg

Caïnisme : comportement au nid, observé principalement chez les grands Accipitridae (notamment des aigles) et quelques autres oiseaux, où le poussin le plus fort (souvent l’aîné) tue et mange l’autre poussin (ces grands oiseaux pondent habituellement deux œufs) ou les autres poussins s’ils sont plusieurs (rarement). Voyez un exemple concret avec la Buse augur. Des comportements similaires existent chez quelques mammifères. En anglais : “siblicide“, “cainism” ou plus rarement “brood reduction“.

Cleptoparasite : animal qui consomme la nourriture chassée ou produite par une autre espèce animale. Chez les oiseaux, en consommant du miel, nourriture produite par les hyménoptères, le Petit Indicateur est cleptoparasite. Lorsqu’un goéland, une frégate ou un labbe vole la nourriture pêchée par une sterne ou un fou, c’est également du cleptoparasitisme. C’est un comportement que beaucoup de prédateurs peuvent occasionnellement montrer, comme par exemple l’Aigle ravisseur. En anglais : “kleptoparasite

Climax : ce mot désigne un point culminant, une apogée, dans une succession ou une progression dans le temps. En biologie, c’est précisément un milieu naturel qui est l’aboutissement d’une succession de milieux de transition. Lorsque le climax est atteint, comparé aux autres milieux (qui sont donc tous transitionnels), il est beaucoup plus stable dans le temps. Cette notion est expliquée en détails dans notre article “à quoi servent les écosystèmes” et rappelée avec une analyse importante dans notre autre document concernant l’agriculture. Le climax d’un lieu donné a la particularité de contenir plus de biomasse que tous les milieux transitionnels qui précèdent son avènement. En anglais : “climax

Dicaeum_cruentatum_lexiqueCloaque : partie postérieure du tube digestif, qui sert pour déféquer et uriner (en même temps, le mélange étant appelé fiente) ainsi qu’à la reproduction chez les femelles et chez la grande majorité des mâles (seule une minorité des espèces ont conservé un pénis). L’accouplement se fait alors par un rapide touché des deux cloaques (“baiser cloacal”) ; les œufs sont pondus via le cloaque également.

C’est un canal sur lequel débouchent le côlon, les uretères, l’oviducte (chez les femelles) et les canaux déférents (chez les mâles sans pénis). Il débouche sur l’extérieur et peut être ouvert ou fermé grâce au sphincter anal. En anglais : “cloaca” qui s’écrit “cloacae” au pluriel.

Ébouriffé : se dit d’un oiseau qui hérisse ses plumes. Cela peut-être lié au froid, au vent ou pour se “gonfler” et ainsi apparaître plus gros, notamment dans le but d’impressionner un concurrent ou séduire un/une partenaire. Voyez par exemple le Traquet à ventre roux qui s’ébouriffe le ventre (à droite) sur les photos (prises en Tanzanie) ci-dessous. En anglais : “ruffled

Thamnolaea_cinnamomeiventris_lexique.JPG

Féral : qualifie une population d’origine domestique qui est installée dans la nature et se reproduit naturellement. Voir un exemple avec le Pigeon biset. En anglais : “feral

chlidonias_hybrida_lexiqueFiente : déjection des oiseaux, composé du mélange de matière fécale et de l’urine. Celle-ci est éjectée par le cloaque (voir plus de détail à la définition de ce mot). Voyez un Œdicnème vermiculé qui relâche une fiente, sur sa page.

Ci-contre : une Guifette moustac lâche sa fiente en vol. En anglais : “droppings

Indo-himalayenne (zone, région) : zone biogéographique (ou “écozone”) qui couvre principalement le sud de l’Asie depuis le sous-continent Indien jusqu’aux Philippines et une partie de l’Indonésie. Voir sur la carte en cliquant ici. En anglais : “Indo-malay” or “oriental region

Corythornis_cristata_leucique.JPGLeucisme / leucique : un oiseau leucique est un oiseau qui a des problèmes de production ou de distribution des pigments. Cela peut se traduire par des taches blanches ou claires n’importe où dans le plumage, voire un plumage tout blanc (voyez le Martin-pêcheur huppé ci-contre et comparez avec un Merle noir à peine leucique en visitant sa page). Cela peut aussi donner un phénotype tout clair, une sorte de leucisme parfois aussi appelé “isabellisme”. C’est à distinguer de l’albinisme qui est une incapacité totale à produire de la mélanine (mais pas les autres pigments) et qui touche aussi les yeux. Il y a très peu d’oiseaux albinos, mais le leusisme est assez fréquent chez les emplumés. En anglais : “leucism“, “leucistic

philomachus_pugnax_lexique1.jpgLimicole : nom informel des “petits échassiers” qui appartiennent à divers familles incluses à l’ordre de Charadriiformes tels que les courlis, bécasseaux, gravelots, avocettes, courvites, huîtriers, etc. Voyez un exemple avec le Chevalier aboyeur. En anglais : “waders” est habituellement utilisé par les européens alors que les américains disent plutôt “shorebirds“, littéralement “les oiseaux du rivage”.

