Méliphage à oreillons bleus – Entomyzon cyanotis

Espèce de référence – publiée le 20 octobre 2019
Publication complète – Famille des Meliphagidae (méliphages)
En anglais : Blue-faced Honeyeater in English

Entomyzon_cyanotis_main.JPGCe méliphage est un des plus visibles et souvent un des plus communs dans l’est et le nord de l’Australie. Il est également présent dans le sud de la Nouvelle-Guinée. Il est unique sous différents aspects, assez opportuniste, occupant, de fait, des niches écologiques variées comme le font, par exemple, certains bulbuls en Afrique ou en Asie. 

Cet oiseau aime les arbres et on le rencontre ainsi dans presque tous le milieux depuis les boisements mixtes jusqu’aux jardins et parcs urbains, mais il évite la forêt fermée en bon opportuniste qu’il est. En termes de nourriture, il est tout aussi opportuniste, consommant des insectes, des fruits, du nectar et il chasse même parfois des petits vertébrés, notamment des lézards. Il faut dire que c’est un des plus gros représentants de la famille : les plus grands mâles atteignant 32 centimètres de long !

S’il est bien connu des ornithologues, la nidification reste en partie mystérieuse. Il peut s’agir d’une autre forme d’opportunisme. Le nid est variable, installé sur des supports divers et variés : branches d’arbres ou de buissons, des palmiers, des grandes graminées, des pylônes et même des cavités naturelles ou artificielles. Les méliphages pondent souvent deux ou trois œufs, mais certains nids ont été vus avec un maximum de sept œufs. Il s’agit probablement du travail de plusieurs femelles, confirmant ainsi des observations de quatre adultes occupés autour du même nid : des nidifications en coopératives sont possibles chez cet oiseau, par ailleurs plus habituellement installées en couples monogames et territoriaux.

La femelle couve seule un peu plus de deux semaines et les deux parents, avec les éventuels aidants, nourrissent trois semaines et demie au nid, parfois encore des semaines hors du nid (mais ce détail semble aussi variable).

Taxonomie et sous-espèces

Trois à quatre sous-espèces sont décrites, et celle qui existe principalement dans les Territoires du Nord (E. c. albipennis) est proposée en espèce distincte, le Méliphage à pennes blanches, par HBW Alive sur base de détails de plumage peu convaincants. Il a notamment l’aile plus contrastée (visible seulement quand elle est ouverte, voir photo ci-dessous).

Cette espèce, seule dans son genre, est unique par sa forme et son plumage.

Entomyzon_cyanotis_1fr.jpg
Entomyzon_cyanotis_3fr.jpg
Entomyzon_cyanotis_4fr.jpg
Entomyzon_cyanotis_5au.JPG

[Espèce Nº658 du projet d’encyclopédie holistique]

spprevious
spsuivante
sommaire

Photos et textes © Valéry Schollaert 2019 – 2020

Liste des autres espèces illustrées : taxonomiquejour par jour

Untitled 2

2 thoughts on “Méliphage à oreillons bleus – Entomyzon cyanotis

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s