Pipit rousset – Anthus rufulus

Espèce de référence – publiée le 12  février 2018
Publication complète – famille des Motacillidae (pipits, bergeronnettes, sentinelles…)
En anglais : Paddyfield Pipit in English

Anthus_rufulus_main.JPGCe pipit est une des nombreuses espèces issues de la scission du Pipit de Richard. La ressemblance entre ces pipits est superficiellement très grande, mais des différences plus importantes que le plumage, comme celles concernant la parade nuptiale, indiquent une divergence significative largement confirmée par la génétique. Si les divers taxons ont des aires de répartition allopatriques, lors de l’hivernage, le Pipit de Richard peut cohabiter avec d’autres comme le Pipit rousset, et l’identification devient alors vraiment difficile. Beaucoup d’observateurs expérimentés utilisent le cri comme critère principal.

En plus de la distinction avec le Pipit de Richard, l’identification du Pipit de Godlewski, lorsqu’il ne crie pas, peut également se montrer très délicate. Les pipits poussent les passionnés d’identification dans leurs derniers retranchements !

Méthode Formation Ornitho : mode de vie des “grands” pipits

Les pipits du genre Anthus ont un mode de vie très stéréotypé. Notre espèce est la référence pour les taxons de grande taille qui, hormis la taille justement, se reconnaissent souvent par les stries de la poitrine limitée (parfois absentes) et les flancs non striés.

Ils sont insectivores, consommant presque exclusivement des invertébrés qu’ils capturent en marchant au sol. Il arrive, rarement, qu’ils attrapent un insecte volant à la façon des gobemouches. Ils peuvent ingérer quelques graines occasionnellement. Les pipits vivent en milieux ouverts, et leur nid est installé dans la végétation au niveau du sol. Les deux parents (monogames) construisent le nid, couvent et s’occupent des jeunes (souvent 3 ou 4)  ; le nid du Pipit rousset est assez élaboré. Il est installé dans une petite cuvette du sol (par exemple, une empreinte de vache) et fabriqué en tiges et racines. C’est une boule fermée avec un tunnel d’entrée qui peut faire plus d’un demi mètre !

L’incubation dure environ deux semaines, et les jeunes s’emplument en deux semaines également.

Taxonomie et sous-espèces

Anthus_rufulus_3fr

Entre 5 et 8 sous-espèces sont décrites pour ce pipit, et concernent de très petites variations comme la couleur du manteau (plus ou moins gris ou sable) et le pattern de la tête (par exemple le sourcil plus ou moins marqué – variations visibles sur les photos de cette page). Comme expliqué en introduction, il était anciennement classé avec le Pipit de Richard (qui regroupait alors aussi le Pipit africain, le Pipit austral et le Pipit de Nouvelle-Zélande) mais les divergences importantes ne se traduisent toutefois pas toujours avec des critères d’identification faciles à utiliser!

Anthus_rufulus_1fr
Anthus_rufulus_2fr

Mise à jour du 16 février 2019 :

Voici la sous-espèce la plus répandue. En effet, A. r. malayensis se rencontre depuis le sud-ouest de l’Inde et le Sri Lanka via la Malaisie jusqu’à Bornéo ! L’oiseau ci-dessous a été photographié en janvier 2019 à Bukit Lawang, Sumatra (Indonésie). Notez le plumage un peu plus gris, notamment le dessus de la queue très foncé, comparé aux oiseaux illustrés plus haut.

Anthus_rufulus_4indo

[Espèce Nº43 du projet d’encyclopédie holistique]

spprevious
spsuivante
sommaire

Photos et textes © Valéry Schollaert 2018 – 2019

Liste des autres espèces illustrées : taxonomiquejour par jour

Untitled 2

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s