Martin-chasseur gurial – Pelargopsis capensis

Espèce complexe à reclasser – publiée le 4 avril 2019
Publication partielle –  famille des Alcedinidae (martins-pêcheurs, martins-chasseurs)
En anglais: Stork-billed Kingfisher in English

Pelargopsis_capensis_main.jpgVoici un martin-chasseur de grande taille avec un bec particulièrement puissant qui existe depuis l’ouest de l’Inde jusqu’aux Philippines et à l’Indonésie. Il est peu commun et assez farouche. Il est probablement en diminution globale et pourrait rapidement se retrouver dans la liste déjà longue des espèces menacées. Des populations, actuellement classées en sous-espèces, sont peut-être déjà en danger d’extinction.

Pelargopsis_capensis_2fr

Les martins-chasseurs du genre Pelargopsis constituent une branche ancienne. Auparavant, on aurait dit que c’était des martins-chasseurs “primitifs” ; actuellement, on exprime plutôt cette ancienneté en indiquant que ce genre est basal de la plupart des autres, dans la sous-famille des Halcyoninae. Ainsi, sans grande surprise, on retrouve des comportements semblables à de nombreuses autres espèces.

Il creuse une galerie dans une berge pour nicher tel un Martin-pêcheur pie, mais comme il est plus grand, il a besoin d’une chambre de 30 cm de diamètre. Avec son bec puissant, on le voit même creuser dans un arbre mort. Un trou déjà creusé, par un pic par exemple, est parfois réutilisé.

Au niveau de la chasse et de la pêche, il combine les stratégies des martins-chasseurs (comme le Martin-chasseur à tête grise) et des martins-pêcheurs. Il est toutefois dépendant de l’eau et consomme beaucoup plus de poissons que les Halcyon.

Il reste peu étudié, et les détails spécifiques de la reproduction n’ont pas été publié.

Taxonomie et sous-espèces

L’espèce-sœur est le Martin-chasseur à bec noir qui vit aux Célèbes (Sulawesi) et quelques îles satellites.  Il y a 15 sous-espèces qui varient notamment en couleur de tête (de brun foncé à blanchâtre), l’intensité du roux et la couleur du dessus (de vert clair à bleu foncé). Certaines populations sont endémiques de petites îles et sont potentiellement en danger. Il semblerait urgent d’étudier ces différentes populations pour déterminer celles qui devraient être protégées en urgence. Une mauvaise classification dans le système actuel qui tente de sauver, une par une, les espèces en danger, peut entraîner des catastrophes. Des cas ont eu lieu comme expliqué sur la page du Souimanga à dos vert.

Dès que nous aurons des images d’autres sous-espèces ou simplement des clichés de meilleur qualité, elles seront ajoutées ci-dessous. Il faudrait provisoirement se contenter de cette page incomplète, qui alerte toutefois sur l’urgence d’agir pour certaines populations qui disparaissent alors que l’espèce est toujours classée “least concern” par Birdlife International malgré que leur page précise que l’espèce est en diminution, souvent peu commune et que l’aire de répartition se rétracte.

[Espèce Nº459 du projet d’encyclopédie holistique]

spprevious
spsuivante
sommaire

Photos et textes © Valéry Schollaert 2019 – 2020

Liste des autres espèces illustrées : taxonomiquejour par jour

Untitled 2

One thought on “Martin-chasseur gurial – Pelargopsis capensis

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s