Macagua rieur – Herpetotheres cachinnans

Espèce vedette –  Page sponsorisée par Ecorancho Sur
Famille Falconidae (faucons, caracaras…)Laughing Falcon in English
Première publication : 14 août 2021 – Dernière mise à jour : 14 août 2021

Ce rapace absolument unique en son genre, dans tous les sens du terme, est répandu depuis le Mexique jusque dans l’extrême nord de l’Argentine. Son milieu favori est la lisière des forêts de plaine ; il est aussi présent en zones agricoles suffisamment boisées, dans les savanes et les palmeraies. Son qualificatif de “rieur” dans la plupart des langues provient de son chant, souvent émis en duo par les couples, qui ne rappelle rien d’autre. Vous pouvez entendre une petite séquence d’un individu seul ici sur Youtube. Le plus souvent, la phrase complète dure plusieurs minutes.

Un si bel emblème des plaines néotropicales !

En 1988, le deuxième livre sur les oiseaux que j’ai reçu de mes parents présentait tous les rapaces diurnes du monde. Le Macagua rieur, alors appelé Faucon rieur, était illustré par un grand dessin sur une page format A4 complète. À 14 ans, j’admirais cette image en m’imaginant dans la forêt néotropicale et observant cette merveille de la nature. Ce fut une de mes “coches” préférées au Costa Rica lors de mes premiers pas dans cette région biogéographique, 7 ans plus tard. En donnant des cours d’ornithologie au Brésil, en 2008 et 2009, j’ai pu réaliser mes premiers clichés lors d’une excursion en bateau sur un affluent de l’Amazone.

Macagua rieur, Manaus, Brésil, novembre 2008
Le masque noir qui lui donne un air de “bandit” couvre les parotiques et la nuque sans interruption. Les larges rivières amazoniennes offrent une lisière de forêt parfaite pour le macagua.

Ces photos étaient insuffisantes pour faire une fiche et lors du voyage au Mexique, j’espérais améliorer ça. Mais ce n’est pas si facile : j’en ai entendu plusieurs à Tuxtepec, Huatulco et ailleurs, mais prendre des photos à distance acceptable n’est pas toujours possible. À l’Ecorancho Sur, j’ai eu la “surprise du chef”. Un matin, alors que je me régalais de mangues juteuses pour mon petit-déjeuner, j’ai entendu le fameux chant en duo de plusieurs minutes. Un des deux individus était dans “l’arbre magique” qui surplombe ma maisonnette et qui sera illustré sur la page description de l’Ecorancho Sur qui est en construction. J’ai pu faire des portraits sympas, mais le corps était partiellement caché par les feuilles.

Macagua rieur, Ecorancho Sur, Miguel Higaldo, Bacalar (Quintana Roo), Mexique, août 2021
Le chant est poussé le bec grand ouvert et il porte à plus de deux kilomètres.

J’aurais bien voulu avoir une photo en entier ! L’avant-dernier jour de ma mission à l’Ecorancho Sur, après une super matinée de photos dans la forêt, je rentre à vélo dans la propriété. Quelle joie de voir un macagua posé bien dégagé sur un arbre mort qui domine la lagune de San Antonio. J’ai alors pu obtenir les images nécessaires pour faire cette page, bien qu’il reste un défi : prendre cet oiseau en vol.

Macagua rieur, Ecorancho Sur, Miguel Higaldo, Bacalar (Quintana Roo), Mexique, août 2021
On voit ici le petit bec et les serres très puissantes, des proportions qui semblent parfaites pour la chasse aux serpents pour laquelle il est remarquablement efficace.

Contrairement aux vrai faucons, il a des larges ailes arrondies et assez courtes. Son vol est direct et il reste rarement longtemps en l’air. Ce serait donc vraiment intéressant de l’illustrer mais c’est loin d’être gagné d’avance !

Valéry Schollaert

C’est un spécialiste des serpents, venimeux ou non, y compris assez grands, qui constituent la plus grande partie de son régime alimentaire. Il complète de rongeurs et d’oiseaux, en particulier lorsqu’il s’installe dans les paysages dégradés par l’homme. Il chasse ses proies aussi bien au sol que dans les branchages. Il y a de rares observations de pêches aux poissons, sans doute lorsque l’oiseau ne trouve rien d’autre à manger.

Le nid est le plus souvent le fond d’une cavité naturelle dans un arbre mais il peut aussi pondre son (unique) œuf dans le nid inoccupé d’un autre rapace, une plante épiphyte ou même un gros nœud de branches et de lianes. La femelle couve six semaines environ, puis les deux parents nourrissent le petit près de deux mois au nid.

Taxonomie et sous-espèces

Cet oiseau est seul dans son genre et on le classe comme sœur avec les carnifex (genre Micrastur). Il est considéré comme basal de toute la famille des Falconidae, indiquant une origine néotropicale aux faucons.

On le divise en plusieurs sous-espèces, jusqu’à six, mais seulement deux ou trois sont reconnues actuellement. Selon les auteurs, les oiseaux du Mexique appartiennent à la sous-espèce H. c. chapmani ou à la sous-espèce nominale. Ils sont assez pâles. La sous-espèce H. c. queribundus qui vit à partir de la Bolivie, vers le sud, est plus foncée (les parties pâles plus beiges). Comme on le voit sur cette page, les variations individuelles au sein du même taxon sont assez nettes (l’oiseau tout en haut est également pris au Mexique).

Retrouvez Ecorancho Sur sur Facebook, Instagram ou Google

Les autres espèces sponsorisées par Ecorancho Sur : Jacarini noirÉlénie à ventre jaune, Ibijau jamaïcain, Naucler à queue fourchue.

Objectifs recherchés pour une page complète : photos en vol

[Espèce Nº1322 du projet d’encyclopédie holistique]

spprevious
spsuivante
sommaire

Photos, tableau et textes © Valéry Schollaert & Marinella Mejia 2021

Liste des autres espèces illustrées : taxonomique – jour par jour

Untitled 2

10 thoughts on “Macagua rieur – Herpetotheres cachinnans

  1. Décidément tu nous gâtes avec les rapaces 😍
    Encore une beauté, j’adore son air de petit bandit masqué 😉
    Très belle fiche encore.
    Merci

    Liked by 1 person

  2. Un beau visuel sur la fiche ,..le masque bien délimité des deux côtés ! Rieur ,..un bien joli qualificatif : son chant doit être aussi gai que sa dénomination !

    Liked by 1 person

  3. Un beau spécimen ! Impressionnant ! Pas facile å prendre en photo mais tu as rėussi quand měme å nous en faire profiter. Son chant est d’une puissance ! Oiseau utile aussi pour chasser les serpents. Il n’a que des qualités. Merci.

    Liked by 1 person

    1. Tous les animaux sont utiles, Claudia, sans exception. Mais note que
      1/ Il n’y a pas moins de serpents parce que ceux-ci ont mangés par un prédateur
      2/ Il n’est pas souhaitable de faire diminuer les serpents qui sont aussi utiles que le macagua.

      Liked by 1 person

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s