Milan sacré – Haliastur indus

Espèce de référence – page publiée le 06 avril 2018
Publication complète –  famille des Accipitridae (buses, aigles, éperviers, etc.)
En anglais : Brahminy Kite in English

Haliastur_indus_main.JPGVoici un des rapaces les plus répandus d’Asie. Il vit aussi en Océanie. En effet, il est présent depuis l’est du Pakistan jusque dans l’est de l’Australie et même à Taïwan, aux Philippines et aux îles Salomon. La plumage de l’adulte est bien connu du grand public en Asie méridionale.

Cette espèce est une des plus opportunistes, capable de manger quasiment toutes les sortes des vertébrés terrestres comme aquatiques, des invertébrés, des charognes et divers déchets. Il peut pêcher en mer et même profiter de l’activité des cétacés. Ne le dites pas trop haut, mais il n’hésite pas non plus à s’attaquer à un poulet d’élevage. Ce régime très varié rappelle celui du Milan à bec jaune qui occupe, de fait, une niche écologique semblable. Comme ce dernier, le Milan sacré peut manger en vol et construit un nid en branche dans un arbre ou une structure artificielle.

La nidification a été assez bien étudiée. La femelle pond le plus souvent deux œufs qui sont couvés un mois par les deux parents. Ensuite, le mâle apporte de la nourriture pour toute la famille quand les oisillons sont petits, puis la femelle se met à chasser quand les jeunes deviennent assez grands et les deux parents nourrissent les jeunes jusqu’à leur envol, à environ six semaines.

C’est un oiseau principalement sédentaire, mais la population chinoise est partiellement migratrice et certains individus hivernent en Asie du sud-est. Une partie des oiseaux plus striés de Malaisie et de Sumatra ne sont peut-être pas des H. i. intermedius fort marqués mais des H. i. indus hivernant.

Taxonomie et sous-espèces

Quatre sous-espèces sont décrites dont trois sont illustrées sur cette page, voir les photos et leur légende. La quatrième H. i. flavirostris existe à l’extrême est de la répartition, surtout aux Iles Salomon Elle ressemble à H. i. girrenera, donc sans les stries de la nominale, mais le bec est jaune plus vif.

La seule autre espèce du genre, le Milan siffleur, est forcément l’espèce considérée comme la plus proche mais il cohabite assez bien et aucune hybridation n’a été constatée. Haliastur est proche de Milvus et de Icthyophaga, un genre de petits pygargues asiatiques.

Haliastur_indus_5fr
Haliastur_indus_3fr.jpg
Haliastur_indus_4in
Haliastur_indus_6fr
Haliastur_indus_11in
Haliastur_indus_7fr.jpg
Haliastur_indus_13fr
Haliastur_indus_14fr.jpg

Mise à jour du 29 mars 2019

Voici un juvénile qui a réussi à pêcher un poisson, mais il ne le mangera pas. On voit que trois individus le poursuivent pour tenter de lui chiper son butin. Il finira par le lâcher (on voit le poisson qui tombe sur la seconde photo) et, au final un de deux adultes le récupérera dans l’eau. La photo est prise au petit port de Dapa, sur l’île de Siargao, aux Philippines, en novembre 2018.

Haliastur_indus_9ph
Haliastur_indus_10ph

[Espèce Nº96 du projet d’encyclopédie holistique]

spprevious
spsuivante
sommaire

Photos et textes © Valéry Schollaert 2018 – 2019

Liste des autres espèces illustrées : taxonomiquejour par jour

Untitled 2

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s