Martin-pêcheur d’Europe – Alcedo atthis

Espèce commune – Page de référence (partielle) – Disponible pour sponsoring
Famille Alcedinidae (martins-pêcheurs/chasseurs) Common Kingfisher in English
Première publication : 13 mai 2019 – Dernière mise à jour : 07 juin 2022

Alcedo_atthis_main.JPGVoici un oiseau souvent cité parmi les “préférés” des observateurs européens et, de ce fait, un des plus photographiés. Il faut dire qu’en Europe, il y a peu d’autres oiseaux aussi vivement colorés. Ce que le public sait moins, c’est que cette espèce est répandue jusqu’en Indonésie. Dans ce pays ainsi que dans le sud de l’Asie en général, il cohabite avec bien d’autres martins-pêcheurs, parfois plus colorés, des martins-chasseurs et toute une diversité de petites merveilles de la nature très colorées.

Cliquez ici pour voir une carte de répartition plus détaillée

Sa spécialité est bien entendu la pêche : les poissons représentent une large majorité des proies. Il peut aussi capturer des petites grenouilles, des crevettes, des insectes, des mollusques, etc. Il se tient souvent immobile, assez bas, au-dessus de l’eau, et plonge très rapidement sur une proie qu’il a repérée dans l’eau. Il vit le long de rivières, lacs et étangs poissonneux avec des berges suffisamment hautes et meubles pour se reproduire.

Le nid est installé au fond d’une galerie que les deux parents creusent en une semaine ou deux, en général de moins d’un mètre de longueur. La femelle y pond jusqu’à une dizaine d’œufs ; elle couve toute la nuit alors que le mâle et elle alternent pour couver la journée. L’incubation dure 3 semaines et les jeunes s’envolent 3 semaines et demie après l’éclosion. Les jeunes font souvent leur première plongée 4 jours après être sortis du nid. Ils deviennent rapidement indépendants et se font alors expulser du territoire.

Cette espèce est relativement commune mais sensible aux pesticides et localement en diminution. Les hivers froids peuvent décimer une population non migratrice (si l’eau gèle, il ne peut plus pêcher), notamment en Europe occidentale. Plus à l’est, dans les régions aux hivers froids annuels, le Martin-pêcheur d’Europe est un migrateur assez longue distance.

Taxonomie et sous-espèces

Une petite dizaine de sous-espèces, selon les auteurs, varient notamment en couleur du bleu : voyez sur les illustrations ci-dessous. L’espèce-sœur est le Martin-pêcheur aigue-marine qui cohabite toutefois avec le Martin-pêcheur d’Europe à Java. Ces deux-là sont proches du Martin-pêcheur à demi-collier et du Martin-pêcheur azuré, espèces africaines au comportement presque identique à celui du Martin-pêcheur d’Europe.

(*) Cette espèce est la préférée de Rashida Loucif. Visitez la page de son association, ANAB (Association Nature Alsace Bossue). Grâce à elle, la photo ci-dessous a été ajoutée (prise à Chiang Rai, Thaïlande, en janvier 2020). Si vous voulez aussi choisir votre espèce préférée, cliquez ici.

Martin-pêcheur d’Europe (A. a. bengalensis), Ormoc, Leyte, Philippines, mars 2018
La bande bleue depuis la queue jusque sur le manteau apparaît surtout les ailes ouvertes, notamment en vol, et donne un effet de “flèche bleue” vu la vitesse très élevée de cet oiseau lorsqu’il se déplace.
Martin-pêcheur d’Europe (A. a. bengalensis), Chitwan, Népal, décembre 2015
Le bec tout foncé indique un mâle. Les plumages du mâle et de la femelle sont semblables.
Martin-pêcheur d’Europe (A. a. ispida), Le Teich, France, septembre 2018
Il pêche des poissons de taille plutôt réduite, et les avale tout entier. Pour cela, il doit placer la tête de la proie en avant dans sa gorge. Cette sous- espèce est très semblable à la précédente, mais notez le bleu un peu moins vif et très légèrement teinté de vert. Notez la base de la mandibule inférieure, indiquant une femelle.
Martin-pêcheur d’Europe (A. a. taprobana), Deniyaya, Sri Lanka, mai 2018
Cette sous-espèce montre des couleurs un peu plus sombres que les deux illustrées ci-dessus, avec un bleu-turquoise plus vif sur les parties supérieures comme les sus-caudales visibles ici. La tête relevée permet de bien visualiser la mandibule inférieure orange de la femelle.
Martin-pêcheur d’Europe (A. a. bengalensis), Bukit Lawang, Sumatra, Indonésie, décembre 2018
Cette espèce est capable de longues migrations. Les oiseaux vus à Sumatra sont des hivernants qui viennent du nord-est de l’Asie, notamment de Sibérie orientale.

Pour en savoir plus :

Noms conseillés par l’Encyclopédie Holistique dans 6 langues choisies :

  • Espagnol : Martín pescador común
  • Portugais : Guarda-rios-comum
  • Allemand : Eisvogel
  • Hébreux : שלדג גמדי
  • Hindi : छोटा किलकिला
  • Russe : Обыкновенный зимородок
Objectifs recherchés pour une page complète :
Photo au nid ou à la colonie ; sponsoring

[Espèce Nº498 du projet d’encyclopédie holistique]

spprevious
spsuivante
sommaire

Photos, tableau et textes © Valéry Schollaert, Chantal Lac & Marinella Mejia 2019 – 2022

Liste des autres espèces illustrées: taxonomiquejour par jour

Untitled 2

2 thoughts on “Martin-pêcheur d’Europe – Alcedo atthis

  1. Joli Martin-pêcheur qu’on ne se lasse d’observer le long des rivières et des plans d’eau. Il étourdit sa proie, le retourne pour le manger dans le bon sens des écailles et recommence sa chasse.

    Liked by 1 person

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s