Siffleur fauve – Pachycephala fulvotincta

Ecolodge_indonesia_logo_small

Espèce endémique Niveau 1* (“classique”) – publiée le 26 mai 2020
Page complète publiée avec ECOLODGES INDONESIA
Famille des Pachycephalidae (siffleurs)
En anglais : Rusty-breasted Whistler in English

Ce très bel oiseau est endémique d’Indonésie et se rencontre principalement sur les petites îles de la Sonde et quelques régions adjacentes, à l’ouest jusque dans l’est de Sumatra et au nord jusque sur quelques îles satellites de Sulawesi. On le rencontre dans  les forêts de plaine comme de montagne, dans les boisements, les mangroves et même les milieux plus secs dotés de suffisamment de buissons denses. Il n’est donc pas menacé et peut être considéré comme assez commun.

On dit que la femelle ne pondrait que deux oeufs mais, autrement, aucune donnée sur la reproduction n’est disponible. Il est principalement insectivore et trouve ses proies invertébrées dans le feuillage, à mi-hauteur des arbres ou dans la canopée. Il peut ingurgiter une graine ou un fruit, mais cela semble plutôt occasionnel.

Il mérite parfaitement son nom de siffleur et ses chants puissants s’entendent fréquemment. On voit cet oiseau assez difficilement, comme tout siffleur qui se respecte, et quand on le voit bien, en forêt, les lumières peuvent rendre la prise de vue difficile.

Le plaisir de la “visite surprise” devant le balcon !

Nous avons plusieurs fois montré des oiseaux photographiés depuis le balcon de notre chalet à l’Écolodge Mbeliling, par exemple le Drongo de Florès ou le Souimanga de Timor. Des oiseaux comme les souimangas, les dicées, les capucins sont les espèces que tout ornithologue s’attend à voir depuis sa chambre si le lodge possède un jardin. Le siffleur, par contre, habitant de la canopée forestière est un peu plus inhabituel. Nous l’avons toutefois vu un des premiers jours, avec un grand insecte dans le bec.

C’était tôt le matin et semblait un gros coup de chance pour l’observation et une rencontre peu utile pour la photographie (lumière trop faible). Nous avons essayé de le photographier en forêt. Les femelles et jeunes semblaient assez coopératifs et nous avons pu prendre des images plusieurs fois à courte distance, ce qui permet de mieux gérer le problème de la lumière, voici deux exemples. On voit les sous-caudales jaunes qui permettent d’identifier l’espèce facilement.

Le mâle, par contre, n’a pas voulu se montrer de près. C’est ainsi que nous nous demandions si nous aurions assez d’images avant la fin du séjour pour publier une page sur ce joli siffleur. Certaines personnes “trichent” en appelant l’oiseau avec son chant, ce qu’on appelle la repasse. Nous ne souhaitons pas changer le comportement de l’oiseau et risquer de déranger sa reproduction, donc nous n’utilisons pas cette méthode dont l’impact négatif sur les oiseaux a déjà été régulièrement démontré.

Un jour, alors que nous étions sur le balcon, observant des polochions, des drongos, des zostérops et des dicées, un mâle du siffleur est venu se poser juste devant nous. Le plaisir d’avoir une telle observation spontanée est inégalable avec une observation provoquée à l’aide de la technologie. Voici l’image de ce moment immortalisé, même si une photo ne permet jamais de conserver toutes les émotions que la rencontre avec le monde sauvage et naturel provoque.

Ecolodge_indonesia_logo_small

Cet élégant oiseau aux couleurs vives se rajoute donc à la liste déjà longue des pages que nous avons pu publier grâce à des observations dans les jardins du lodge. Quel sera le suivant ?

Valéry Schollaert et Marinella Mejia

Taxonomie et sous-espèces

Il a parfois été considéré comme une sous-espèce du Siffleur doré aux côtés de diverses autres espèces… totalisant jusqu’à 73 taxons regroupés sous le nom Pachycephala pectoralis. La classification actuelle est loin d’être satisfaisante et d’autres changements sont probables dans le futur. Tel que présenté ici, le Siffleur fauve est divisé en 5 sous-espèces, 4 variant de petites nuances de couleurs (ventre plus ou moins jaune pur ou teinté de roux, etc.). La cinquième, sur l’île de Selayar (P. f. teysmanni) est particulière : le mâle est terne comme la femelle. Cela pourrait indiquer que le traitement en espèce distincte serait plus approprié. Les oiseaux illustrés sur notre page sont de la sous-espèce nominale.

[Espèce Nº877 du projet d’encyclopédie holistique]

VOICI LES AUTRES PAGES SUR DES OISEAUX DE L’ÉCOLODGE MBELILING

thumbnail_mbeliling_ecolodge_flores_indonesia_fruitdove

Cliquez ici pour voir les paysages et notre description de l’écolodge Mbeliling

Ecolodge_indonesia_logo_small

spprevious
spsuivante

sommaire
ForumFormationOrnitho

lexique
articledidentification

Photos et textes © Valéry Schollaert 2020

Liste des autres espèces illustrées : taxonomiquejour par jour

Untitled 2

One thought on “Siffleur fauve – Pachycephala fulvotincta

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s