Rougegorge de Ténériffe – Erithacus superbus

Espèce endémique Niveau 2 (“star“) – publiée le 7 décembre 2018
Publication complètefamille des Muscicapidae (rossignols, traquets, gobemouches…)
En anglais: Tenerife Robin in English

Erithacus_superbus_main

Ce rougegorge est encore souvent considéré comme une sous-espèce du Rougegorge familier malgré un faisceau d’informations qui confirme son isolation génétique de longue date. Contrairement au Pinson bleu en comparaison du Pinson des arbres, le plumage est semblable au Rougegorge familier, et c’est probablement pour cette raison que la taxonomie traîne à évoluer. Toutefois, les rougegorges et pinsons partagent certains aspects de leur histoire dont nous avons parlé dans une leçon de la Formation Ornitho et que nous allons revisiter un peu ci-dessous.

Le problème des taxons qui ne sont pas considérés comme des espèces par les autorités les plus suivies, est que “personne” n’y prend garde. Ainsi, les spécificités de comportement, de nidification, de parade nuptiale etc. ne sont pas publiées dans les encyclopédies et autres ouvrages de référence.

Ainsi, nous dirons que ces différents aspects sont probablement semblables à ceux du Rougegorge familier. Notons toutefois un chant significativement différent avec des répétitions, un peu à la façon de la Grive musicienne, surtout chez les oiseaux de Ténériffe. Les oiseaux de Grande Canarie ont été décrits très récemment comme constituant un taxon distinct, et des études plus poussées pourront certainement affiner les connaissances et peut-être modifier sa classification. Ils sont provisoirement considérés ici comme constituant une sous-espèce du Rougegorge de Ténériffe.

Taxonomie et sous-espèces

Deux sous-espèces constituent notre espèce selon la classification choisie aujourd’hui, qui pourrait toutefois évoluer. La nominale est endémique de Ténériffe et E. s. marionae n’existe qu’à Grande Canarie.

Les rougegorges originaires d’Europe ont colonisé les Îles Macaronésiennes en deux vagues, rappelant ainsi l’histoire des pinsons expliquée à la leçon 3 de la Formation Ornitho. De façon similaire, une première vague a colonisé les îles les plus grandes et les individus concernés ont effectué une adaptation bien réussie. Les descendants actuels de cette vague sont, pour les pinsons, le Pinson bleu et le Pinson de Grande Canarie. Pour les rougegorges, nous avons les deux taxons dont nous parlons ici, superbus et marionae. Si les deux pinsons ont été longtemps considérés comme des sous-espèces du Pinson des arbres, puis comme une espèce distincte polytypique et enfin comme deux espèces endémiques, les rougegorges pourraient suivre exactement le même historique. Les points communs sont troublants. L’un d’entre eux est que le chant du taxon de Grande Canarie est assez semblable au chant des oiseaux européens et le chant du taxon de Ténériffe est bien distinct. C’est difficile de croire à un coup du hasard !

De la même manière pour Fringilla comme pour Erithacus, Madère et les Açores ont été colonisés très récemment, et c’est vraisemblablement à partir de ces archipels que les Canaries occidentales (La Palma, La Gomera et El Hierro) ont été colonisées également. Les rougegorges sont toutefois arrivés plus tard : cela explique que tous ces oiseaux sont considérés comme des E. r. rubecula, avec ceux d’Europe continentale,  mais que les pinsons soient divisés en sous-espèces différentes pour chacun des trois archipels concernés (Açores, Madères et Canaries occidentales).

Une preuve de l’arrivée un peu plus ancienne des pinsons, est que cette seconde vague de colonisation, après avoir atteint les Canaries occidentales, a déjà pu continuer vers Ténériffe et Grande Canarie, où ces pinsons cohabitent donc avec leurs “cousins bleus”.

Ce n’est pas le cas des rougegorges. Les oiseaux fraîchement arrivés à La Palma et El Hierro n’ont pas continué jusqu’à Ténériffe, pas encore… et c’est là que se tient une des questions principales. Si ces oiseaux peuvent coloniser les îles occupées par notre Erithacus superbus, alors ce sont des espèces biologiquement bien distinctes. Si, au contraire, la présence du Rougergorge de Ténériffe empêche l’installation du Rougegorge familier, alors la spéciation n’est probablement pas complète. Nous avons toutefois un élément de réponse avec les pinsons. À l’instar du rougegorge marionae, le chant du pinson polatzeki (de Grande Canarie) est fort proche des chants entendus en Europe. À l’inverse, le chant du rougegorge superbus est clairement différencié de ceux des autres rougegorges comme le chant du pinson teydea (de Ténériffe) est bien différencié de ceux des autres pinsons. Cette symétrie tend à indiquer une future colonisation de Ténériffe et Grande Canarie par les Rougegorges familiers. Les Pinsons des arbres ont colonisé Grande Canarie très récemment (environ 50.000 ans) et son chant s’est déjà considérablement modifié pour permettre la cohabitation avec le Pinson de Grande Canarie qui a un chant proche de celui du Pinson des arbres. On imagine aisément le Rougegorge familier suivre le même chemin…

Erithacus_superbus_3fr
Erithacus_superbus_2fr
Erithacus_superbus_1fr

[Espèce Nº341 du projet d’encyclopédie holistique]

spprevious
spsuivante
sommaire

Photos et textes © Valéry Schollaert 2018 – 2019

Liste des autres espèces illustrées : taxonomiquejour par jour

Untitled 2

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s