Tarier pâtre – Saxicola rubicola

Espèce simple – publiée le 17 octobre 2020
Publication complèteFamille des Muscicapidae (traquets, rossignols, gobemouches…)
En anglais : European Stonechat in English

Ce petit oiseau très sympathique est endémique du Paléarctique occidental. En effet, il niche depuis l’Irlande et le sud de la Norvège (très rare) jusque dans l’ouest de la Russie, l’est de la Turquie et le Maroc. Il est souvent commun et sa population totale se chiffre en millions de couples malgré sa répartition relativement limitée. Il fréquente des milieux ouverts et semi-ouverts avec des buissons, y compris en régions arides et en altitude. Les paysages bocagers européens lui conviennent.

Cette espèce a été considérée comme une sous-espèce du Tarier d’Afrique jusqu’à récemment. Sa nourriture, ses techniques de chasse et la nidification sont presque identiques à celles de ce dernier (notre référence). Deux nuances sont à noter : l’espèce européenne pond environ cinq œufs en moyenne (bien plus que l’africain) et les jeunes deviennent indépendants en deux semaines au lieu de plusieurs mois.

Taxonomie et sous-espèce

Traditionnellement, Saxicola torquatus a été considéré comme une espèce répandue en Europe, en Afrique, au Moyen-Orient et en Asie. Il est désormais admis que l’espèce européenne, telle que présentée ici, est bien distincte des autres. Les taxons d’Asie et d’Afrique représentent sans doute plusieurs espèces chacun, mais l’étude de ces populations en est à ses balbutiements. Dans le Paléarctique occidental, le Tarier pâtre s’observe parfois en compagnie du Tarier de Sibérie (Saxicola maurus) qui niche dans l’est de la zone et s’observe aussi en passage.

On le divise en deux sous-espèces : les oiseaux des îles Britanniques, de Bretagne (France), de l’ouest de l’Espagne et du Portugal sont un peu plus foncés que les nominaux et sont appelés S. r. hibernans.

Tarier pâtre, Panticosa, Espagne, juin 2019
Une femelle prend soin d’un juvénile (à gauche) qui vient de sortir du nid. Ce dernier ne cesse de quémander de la nourriture. La photo est prise de loin pour assurer la tranquillité de la petite famille à un moment délicat de la reproduction. Un moment d’inattention de la part des adultes peut laisser la place à un prédateur qui ne fera qu’une bouchée du petit tarier.
Tarier pâtre, Panticosa, Espagne, juin 2019
La femelle est un petit oiseau brun qui s’identifie surtout à la forme. Le plumage est terne, et les zones pâles sur le cou et les ailes sont plus petites et moins contrastées que chez le mâle.
Tarier pâtre, S’Albufera, Majorque, Espagne, mai 2015
Le plumage du mâle adulte est nettement plus contrasté dessus que les autres plumages : noirâtre avec des zones blanches.

 [Espèce Nº1021 du projet d’encyclopédie holistique]

spprevious
spsuivante
sommaire

Photos et textes © Valéry Schollaert 2020

Liste des autres espèces illustrées : taxonomiquejour par jour

Untitled 2

5 thoughts on “Tarier pâtre – Saxicola rubicola

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s