Pseudotraquet indien – Saxicoloides fulicatus

Espèce commune – Page simple (partielle) – Disponible pour sponsoring
Famille des Muscicapidae (traquets, gobemouches…) – Indian Robin in English
Première publication : 14 novembre 2021 – Dernière mise à jour : 14 novembre 2021

Ce petit passereau plutôt original est très répandu en Inde et se rencontre dans quatre pays voisins : Sri Lanka (répandu), Pakistan (répandu dans l’est), Népal (local dans le sud) et Bangladesh (très localisé dans l’ouest). Il aime les pierres et les rochers mais se contente localement des habitations humaines. On le voit surtout dans les milieux assez secs, ouverts ou boisés ; il évite la forêt. Il atteint 1600 mètres d’altitude, notamment au Sri Lanka.

Cliquez ici pour voir une carte de répartition plus détaillée

Comme beaucoup de Muscicapidae et tel un petit merle, il se nourrit d’invertébrés qu’il chasse au sol où il sautille de façon agile. Il peut retourner un caillou et dégager quelques feuilles pour découvrir la précieuse ressource de protéines.

Il est semi-cavicole, un comportement aussi classique de la famille. Il s’installe dans une cavité naturelle ou artificielle, entre des racines, sous une touffe, une pierre ou une motte de terre, dans un toit, etc. Une fois un lieu approprié repéré, il est souvent réutilisé de saison en saison.

Le nid est une petite plateforme négligée de tiges et de radicelles, tapissée de plumes et de poils, souvent décorée de morceaux de mue de serpent. Bien qu’il soit relativement familier, personne n’a publié d’informations détaillées concernant la reproduction. L’incubation des œufs (jusqu’à 6, très rarement 7) dure moins de deux semaines mais on ignore comment les parents se répartissent les tâches, combien de temps les jeunes vivent dans le nid, etc.

Taxonomie et sous-espèces

Les cinq sous-espèces sont faiblement marquées avec une transition clinale entre elles. Le manteau du mâle varie de brun à noirâtre et la taille diffère légèrement. La femelle montre aussi un plumage plus ou moins foncé.

Cet oiseau est unique et seul dans le genre Saxicoloides. Il a parfois été placé (en position basale) au sein des Copsychus, genre qui comprend notamment le Shama dayal avec lequel il cohabite largement.

Pseudotraquet indien, Tissamaharama, Sri Lanka, mai 2018
Le plumage du mâle est entièrement bleu nuit avec les sous-caudales rousses. Il tient sa longue queue souvent relevée, à la manière des merles.
Pseudotraquet indien, Tissamaharama, Sri Lanka, mai 2018
Voici un individu pris de loin, avec des fleurs de Lantana en bas de la photo. C’est une espèce qui profite de ces plantes introduites. Dans certaines positions de plumes, une tache blanche sur les couvertures alaires apparaît.
Pseudotraquet indien, Tissamaharama, Sri Lanka, mai 2018
La femelle est plus brune que le mâle. On la voit ici apportant du matériel pour construire le nid.
Pseudotraquet indien, Tissamaharama, Sri Lanka, mai 2018
Avec sa queue plus courte, ses sous-caudales (déjà) bien colorées mais la tête brune et la gorge pâle, cet oiseau semble être un mâle immature.
Objectifs recherchés pour une page complète :
Images d’autre sous-espèce et d’un juvénile ; sponsoring

[Espèce Nº1414 du projet d’encyclopédie holistique]

spprevious
spsuivante
sommaire

Photos, tableau et textes © Valéry Schollaert & Marinella Mejia 2021

Liste des autres espèces illustrées : taxonomique – jour par jour

Untitled 2

3 thoughts on “Pseudotraquet indien – Saxicoloides fulicatus

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s