Perdrix grise – Perdix perdix

Espèce simple – publiée le 9 novembre 2020
Publication complèteFamille des Phasianidae (Perdrix, francolins…)
En anglais : Grey Partridge in English

Cette petite perdrix est répandue depuis le nord de l’Espagne et l’Écosse (Royaume-Uni) jusque dans l’ouest de la Mongolie via le sud de la Finlande et le nord de l’Iran. Elle a été introduite en Amérique du Nord. Elle vivait dans les milieux ouverts, tels que les prairies naturelles, mais ses habitats originels ne sont pas bien connus car on ne la rencontre presque plus qu’en milieux transformés : prairies, champs y compris les labours, zones aéroportuaires, etc.

Elle est chassée et élevée comme gibier, ce qui modifie encore plus les détails des populations. Elle diminue à cause de la chasse, mais les lâchés pour cette même chasse peuvent localement produire des populations élevées… parfois de sous-espèces introduites d’ailleurs, ce qui provoque une pollution génétique et, à terme, une probable disparition de certains taxons. La chasse est une activité néfaste pour la faune en général, mais elle impacte particulièrement des oiseaux comme la Perdrix grise. Plus de détails dans la vidéo ci-dessous.

Le mode de vie est bien connu et classique pour un Phasianidae. Elle picore sa nourriture au sol, telle une petite poule sauvage, et les adultes mangent principalement du végétal : de l’herbe, des graines, des feuilles, etc. Les poussins, par contre, sont principalement insectivores durant leurs six premières semaines de vie. Les insectes sont occasionnellement consommés par les adultes aussi.

La nidification est toute simple : une petite dépression est grattée au sol, et du matériau végétal selon les disponibilités est ajouté : herbe, tiges, etc. La femelle couve presque toujours seule les nombreux œufs (une douzaine, parfois plus de vingt) trois à quatre semaines.

L’apparition du plumage est plus originale : si les premières rémiges apparaissent déjà quelques jours après l’éclosion, il faut près de 5 semaines pour que le plumage juvénile soit complet… mais la mue commence avant même ce stade. Autrement dit, l’oiseau n’est jamais vraiment juvénile : soit il est encore poussin (plumage incomplet), soit il est en mue post-juvénile…

Taxonomie et sous-espèces

Les variations géographiques sont faibles, souvent clinales et la classification actuellement des six à dix sous-espèces n’est pas satisfaisante. De plus, avec les introductions d’oiseaux importés, on voit des oiseaux aux caractères intermédiaires un peu partout. Il s’agit simplement de tons et de couleurs plus gris, plus pâles ou plus foncés.

La Perdrix grise est sœur avec la Perdrix de Daourie, une espèce très semblable qui vit plus à l’est, en Asie.

Perdrix grise, Frasnes-lez-Anvaing, Belgique, avril 2019
La tache chataîne sur le ventre est originale. Le mâle a la face et la gorge orange ou rose-orangé bordée de gris uni ou très finement barré.
Perdrix grise, Frasnes-lez-Anvaing, Belgique, avril 2019
La femelle (à gauche) est plus brunâtre que le mâle et la zone orangée de la face est plus terne et plus réduite.

[Espèce Nº1044 du projet d’encyclopédie holistique]

spprevious
spsuivante
sommaire

Photos et textes © Valéry Schollaert 2020

Liste des autres espèces illustrées : taxonomiquejour par jour

Untitled 2

One thought on “Perdrix grise – Perdix perdix

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s