Moineau friquet – Passer montanus

Espèce de référence – publiée le 05 juin 2018
Publication complètefamille de Passeridae (moineaux, niverolles…)
En anglais: Eurasian Tree Sparrow in English

passer_montanus_main

Ce moineau est très intéressant et illustre comment une même espèce peut s’adapter dans certaines régions et pas dans d’autres selon beaucoup de paramètres que nous ne maîtrisons pas toujours. Ce passereau est un des plus répandus d’Eurasie : il vit depuis l’Irlande et les Canaries à l’ouest jusqu’au Kamtchatka et à l’Indonésie à l’est ! Il diminue en Europe occidentale mais abonde et augmente dans le sud-est de l’Asie où il est souvent l’oiseau le plus commun.

Des dizaines des millions (voire deux milliards selon certaines sources) de moineaux ont été tués sur ordre de Mao, en Chine, à la fin des années ’50 : voyez une petite vidéo qui décrit ce massacre horrible et inutile. Cette tuerie et ses conséquences illustrent une grande incompréhension des mécanismes naturels, dont nous parlons dans notre article concernant la chasse.

Les actions entreprises pour tuer tous les moineaux n’ont évidemment pas affecté que les Passer mais tous les oiseaux des jardins et des cultures. Notez que la vidéo citée ci-dessus affirme que ce sont des Moineaux domestiques qui ont été massacrés et que le repeuplement c’est fait avec de Moineaux friquets importés. Cette information est toutefois démentie dans notre référence scientifique, HBW Alive, qui dit, au contraire, que ce sont des Moineaux friquets qui ont été massacrés mais qu’ils ont pu reconstituer naturellement une population dès que le massacre, qui a duré trois jours, a cessé.

Méthode formation ornitho : adaptation à géographie variable !

L’image en Europe occidentale est que le Moineau domestique est l’oiseau urbain, commensal de l’homme, et le Moineau friquet l’espèce sauvage qui vit dans les arbres, d’où son nom anglais de “Tree Sparrow“. Toutefois, aux Philippines, en Indonésie, en Malaisie et d’autres régions méridionales et orientales de l’Asie, on trouve le Moineau friquet en ville se comportant comme du Moineau domestique d’Europe.

Tel qu’indiqué sur sa page, ce dernier diminue dans certains pays occidentaux notamment à cause de la diminution des insectes. Le Moineau friquet a commencé sa chute bien avant le Moineau domestique et lui est carrément menacé de disparition dans des régions entières. Toutefois, un phénomène surprenant est noté au moins au Royaume-Uni. Dans les zones urbaines récemment désertées par le Moineau domestique, le Moineau friquet s’installe. Avant de tirer de conclusion, il faudra vérifier que cette tendance se confirme sur la durée. Si c’est le cas, il est important de comprendre que le Moineau friquet n’est pas responsable de la diminution du Moineau domestique.

Quand une espèce “locale” disparaît, l’écosystème a besoin d’une autre espèce (voire plusieurs) pour prendre sa place. Cette nouvelle espèce peut être une exotique, une introduite comme expliqué dans notre article sur le sujet. Elle peut aussi être une espèce “locale”. Celle-ci peut avoir besoin de temps pour s’adapter à de nouvelles conditions, et c’est pourquoi elle peut se faire “doubler” par une introduite qui aurait déjà fait son adaptation à un milieu artificiel ailleurs. Il existe une troisième voie : des individus exotiques d’une espèce locale peuvent arriver plus ou moins accidentellement (comme les Moineaux du Cap-Vert arrivés en Hollande par bateau, des Moineaux friquets pourraient par exemple venir en Europe depuis les Philippines) et s’installer. Ceux-là ayant déjà l’habitude de vivre en ville et se nourrir de déchets de divers activités humaines, ils pourraient coloniser plus rapidement les zones désertées par le Moineau domestique que les Moineaux friquets locaux habitués à des milieux semi-naturels. Seule l’observation dans le temps nous permettra de savoir ce qu’il va se passer…

Méthode formation ornitho : modification saisonnière de physiologie

On cite souvent en exemple les mésanges et les orites qui sont granivores l’hiver et insectivores l’été. Leur physiologie se modifie légèrement pour s’adapter à cette variation de régime. Le Moineau friquet va plus loin, avec une modification de la longueur du bec. C’est un cas d’autant plus intéressant que le bec plus long est un avantage pour capturer les insectes… mais c’est, en fait, une conséquence de l’insectivorisme ! En effet, le bec “pousse” constamment mais c’est l’usure due à la consommation de graines dures qui empêche le bec d’augmenter sa taille. Lorsqu’il consomme plus d’insectes, nourriture plus molle que les graines, le bec peut alors s’allonger car l’usure est plus faible : c’est un phénomène connu pour les dents et de certains mammifères comme des rongeurs mais moins habituels chez les oiseaux. Le Moineau friquet est toutefois loin d’être le seul oiseau dont le bec dépend ainsi de la nourriture… une vieille étude nord-américaine a été publiée sur le sujet, pointant notamment la variation de longueur du bec chez Passer montanus et d’autres oiseaux mais on trouve assez peu d’informations détaillées sur les oiseaux européens. Il est vraisemblable que toutes les espèces qui sont plus insectivores en été et plus granivores en hiver montrent au moins de légères variations. Celles-ci ne semblent toutefois pas visibles sur le terrain et utiliser des photos en ligne et peu fiable vu que la longueur du bec varie aussi géographiquement…

Taxonomie et sous-espèces

Cette espèce est très originale parmi les moineaux à menton noir pour n’avoir quasiment aucun dimorphisme sexuel. Cela ne l’empêche pas une hybridation occasionnelle avec d’autres Passer, notamment le Moineau domestique et le Moineau espagnol.

Un dizaine de sous-espèces (plusieurs illustrées ci-dessous) sont basées sur des variations de taille, de couleur de ventre et de manteau (plus brun / plus gris) et… de longueur de bec ! Comparez par exemple l’oiseau ci-dessous du Népal avec la suivante où il construit son nid aux Philippines.

passer_montanus_1fr

passer_montanus_8fr.jpg

passer_montanus_7fr.jpg

passer_montanus_5fr

passer_montanus_4fr.jpg

passer_montanus_6fr

Mise à jour du 6 mars 2019

Ci-dessous, un adulte P. m. montanus pris à Gages (Belgique) en mars 2019. Cette espèce est en diminution dans le nord-ouest de l’Europe et devient difficile à trouver. Ça contraste avec le sud-est de l’Asie où c’est souvent le passereaux le plus abondant. Tout en bas, l’occasion de voir une quatrième sous-espèce, P. d. malaccensis pris à Tanah Rata (Malaisie), en janvier 2019. Les différences entre les sous-espèces sont manifestement légères.

passer_montanus_10be.JPG

passer_montanus_9my

[Espèce Nº156 du projet d’encyclopédie holistique]

Photos et textes © Valéry Schollaert 2018

Liste des autres espèces illustrées: taxonomiquejour par jour

Untitled 2

 

 

2 thoughts on “Moineau friquet – Passer montanus

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s