Pouillot du Kamtchatka – Phylloscopus examinandus

Espèce vedette – Page référence (partielle) – Disponible pour sponsoring
Famille des Phylloscopidae (pouillots)  Kamchatka Leaf Warbler in English
Première publication : 23 janvier 2022 – Dernière mise à jour : 23 janvier 2022

Ce pouillot d’apparence classique a une répartition géographique limitée selon la classification moderne. En effet, il ne niche que dans deux pays, où il est très localisé. en Russie, il vit sur la péninsule du Kamtchatka, comme son nom le laisse supposer, ainsi que sur l’île de Sakhaline. Il se reproduit aussi dans l’archipel de Kouriles (actuellement russe mais dont la partie sud est revendiquée par le Japon) et sur l’île d’Hokkaido, au Japon. L’aire d’hivernage n’est pas parfaitement connue (Philippines et Indonésie).

Cliquez ici pour voir une carte de répartition plus détaillée

La raison est simple : les seuls critères d’identification certains sont les vocalisations. En hivernage, les individus qui ne crient pas restent non-identifiés. Il est possible que les connaissances évoluent et que de bons critères soient, un jour, découverts. Actuellement, sans la voix, la distinction entre trois espèces très proches (anciennement conspécifiques) sont considérées comme impossible sur le terrain, en l’absence de cri ou de chant : le Pouillot du Kamtchatka, le Pouillot boréal et le Pouillot de Swinhoe.

Voici la page de Xeno-Canto où vous pouvez écouter les cris et les chants de ce pouillot.

Il mange des petits invertébrés, surtout des insectes. Le nid est un petit bol composé principalement de tiges, de roseaux, de mousses, d’autres fibres végétales et de jeunes pousses, placé près du niveau du sol, dans la végétation dense et souvent situé à proximité de racines d’arbres. La couvée est de 5–6 œufs. L’incubation par la femelle seule, dure environ 14 jours et l’envol des jeunes a également lieu à environ 14 jours.

Taxonomie

Cette espèce, monotypique, est issue de la séparation en trois du Pouillot boréal. Elle forme donc une super-espèce avec ce dernier et le “troisième laron”, le Pouillot de Swinhoe. Les trois cohabitent en hivernage. Le Pouillot boréal est répandu dans les zones froides situées entre le nord de la Scandinavie et l’ouest de l’Alaska. Le Pouillot de Swinhoe ne niche qu’au Japon (depuis Honshu jusqu’à Kyushu).

Pouillot du Kamtchatka, Tabunan, Cebu, Philippines, septembre 2017
Notre première rencontre avec l’espèce nous a évidemment surpris. À l’époque, la séparation avec le Pouillot boréal était toute récente et nous n’avions pas cet oiseau sur notre liste d’oiseaux à chercher. Ce qui nous a surpris immédiatement est son chant : il ne rappelle rien d’autre. C’est uniquement grâce à ça que nous avons pu l’identifier. L’oiseau plus haut, en couverture, est le même individu.
Pouillot du Kamtchatka, Ormoc, Leyte, Philippines, mars 2018
Fort de la petite expérience de Cebu, alors que nous passions tout l’hiver à Leyte, nous avons pu rencontrer les trois taxons issu du Pouillot boréal (sensu lato) régulièrement. Toutefois, ils se tiennent souvent dans la canopée et les possibilités de photos sont rares. Pour que la photo ait le moindre intérêt, il faut avoir entendu l’oiseau… sinon, l’identification reste sujette à caution. Quelque soit la qualité de la photo, pour l’identification, il faut faire confiance à l’oreille du photographe. Une situation inconfortable qui, espérons-le, évoluera.
Pouillot du Kamtchatka, Ormoc, Leyte, Philippines, mars 2018
Cet individu est très usé, avant la mue prénuptiale. Cela rend l’identification visuelle potentiellement encore plus difficile (quand on aura les critères). Évidemment, cet individu a été identifié à sa voix.
Objectifs recherchés pour une page complète :
Images comparatives des trois taxons avec des critères d’identification (quand ils seront connus) ; sponsoring

[Espèce Nº1484 du projet d’encyclopédie holistique]

spprevious
spsuivante
sommaire

Photos, tableau et textes © Valéry Schollaert & Marinella Mejia 2022

Liste des autres espèces illustrées : taxonomique – jour par jour

Untitled 2

3 thoughts on “Pouillot du Kamtchatka – Phylloscopus examinandus

  1. Il en émane de la douceur ,..
    Je trouve les Pouillot emblèmes de douceur..
    Qu’est-ce que ça serait d’entendre leurs divers chants !..la place du chant est par ailleurs importante pr les reconnaître : merci la fiche de présentation !

    Liked by 1 person

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s