Moineau domestique – Passer domesticus

Espèce de référence – publiée le 26 février 2019
Publication complètefamille de Passeridae (moineaux, niverolles…)
En anglais: House Sparrow in English

Passer_domesticus_main2

Auparavant, pour exprimer qu’un animal était très commun quelque part, nous disions “il y en a partout, comme des moineaux”. Si cet oiseau est encore commun dans une majeure partie de l’Eurasie, il diminue drastiquement en Europe de l’Ouest et en Amérique du Nord. Il semblerait que c’est une chute spectaculaire des populations de certains insectes qui limitent les sources de protéines nécessaires à la croissance des jeunes lorsqu’ils sont encore au nid. Presque tous les oiseaux se nourrissent au moins partiellement d’insectes. Les activités humaines qui déciment ces invertébrés, notamment l’utilisation d’insecticides, sont à l’origine d’une chute dramatique d’une majorité des oiseaux en Europe et ailleurs.

Cet oiseau montre comment nous pouvons vivre avec des animaux sauvages… ou pas, selon notre comportement. En adaptant nos activités, nous pouvons aussi influer sur les espèces qui vivent avec nous et la diversité de celles-ci. Un article détaillé illustre un exemple facile à comprendre :  “L’oiseau qui aime le plastique“.

Ce document détaille l’augmentation d’une espèce qui profite de nos activités et le Moineau domestique montre aujourd’hui le contraire. Alors qu’il s’est tellement bien adapté aux activités humaines par le passé qu’il a colonisé les villes et villages presque partout dans le monde, quelques mauvais choix de notre part et le voilà qui disparaît ainsi que beaucoup d’autres oiseaux communs des jardins.

Méthode Formation Ornitho : nidification près de l’homme

Passer_domesticus_2frDans la plupart des régions, le Moineau domestique dépend d’une structure (cavité dans une bâtiment ou un arbre, anfractuosité dans une falaise, etc.) pour installer son nid qu’il construit avec des tiges diverses et quelques plumes. Toutefois, il y a aussi des populations capables de construire un nid sur une branche comme le font d’autres moineaux. Ces différences, que l’on pourrait appeler “culturelles”, illustrent en partie pourquoi vouloir sauver une espèce de la disparition en conservant quelques individus dans un zoo est totalement illusoire. En effet, les spécificités du comportement qui expliquent l’adaptation à un milieu particulier, adaptation qui peut varier d’une région à l’autre comme on le voit avec ce moineau, se perd en captivité comme elle se perd si elle n’est plus nécessaire dans la nature.

C’est ainsi que les moineaux commensaux des humains sont désormais habitués à utiliser des supports artificiels et pourraient s’avérer incapables de construire un nid en milieux naturel comme les moineaux qui vivent encore dans des zones naturelles ou semi-naturelles. C’est probablement une des raisons qui expliquent l’absence totale de Moineaux domestiques dans certaines régions d’Asie alors que le Moineau friquet y est abondant. Nous en reparlerons sur la page de ce dernier.

Le nid est commencé par le mâle, alors célibataire, et terminé en couple lorsqu’une femelle le rejoint. Elle y pond jusqu’à 5 œufs qui sont couvés deux semaines par les deux parents. Les jeunes, nourris également par les deux parents, s’envolent aussi après deux semaines.

Les Moineaux domestiques sont principalement granivores et les insectes ne représentent qu’au plus 10% du régime en plein été. Toutefois, les jeunes au nid reçoivent exclusivement des insectes durant les trois premiers jours de leur vie, et la diminution des insectes disponibles pour cette phase cruciale de la vie serait la principale raison de la diminution des moineaux dans certaines parties de l’Europe et de l’Amérique du Nord. Progressivement, les parents apportent plus de matière végétale et, une fois sortis du nid, les jeunes sont effectivement granivores !

Taxonomie et sous-espèces

Très complexe ! Selon HBW Alive, il y a 12 sous-espèces. Elles diffèrent notamment en intensité du roux sur les parties supérieures et du gris sur les joues et les parties inférieures. Ces sous-espèces pourraient progressivement disparaître et le Moineau domestique s’uniformiser à cause des introductions qui induisent des hybridations de masse des sous-espèces. D’autre part, des populations introduites dans des lieux plus isolés depuis longtemps pourraient, un jour, former des “sous-espèces artificielles”.

Ces hybrides peuvent créer, à termes, de nouvelles populations divergentes. Le cas du Moineau cisalpin (Passer italiae) est intéressant car il est le produit de l’hybridation massive entre le Moineau espagnol (Passer hispaniolensis) et le Moineau domestique. Cette population hybride est suffisamment distincte pour être désormais considérée comme une espèce à part entière, bien que ce soit discutable.

Des hybrides entre le Moineau espagnol et le Moineau domestique, souvent presque indiscernables du Moineau italien, existent un peu partout où les deux espèces cohabitent.

Passer_domesticus_3fr

Passer_domesticus_1fr.jpg

Passer_domesticus_5fr

Passer_domesticus_4fr

Passer_domesticus_9fr

Passer_domesticus_6fr

Passer_domesticus_7fr

Passer_domesticus_8fr

[Espèce Nº422 du projet d’encyclopédie holistique]

Photos et textes © Valéry Schollaert 2019

Liste des autres espèces illustrées: taxonomiquejour par jour

Untitled 2

 

 

One thought on “Moineau domestique – Passer domesticus

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s