Prinia de Hodgson – Prinia hodgsonii

Espèce commune – Page simple (partielle) – Disponible pour sponsoring
Fam. Cisticolidae (prinias, couturières, cisticoles…) – Grey-breasted Prinia in English
Première publication : 19 janvier 2022 – Dernière mise à jour : 19 janvier 2022

Cette petite prinia classique est répandue en Asie méridionale, depuis le nord du Pakistan jusque sur la côte vietnamienne via le Sri Lanka. C’est une espèce qui aime la végétation dense et basse, qui est bien adaptée aux milieux dégradés. On la rencontre ainsi depuis la côte (marais salants envahis, bordures de mangroves) jusqu’aux forêts ouvertes via les roselières, les buissons en tout genre dont les haies en zone agricole, les jardins sauvages, prairies abandonnées, etc.

Elle mange beaucoup d’insectes. Elle est souvent vue farfouillant dans les fleurs et en sortir la face pleine de pollen, mais il n’est pas formellement prouvé qu’elle consomme le nectar. En effet, il se peut qu’elle chasse, tout simplement, les insectes qui mangent dans les fleurs sans ingérer le suc offert par les fleurs.

La nidification est le travail des deux parents qui construisent ensemble un petit nid en forme de bol, tissé et attaché à deux ou trois feuilles verticales (voir à la page de la Couturière à longue queue comment certains Cisticolidae fixent leurs nids à des grandes feuilles avec des “rivets”).

Ils couvent 3 ou 4 œufs durant une dizaine de jours puis nourrissent les jeunes à tour de rôle, mais l’âge de l’envol des juvéniles reste inconnu.

Taxonomie et sous-espèces

Cette espèce est sœur avec la Prinia roussâtre qui lui ressemble beaucoup. On la divise en six sous-espèces dont les nuances sont complexes car elles se chevauchent avec le dimorphisme sexuel et l’évolution du plumage entre le nuptial et l’internuptial. C’est d’ailleurs une autre particularité de certaines sous-espèces qui ont deux plumages très différents selon la saison alors que d’autres gardent le même plumage tout l’année !

Prinia de Hodgson (P. h. erro), Chiang Rai, Thailande, janvier 2020
Il s’agit d’une petite prinia plutôt terne avec les yeux rouges et cerclés de rouge. La queue est plus contrastée que le reste du plumage.
Prinia de Hodgson (P. h. erro), Chiang Rai, Thailande, janvier 2020
La poitrine grise, à l’origine du nom anglais, est variable et se voit nettement surtout chez les mâles ; l’oiseau plus haut pris le même jour au même endroit, est donc vraisemblablement une femelle.
Prinia de Hodgson (P. h. rufula), Chitwan, Népal, décembre 2015
Dans les fourrés où les observations sont furtives, le premier critère d’identification est bien souvent la bavette blanchâtre qui contraste plus ou moins avec la poitrine plus grise.
Prinia de Hodgson (P. h. albogularis), Kumily, Kerala, Inde, mars 2018
La sous-espèce d’Inde péninsulaire est très blanche dessous et la bande pectorale grise est donc particulièrement visible.
Objectifs recherchés pour une page complète :
Images d’une autre sous-espèce ; sponsoring

[Espèce Nº1480 du projet d’encyclopédie holistique]

spprevious
spsuivante
sommaire

Photos, tableau et textes © Valéry Schollaert & Marinella Mejia 2022

Liste des autres espèces illustrées : taxonomique – jour par jour

Untitled 2

3 thoughts on “Prinia de Hodgson – Prinia hodgsonii

  1. Charmant piu-piu !
    Les tons du plumage qui varient d’une sous-espèce à l’autre , sont beaux : gris/blanc/fauve !
    Tour d’œil rouge ,..attire l’attention

    Liked by 1 person

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s