Phragmite des joncs – Acrocephalus schoenobaenus

Espèce simple – publiée le 29 août 2020
Publication complète –  famille des Acrocephalidae (rousserolles, hypolaïs…)
En anglais : Sedge Warbler in English

Ce sympathique petit passereau insectivore est nicheur estivant depuis les îles Britanniques jusque dans le centre de la Russie via le nord de la Norvège, le sud de la France et la Turquie. Il hiverne entièrement au sud du Sahara.

Il fréquente la végétation herbacée dense et les buissons mais ne vit jamais dans les bois et forêts. On le retrouve donc le plus souvent aux abords des marais et des plans d’eau, dans les prairies humides et, plus rarement, dans des mélanges de végétations (graminées et buissons) en milieux plus secs. Il ne niche généralement pas dans les roselières, sauf lorsque celles-ci sont envahies de buissons ou d’autres plantes variées.

C’est ainsi qu’il se rencontre souvent en bordure de roselière alors que la Rousserolle effarvatte vit dans la roselière. Ces deux oiseaux sont très proches écologiquement et, malgré le nom différent en français sont, actuellement, deux oiseaux de même genre. La nourriture et la technique de chasse sont similaires. Le nid est de forme semblable également mais il n’est pas construit dans les roseaux. Il est fabriqué par la femelle avec diverses parties de plantes et de la mousse, et il est renforcé avec de la toile d’araignée. L’intérieur est tapissé de matériaux doux comme des fleurs de roseaux et des poils.

De 3 à 8 œufs sont pondus et principalement couvés par la femelle durant 13-15 jours. Les jeunes sont nourris par les deux parents 10-14 jours au nid puis près d’un mois hors du nid.

Taxonomie

Cette espèce monotypique est bien distincte bien que des hybrides avec la Rousserolle effarvatte et avec la Rousserolle verderolle aient été observés. Il est certainement apparenté au Phragmite aquatique et à la Lusciniole à moustache, encore une Acrocephalus qui reçoit, en français, un nom de genre différent. Il est cependant possible que ces trois “rousserolles rayées”, aux côtés de la Rousserolle de Schrenck et de la Rousserolle sorghophile, se voient séparées dans un genre distinct, Titiza.

[Espèce Nº972 du projet d’encyclopédie holistique]

spprevious
spsuivante
sommaire

Photos et textes © Valéry Schollaert 2020

Liste des autres espèces illustrées : taxonomiquejour par jour

Untitled 2


One thought on “Phragmite des joncs – Acrocephalus schoenobaenus

  1. Le plumage du Phragmite des joncs permet de le différencier des Rousserolles. Trait sourcilier clair visible. Vu et observé aux Marais d’Harchies.

    Liked by 1 person

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s