Néarctique : zone biogéographique (ou “écozone”) qui couvre principalement l’Amérique du Nord. Voir sur la carte en cliquant ici. En anglais : “Nearctic

Néo-tropical : zone biogéographique (ou “écozone”) qui couvre principalement l’Amérique du Sud et “centrale”. Voir sur la carte en cliquant ici. En anglais : “Neo-tropical

Nictitante : la membrane nictitante ou “troisième paupière”, aussi appelée palpebra tertia par les scientifiques, est une membrane oculaire qui, le plus souvent, est translucide et se déplace horizontalement. Elle permet de protéger l’œil sans se couper totalement de la vision du monde extérieur. Illustration ci-dessous. En anglais, il y a plusieurs manières de nommer cette membrane : “Nictitating membrane”, “haw”, “third eyelid” ou “inner eyelid”.

Balaeniceps_rex_nictitante

Néoténie : reproduction d’individus qui ont encore des caractères de larves ou de juvéniles ; (on parle aussi de pédogenèse ; voir à ce mot, plus bas, pour la nuance). Cela peut mener logiquement à des populations présentant des caractères pédomorphiques (voir plus bas). Exemple : Jacana nain. En anglais : “neoteny” ou “juvenilization

Parasite (oiseau) : il existe plusieurs types de parasitisme chez les oiseaux, mais lorsqu’on ne précise pas, il s’agit généralement du parasitisme de reproduction : une femelle pond son œuf dans le nid d’un autre oiseau. Cette stratégie est assez élaborée et elle est décrite en détail à la page du Coucou didric ainsi qu’à la page de la Veuve dominicaine. Voir aussi cleptoparasite. En anglais : “parasite” ou “brood-parasite” pour ce type de parasitisme en particulier

Parotiques : c’est un raccourci pour “couvertures parotiques” qui sont les plumes de la “joue”, appelées aussi “couvertures auriculaires” car, en effet, elles couvrent les oreilles. Voir une illustration sur un croquis dans la leçon 1. En anglais : “ear-coverts” (littéralement, couvertures auriculaires) ou “cheek” (= joue).

Paléarctique : zone biogéographique (ou “écozone”) qui couvre une grande partie de l’Eurasie et l’Afrique du Nord. Voir sur la carte en cliquant ici. En anglais : “Palearctic

Parapatrique : deux taxons qui cohabitent sont dits “sympatriques” et ceux ne cohabitant pas sont dits “allopatriques”. Lorsque deux taxons proches sont presque allopatriques mais que, dans une zone réduite, un léger chevauchement des aires de répartition respectives existe avec une cohabitation (pouvant parfois provoquer l’hybridation) limitée, on dit alors qu’ils sont parapatriques. En anglais : “parapatric

Pédogenèse : voir néotonie, plus haut. On parle plutôt de pédogenèse lorsque c’est la maturité sexuelle qui est accélérée et de néotonie lorsque c’est le développement des caractères adultes qui est ralenti. En anglais : “progenesis” ou “paedogenesis

Pédomorphique (plumage) : concerne quelques espèces dont le plumage adulte originel a disparu au profit d’un plumage rappelant (partiellement ou totalement) celui des immatures. Voyez un exemple de plumage partiellement pédomorphique avec le Coucal à sourcils blancs. Voir aussi “Néotonie”, plus haut. En anglais : “paedomorphic

pogoniulusug_pelotes_lexique.JPG

Pélagique : se dit des oiseaux marins qui passent le plus clair de leur temps au large ; en dehors de la période de reproduction, ils vivent souvent loin de toutes terres. Ils nichent généralement sur des îles et îlots, parfois sur la côte. Ils sont à distinguer des oiseaux côtiers qui s’éloignent peu ou occasionnellement de la terre ferme. Ainsi, la plupart des goélands et mouettes sont côtiers mais les pétrels, puffins, albatros et océanites sont des oiseaux pélagiques, par exemple. En anglais : “pelagic

Pelote (de réjection ou de régurgitation) : agglomérat de parties indigestes de la nourriture que les oiseaux régurgitent après un repas. La plupart des carnivores, notamment les nocturnes qui avalent souvent leurs proies en entier, font de grosses pelotes de réjection. D’autres oiseaux en font, y compris des frugivores comme le Barbion montagnard (photo ci-dessus) qui “collent” leur pelote sur une branche. Lisez notre page des “énigmes” pour l’explication de ce comportement original. En anglais : “pellet

cecropis_sympatrique2

Sympatrique : se dit de taxons différents qui ont des aires de répartition qui se chevauchent. Par exemple, l’Hirondelle à tête rousse est sympatrique avec l’Hirondelle striée, voyez les cartes ci-contre et ci-dessous. Les aires de répartition sont basées sur HBW Alive.

cecropis_sympatrique1.jpg En anglais : “sympatric

Retourner à l’accueil Formation Ornitho

sommaire

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s