Sterne de Forster – Sterna forsteri

Espèce commune –  Page simple (partielle)  – Disponible pour sponsoring
Famille des Laridae (mouettes, goélands, sternes…) – Forster’s Tern in English
Première publication : 29 juillet 2021 – Dernière mise à jour : 29 juillet 2021

Sur certains points, cette sterne rappelle une grande guifette (genre Chlidonias), les guifettes étant des petits Laridae parfois appelés “sternes des marais” (en anglais, “marsh terns”). Comme ces dernières, la Sterne de Forster se reproduit autour de marais d’eau douce ou saumâtre, à l’intérieur des terres, ainsi que sur la côte. Une population, à l’aire de répartition vaste qui s’étend du sud du Canada jusqu’au centre de États-Unis, est migratrice. Une autre population plus restreinte est présente toute l’année (avec un apport hivernal d’oiseaux de l’autre population) sur la côte Atlantique des États-Unis et dans le golfe du Mexique.

Elle hiverne depuis la Californie et la côte Atlantique étasunienne jusqu’à Cuba et au Panama, aussi bien sur les îles, qu’en mer, dans les régions côtières et à l’intérieur des terres (en plus petits nombres).

Comme la plupart des sternes, elle plonge sur des proies aquatiques en évitant toutefois de s’immerger complètement. Elle recherche surtout des petits poissons (maximum dix centimètres) et complète son régime avec des invertébrés aquatiques. On la voit en eau douce, notamment dans les marais autour desquels elle niche, ainsi que dans les régions côtières. Dans ce dernier cas, elle pêche en eau (saumâtre ou salée) très peu profonde (moins d’un mètre de profondeur).

La nidification se fait sur des nids très simples posés au sol ou sur de la végétation flottante, comme par exemple chez la Guifette moustac, partiellement un équivalent écologique de la Sterne de Forster dans l’ancien monde. Elle pond jusqu’à trois œufs, comme cette dernière ; certains nids contiennent un maximum de six œufs, mais il s’agit sans doute du travail de deux femelles (les détails restent à étudier). L’incubation par le couple dure près de quatre semaines. Les jeunes sont nidifuges et quittent le nid en quelques jours mais sont nourris plusieurs semaines par les deux parents.

Taxonomie

Selon son aspect, cette espèce monotypique semble proche des autres Sterna à calotte noire, comme la Sterne pierregarin, la Sterne couronnée et la Sterne arctique. Certaines analyses morphologiques placent plutôt la Sterne de Forster avec la Sterne de Trudeau, une espèce à calotte claire d’Amérique du sud. Il faut dire que le bec paraît identique et les plumages internuptiaux sont particulièrement semblables.

Une intéressante étude génétique, bien que partielle, a trouvé une proximité étonnante entre la Sterne de Forster et… la Sterne royale ! Si cela se confirmait, il faudrait la changer de genre, mais il est probable que de futures études proposent quelque chose de plus réaliste. En attendant, gardons son classement traditionnel au sein des Sterna à calotte noire.

Sterne de Forster, Leamington (Ontario), Canada, mai 2008
Comparée à la Sterne pierregarin et, encore plus, à la Sterne arctique, son bec montre une couleur plus orangée à la base, tout comme les pattes qui sont aussi plus longues. La calotte noire indique un adulte nuptial.
Objectifs recherchés pour une page complète :
Photos de plumages hivernaux et immatures ; sponsoring

[Espèce Nº1306 du projet d’encyclopédie holistique]

spprevious
spsuivante
sommaire

Photos, tableau et textes © Valéry Schollaert & Marinella Mejia 2021

Liste des autres espèces illustrées : taxonomique – jour par jour

Untitled 2

6 thoughts on “Sterne de Forster – Sterna forsteri

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s